Atlas (mythologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Atlas.
Ne doit pas être confondu avec Atlas (Atlantide).
Atlas Farnese, copie romaine en marbre du IIes d'une sculpture hellénistique d'Atlas, Musée archéologique national de Naples

Atlas est un Titan qui participe de plusieurs légendes de la mythologie grecque. Père des Pléiades, des Hyades, des Hespérides et de la nymphe Calypso, il participe à la révolte des Titans et se voit condamné par Zeus à porter pour l'éternité la voûte céleste sur ses épaules. Persée le pétrifie avec la tête de Méduse, le transformant en un massif qui porte son nom.

Mythographie[modifier | modifier le code]

Atlas en grec ancien Ἄτλας / Átlas (« le porteur », nom dérivé du verbe τλάω / tláô (« porter », « supporter »)[réf. nécessaire], est un Titan, fils de Japet et de Thémis selon la Théogonie d'Hésiode[1],[2] ou Clymène[3] - ou encore, suivant Apollodore, d'Asia[4] - et frère de Prométhée, Épiméthée et Ménétios. Dans la Bibliothèque historique de Diodore de Sicile, Atlas est présenté comme le fils du dieu Ouranos, et Hygin le range également, avec Océanos, Hypérion et Cronos, parmi les Titans de la « première génération ».

Après la révolte des Titans contre les dieux de l'Olympe, Zeus le condamne à porter pour l'éternité la voûte céleste - dont les colonnes qui la supportent étaient censées se trouver dans l'actuel détroit de Gibraltar - sur ses épaules. Persée, auquel il a refusé l'hospitalité, pétrifie Atlas en lui montrant la tête tranchée de Méduse qu'il a tuée peu de temps avant, le transformant en un massif qui porte son nom - le massif de l'Atlas - s'étend à travers le Maroc, l'Algérie et la Tunisie.

Atlas engendre notamment les Pléiades (avec Pléioné), Hyas et les Hyades (avec Éthra), les Hespérides (avec sa propre nièce Hespéris) et Calypso[5].

Il est mêlé à plusieurs légendes, notamment celle des pommes d'or du jardin des Hespérides : Hercule le replace pour aller récolter à sa place les pommes des Hespérides ce qu'Atlas accepte à condition qu'Héraclès soutienne la voûte céleste à sa place pendant ce temps. Atlas ne voulant plus la reprendre, Héraclès doit ruser : il dit à Atlas, peu intelligent, qu'il a mal au dos et Atlas accepte de reprendre le globe céleste le temps qu'Héraclès se repose. Mais Héraclès emporte les pommes et part en laissant le Titan porter le ciel.

En plus du massif de l'Atlas, où l'on place traditionnellement sa résidence (Hésiode l'avait située aux confins occidentaux du monde), son nom est également donné aux atlas de géographie, ainsi qu'à la première vertèbre cervicale, C1, qui supporte le crâne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Hésiode, Théogonie [détail des éditions] [lire en ligne] (507)
  2. Bonnafé 1993, p. 105
  3. Laurent Prémont, Le Mythe de Prométhée dans la littérature française contemporaine: 1900-1960, Presses de l'Université Laval, (lire en ligne), p. 93
  4. Apollodorus (trad. Jean-Claude Carrière et Bertrand Massonie), La Bibliothèque d'Apollodore, Presses Univ. Franche-Comté, (ISBN 9782251604435, lire en ligne), p. 28
  5. Citée par Homère[Où ?], absent chez le pseudo-Apollodore.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :