Divinités grecques primordiales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Grecs anciens disposaient de plusieurs théogonies différentes, et même si celles-ci présentaient certains caractères communs, il est difficile d'arrêter une liste figée de divinités primordiales pour la mythologie grecque, cette liste — et le rôle des divinités concernées — variant d'une source à l'autre.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Généalogie Des Divinités Grecques Primordiales

Liens entre les différentes divinités[modifier | modifier le code]

Divinités primordiales[modifier | modifier le code]

Gaïa mit au monde Ouranos et Pontos. Elle engendra par la suite la première génération de Titans avec son propre fils, Ouranos. Érèbe, selon certains auteurs, aurait engendré Éther et Héméra avec sa sœur Nyx.

Titans : première génération[modifier | modifier le code]

  • Cronos émascula son père Ouranos sur conseil de sa mère Gaïa, afin de prendre le pouvoir et de libérer ses frères et sœurs Titans qu'Ouranos retenait prisonniers dans le Tartare. Après avoir pris place sur le trône, il épousa sa sœur Rhéa avec laquelle il engendra les six premiers Olympiens. Il dévora ses cinq premiers enfants, de peur que ceux-ci le détrônent. Rhéa décida alors de préserver son dernier enfant, Zeus, et donnera à Cronos une pierre emmaillotée. Celui-ci ne vit pas la différence et engloutit la pierre. Zeus fut emporté en Crète, où il fut élevé par les nymphes du mont Ida, nourri par le lait de la chèvre Amalthée. Il revint à l'âge adulte, et entreprit la Titanomachie, ainsi que la Gigantomachie.
  • Hypérion s'unit à sa sœur Théia pour mettre au monde Hélios, qui eu une descendance nombreuse, qui comprend la déesse Hécate.
  • Concernant le Titan Japet, les auteurs grecs sont assez divergents concernant sa ou ses compagnes.
  • Océanos engendra avec sa sœur Téthys les dieux fleuves et les Océanides.
  • Céos et sa sœur Phoebe engendrèrent Léto et Astéria.

Titans : seconde génération[modifier | modifier le code]

Olympiens[modifier | modifier le code]

Autres sources mythologiques[modifier | modifier le code]

Hésiode[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Théogonie (Hésiode).

La plus célèbre à cet égard est sans conteste la Théogonie d'Hésiode, à telle enseigne qu'on confond souvent le panthéon primordial grec avec celui donné par l'ouvrage. Les divinités premières qu'il cite sont : Chaos (Béance, Faille), suivi par Gaïa (la Terre), Tartare (les entrailles de la Terre), Éros (le Désir), Nyx (la Nuit) et Érèbe (les Ténèbres), puis par Ouranos (le Ciel et la Vie), Éther (le Ciel supérieur) et Héméra (le Jour).

Homère[modifier | modifier le code]

Plus méconnue, la théogonie homérique semble considérer Océan et Téthys comme les parents de tous les autres dieux, ce qui rattache leur naissance à la mer.

Alcman[modifier | modifier le code]

Chez Alcman, Thétis (la nymphe marine) est la première déesse qui « ordonne toutes choses », suivie par Poros (le chemin qui s'ouvre), Tecmor (la borne)[N 1],[1] et Scatos (l'obscurité du chemin).

Épiménide[modifier | modifier le code]

Épiménide fait d'Ær (l'Air) et de Nyx (la nuit) les deux êtres primordiaux, qui s'unissent pour enfanter Tartare. Deux Titans naîtront ensuite, qui engendreront un œuf d'où sortira un ordre nouveau.

Traditions orphiques[modifier | modifier le code]

La poésie orphique fait généralement de Nyx le principe premier. Chez Aristophane (dans les Oiseaux), elle apparaît avec Chaos, Érèbe et Tartare, puis engendre Éros/Phanès en pondant un œuf, qui engendre à son tour les autres dieux.

Sources philosophiques[modifier | modifier le code]

Nombreux étaient les philosophes et écoles philosophiques grecques qui proposaient leurs propres versions :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Les auteurs de l'Antiquité ont chacun un point de vue différent sur le sujet des divinités grecques primordiales, il est difficile de réaliser une généalogie complète. Sa source principale est la Théogonie d'Hésiode.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Chez Homère, ce nom signifie « ligne de démarcation », « point final ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Revue roumaine des sciences sociales: Série de philosophie et logique, Volume 33,Numéros 1 à 2 page 169

Sources[modifier | modifier le code]

  1. http://remacle.org/bloodwolf/poetes/falc/hesiode/theogonie.htm
  2. http://blog.univ-angers.fr/namurdamyths/2015/05/22/les-dieux/
  3. http://www.etaletaculture.fr/mythologie/la-cosmogonie-grecque-le-monde-ne-sest-pas-fait-en-un-jour/
  4. http://www.genealogiedesdieuxgrecs.com/Genealogie_des_Dieux_grecs/