Ploutos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ploutos (homonymie).
image illustrant la mythologie grecque
Cet article est une ébauche concernant la mythologie grecque.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Statuette de Ploutos, copie romaine du Ier siècle d'un original de 374370 av. J.-C.

Dans la mythologie grecque, Ploutos, également connu sous le nom romanisé Plutus (en grec ancien Πλοῦτος / Ploũtos), est la divinité de la richesse et de l'abondance. Il est le fils d'Iasion (ou Iasos) et de Déméter, qui s'unirent sur une jachère trois fois labourée.

Mythe[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article contient une ou plusieurs listes. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.

Période archaïque[modifier | modifier le code]

La première tradition attestée se trouve dans la Théogonie d'Hésiode[modifier | modifier le code]

« Déméter, divine entre les déesses, donna le jour à Ploutos, unie d'amour (philotês) charmant au héros Jasion, dans une jachère trois fois retournée, au gras pays de Crète ; et Ploutos, bienfaisant, va parcourant toute la terre et le caste dos de la mer, et du premier passant aux bras de qui il tombe il fait un riche et lui octroie large opulence. »[1]

Il est le fils de Déméter et Iasion dont elle s'éprit au mariage de Cadmos et d'Harmonie. Ayant consommé allégrement le nectar servi au banquet, les deux divinités s'unirent dans champs labouré trois fois. Comprenant aux traces de boue présentes sur les bras et les jambes de Iasion et Déméter ce qu'il venait de se passer, Zeus frappa à mort son fils de sa foudre[2].

Hipponax[modifier | modifier le code]

Selon un fragment grec attribué à Hipponax :

« Ploutos est aveugle, mais vraiment aveugle

Il n'est jamais venu chez moi

Pour me dire : «Tiens, Hipponax, voilà trente mines

D'argent, et un peu d'autres en plus » C'est un lâche. »[3]

Théognis de Mégare[modifier | modifier le code]

Dans ses poèmes élégiaques, l'auteur dit :

« Ce n'est pas sans raisons, ô Ploutos, que les hommes t'honorent plus que tout : tu t’accommodes si aisément de la bassesse!

Oui, il semblerait juste que l'homme de bien possédât la richesse, et le méchant mérite le fardeau de la pauvreté. »[4]

Chez Aristophane[modifier | modifier le code]

Eiréné (la Paix), l'une des Heures, portant Ploutos.

Dans Ploutos[5], la divinité est représentée par Aristophane (et la sagesse populaire) comme aveugle, parce qu'il visite indifféremment les bons et les mauvais. Au dire d'Aristophane, ce serait Zeus lui-même qui aurait aveuglé Ploutos pour l'empêcher de récompenser les gens de bien et le forcer à favoriser aussi les méchants. Chrémylos, sous les conseils de l'oracle de Delphes, convainc Ploutos de se rendre à Eleusis - au sanctuaire d'Apollon - afin de se soigner. Après sa guérison, Ploutos délivre à nouveau la richesse aux honnêtes gens.

Chez Diodore de Sicile[modifier | modifier le code]

« Plutus est né de Cérès et de Iasion dans un lieu qu'on appelait le Tripode de Crète, et l'on raconte sa naissance en deux manières. Les uns disent qu'Iasion ayant jeté diverses semences sur la terre et leur ayant donné la culture convenable, il en sortit des fruits de toute espèce avec une abondance à laquelle il donna le nom de Plutus, de sorte qu'il a passé en usage de dire de celui qui a plus de bien qu'il ne lui en faut, qu'il possède Plutus ou les richesses. Mais d'autres prétendent que Plutus, fils de Cérès et de Iasion, fut le premier qui s'avisa d'amasser des richesses, précaution négligée par les hommes de l'ancien temps. Voilà ce que les Crétois racontent des dieux qu'ils disent être nés parmi eux. Ils croient donner une preuve invincible qu'ils sont les premiers auteurs de leur culte de leurs sacrifices et de leurs Mystères par l'observation suivante, c'est qu'au lieu que l'on accompagne d'un grand secret l'initiation d'Eleusine en Grèce, la plus célèbre de toutes, aussi bien que celle de Samothrace et celle des Ciconiens de la Thrace, compatriotes d'Orphée, qui établit cette cérémonie en ce pays là, chez les Cnossiens de Crète, au contraire, l'initiation se reçoit publiquement, les mystères sacrés se célèbrent à la vue de tout le monde et l'on ne cache rien à ceux qui veulent s'instruire de leur signification. »[6]

Chez Lucien de Samosate[modifier | modifier le code]

Lucien rédige un dialogue : Timon ou Le misanthrope[7]. Timon d'Athènes, réputé par sa misanthropie, est mis en scène au côté de Plutus, où Lucien lui attribue une foule de caractéristiques satiriques.

Représentations[modifier | modifier le code]

Déméter (ici sous les traits de Tyché, la Fortune) en compagnie de son fils, Ploutos

Ploutos figure dans le cortège de Déméter et de Perséphone sous les traits d'un jeune homme, ou encore d'un enfant portant une corne d'abondance. Plus tard, avec le développement de la richesse mobilière, Ploutos se détacha du groupe de Déméter, et devint la personnification de la Richesse en général.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hésiode, Théogonie, Les Belles Lettres, , v. 969-974
  2. Robert Graves, Les mythes grecs, Librairie Fayard,
  3. Hipponax, (Frag. 36, WEST)
  4. Théognis de Mégare, poèmes élégiaques, Budé, v. 522-526
  5. Aristophane, Ploutos
  6. « Diodore de Sicile (Histoire Universelle) »
  7. Lucien de Samosate, Timon, p. X, 32-34

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :