Érèbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Érèbe
Dieu de la mythologie grecque
Caractéristiques
Nom Ἔρεϐος (grec ancien)
Erebus (latin)
Fonction principale Dieu des Ténèbres
Métamorphose(s) Fleuve
Résidence Monde souterrain
Lieu d'origine Grèce
Période d'origine Antiquité gréco-romaine
Groupe divin Dieux primordiaux
Divinités grecques chthoniennes
Culte
Mentionné dans Fables de Hyginus; Théogonie d'Hésiode
Famille
Père Chaos (à la fois père et mère)
Fratrie Nyx
Gaïa
Tartare
Éros
Conjoint Nyx
• Enfant(s) Éther (le Ciel supérieur)
Héméra (le Jour)
Charon (nocher des Enfers)
Éléos (la Pitié)
Épiphron(la Prudence)
• Enfant(s) Géras (pour certain auteurs, Nyx l'engendre seule)

Dans la mythologie grecque, Érèbe (en grec ancien Ἔρεϐος / Érebos, en latin Erebus) est une divinité infernale née du Chaos, personnifiant les ténèbres, l'obscurité des Enfers. Il est le frère et époux de Nyx (la Nuit), avec qui il a engendré d'abord Éther (le Ciel supérieur) et Héméra (le Jour) mais aussi Éléos (la Pitié), Épiphron, (la Prudence) et Charon, le passeur des enfers. Suivant certains auteurs, ils ont également engendré Géras ensemble.

Mythe[modifier | modifier le code]

Origines et descendance[modifier | modifier le code]

Généalogie de la descendance de Chaos

Érèbe est le fils du vide ou Chaos primordial. Il a deux sœurs Gaïa et Nyx; et deux frères, Tartare et Éros. Ils forment l'ensemble des cinq dieux primordiaux dont tous les autres sont issus. Résidant dans le monde souterrain, il fait aussi partie des divinités grecques chthoniennes.

Il est ainsi décrit dans la Théogonie d'Hésiode:

« Puis du Vide naquirent l'Érèbe et la Nuit noiraude. De la Nuit naquirent l'Éther et le Jour, deux frères et sœur qu'elle avait conçus en s'unissant à l'Érèbe[1]. »

Frère et époux de Nyx (la Nuit), il engendre avec elle tout d'abord Éther (le Ciel supérieur) et Héméra (le Jour), qui engendreront eux-même Thalassa. Ils donneront ensuite naissance à Charon (le nocher des Enfers), Éléos (la Pitié) et Épiphron, (la Prudence).

L'auteur romain Hyginus, dans son Fabulae, décrit Erebus come le père de Géras, le dieu de la vieillesse, engendré avec sa sœur et épouse Nyx, la déesse de la nuit[2]. D'autres auteurs, comme Hésiode, désignent cependant Géras comme fils de Nyx seule[3].

Quelques auteurs latins, - Hygin, dans sa préface, et Cicéron - le désignent également comme le père des Moires, toujours avec Nyx comme mère, même si l'ascendance de ces dernières varie beaucoup selon les auteurs et époques.

Lieu[modifier | modifier le code]

Dans la littérature grecque, le nom Erebus est aussi utilisé pour désigner la région des enfers grecque par où les morts passent immédiatement après la mort, parfois également utilisé comme synonyme de Tartarus[4],[5],[6],[7],[8].

L'Érèbe comme lieu est ainsi évoqué par Homère. Ulysse voit les morts, en ombres. « Je parlais ainsi ; mais Ajax ne me répondit point, et s'enfuit dans l'Érèbe avec la foule des ombres… Soudain les âmes des mânes s'échappent dans l'Érèbe[9]… »

Métamorphose[modifier | modifier le code]

Érèbe est métamorphosé en fleuve pour avoir secouru les Titans. C'est ainsi qu'il donne son nom à la région des Enfers où passent les âmes des défunts, région située entre le monde des vivants et l'Enfer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Théogonie, 123-125
  2. (en) Aaron Atsma, « Hyginus, Fabulae 1–49 », Theoi E-Texts Library (consulté le 1er juillet 2011)
  3. Hésiode, Théogonie [détail des éditions] [lire en ligne] (v. 225).
  4. (en) Alice Elizabeth, The Sources of Spenser's Classical Mythology, New York, Silver, Burdett and Company, , 52, 55 p. (lire en ligne)
  5. (en) Mark P. O. Morford, Classical Mythology: Sixth Edition, New York, Oxford University Press US, , 36, 84, 253, 263, 271 p. (ISBN 0-19-514338-8), (ISBN 9780195143386)
  6. (en) Harry Thurston Peck, Harper's Dictionary of Classical Literature and Antiquities, Volume 1, New York, Harper, , 620 p. (lire en ligne)
  7. (en) Marian Rengel, Greek and Roman Mythology A to Z, Infobase Publishing, , 51 p. (ISBN 1-60413-412-7), (ISBN 9781604134124)
  8. (en) Patricia Turner, Dictionary of Ancient Deities, Oxford University Press, (ISBN 0-19-514504-6), p. 170, (ISBN 9780195145045)
  9. L'Odyssée, XI, 37 et 564

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]