Alcyone (Pléiade)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alcyone
Mythologie grecque
Les Pléiades (1885) par Elihu Vedder.
Les Pléiades (1885) par Elihu Vedder.
Caractéristiques
Nom grec ancien Ἁλκυόνη (Αlkuónē)
Période d'origine Antiquité grecque
Groupe divin Les Pléiades
Associé(s) Artémis
Famille
Père Atlas
Mère Pléioné
Fratrie Six sœurs : Un demi-frère : Plusieurs demi-sœurs :
Premier conjoint Poséidon
• Enfant(s) Éthuse, Hyriée, Hypérénor, Hypérès, Anthas et Épopée
Deuxième conjoint Anthédon
• Enfant(s) Glaucos

Dans la mythologie grecque, Alcyone est une des sept Pléiades, fille d'Atlas et de Pléioné.

De son union avec Poséidon sont issus Éthuse, Hyriée, Hypérénor, Hypérès, Anthas et Épopée. Certains mythes font aussi d'elle la mère de Glaucos par Anthédon.

Famille[modifier | modifier le code]

Ascendance[modifier | modifier le code]

Alcyone est la fille du titan Atlas et de l'Océanide Pléioné. Cela fait d'elle la petite-fille de Japet ou Ouranos et de Thémis, Clymène ou Asia (suivant les versions) de par son père et d'Océan et de Téthys de par sa mère. Une version mineure par Hygin donne aussi les Pléiades comme les filles d'Atlas et de l'Océanide Éthra[1].

Elle a six sœurs avec lesquelles elle forme le groupe des Pléiades dont elle est la benjamine. Ces sœurs sont Maïa (l'ainée et mère d'Hermès), Astérope, Céléno, Électre, Taygète et Mérope, la benjamine.

Elle a également un frère ou demi-frère, Hyas, et plusieurs autres sœurs ou demi-sœurs, les Hyades, enfants d'Atlas et de l'Océanide Éthra[2] ou d'Atlas et Pléioné[3], Calypso[4] (lorsque celle-ci est donnée comme fille d'Atlas) et les Hespérides, filles d'Atlas[5] et d'Hespéris[6].

Descendance[modifier | modifier le code]

Avec Poséidon

Alcyone a une liaison avec Poséidon dont naissent plusieurs enfants, diversement nommés selon les sources :

Avec Anthédon

Par un mortel, Anthédon, Alcyone est devenue la mère du pêcheur Glaucos qui fut plus tard transformé en un dieu marin[11].

Comparatif des versions[modifier | modifier le code]

La famille d'Alcyone varie selon les auteurs. Pour comparaison :

Tableau comparatif de la famille d'Alcyone
Relation Noms Sources
Apollodore Ovide Hygin Pausanias Athénée Clement
Parents Atlas et Pléioné
Atlas et Éthra
Consort Poséidon
Anthédon
Enfants Éthuse
Hyriée
Hypérénor
Épopée
Hypérès
Anthas
Glaucos

Mythologie[modifier | modifier le code]

Parmi les Pléiades[modifier | modifier le code]

Dans une histoire, les Pléiades, avec leurs demi-sœurs les Hyades, étaient des compagnes vierges d'Artémis[12], la sœur jumelle d'Apollon et fille de Leto et Zeus, et protectrice des chasseurs et des animaux sauvages. Les Pléiades sont ici des nymphes et, avec leurs demi-sœurs, étaient appelées les Atlantides, les Modonodes ou les Nysiades qui, ensemble, étaient les gardiennes de Dyonisos enfant[13].

Orion poursuivit les Pléiades (nommées Maia, Electra, Taygete, Celaeno, Alcyone, Sterope et Merope) après s'être pris de passion pour leur beauté et de leur grâce. Artémis demande alors à son père Zeus de protéger les Pléiades et, pour ce faire, ce dernier les transforme en étoiles. Artémis entre alors dans un grande colère car elle ne peut plus voir ses compagnes adorées et demande à son frère, Apollon, d'envoyer un scorpion géant pour chasser et tuer Orion. Zeus transforme ensuite Orion en une constellation afin qu'il continue à poursuivre les Pléiades dans les cieux[14].

Dans une autre légende, les sœurs sont transformées en étoiles par Zeus parce qu'Orion est tombé amoureux d'elles et a poursuivi sans relâche leur affection pendant 12 ans. Au début, elles furent été transformés en colombes, mais plus tard, avec Orion, en étoiles afin que le chasseur Orion les poursuive à jamais[15].

Dans les deux légendes, les Pléiades ont été transformées en étoiles et maintenant, avec leurs demi-sœurs, les Hyades (qui sont mortes en pleurant leur frère mort Hyas), font partie de la constellation d'étoiles du Taureau.

Évocation moderne[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]


Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fabulae from The Myths of Hyginus traduit et édité par Mary Grant. University of Kansas Publications in Humanistic Studies. Version online sur le Topos Text Project.
  2. Ovide, Fastes [détail des éditions] [lire en ligne], V, 164.
  3. Hygin, Fables [détail des éditions] [(la) lire en ligne], CXCII.
  4. Homère, Odyssée [détail des éditions] [lire en ligne] (I, vers 13-15 ; 50 à 57 ; V, 57-58.)
  5. Phérécyde, fr. ap. Hygin, Astronomie [détail des éditions] [(la) lire en ligne], II, 3.
  6. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique [détail des éditions] [lire en ligne], IV, 26.
  7. Apollodore, Bibliothèque, Livre 3.10.1
  8. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne] II. 30. § 7
  9. Hygin Praef. Fab. p. 11, ed. Staveren
  10. Ovide, Héroïdes XIX. 133
  11. Athénée de Naucratis, Les Deipnosophistes vii
  12. Scholie à l'Iliade, 18.486. voir ici Qui elle-même cite à son tour le cycle épique perdu
  13. Mythology of the Seven Sisters (Pleiads), National Astronomy and Ionosphere Center (Arecibo Observatory)
  14. Pléiades, dans la mythologie grecque (anglais), InfoPlease
  15. The Pleiades in mythology, Pleiade.org