Niké

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bas-relief figurant Niké à Éphèse. Époque romaine.

Niké (en grec ancien Νίκη / Níkē, prononcé /nǐːkɛː/) est, dans la mythologie grecque, une déesse personnifiant la victoire, équivalent de la Victoire romaine.

Fille du Titan Pallas et de Styx, elle est la sœur de Kratos (la Puissance), Bia (la Force) et Zélos (l'Ardeur), avec qui elle fait partie des proches de Zeus. L’Hymne homérique à Arès la fait cependant naître de Zeus lui-même.

La forme des ailes de cette déesse a été reprise et simplifiée par l'entreprise américaine Nike qui l'utilise comme logo actuellement.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Aucune étymologie n'est clairement associée au nom Νίκη / Níkē, qui semble avoir une origine pré-grecque[1]. Un rapprochement, qui n'est pas sémantiquement correct, est fait avec le grec ancien νεῖκος / neĩkos (« discorde », « querelle », « combat »[2]) et le lituanien ap-nìkti (« attaquer »)[1].

Mythe[modifier | modifier le code]

Selon une légende, Athéna et Niké décidèrent de créer la dynastie la plus pure en s'unissant spirituellement. Leur fils, Pallas, devint le meilleur guerrier du monde. Hélas, il mourut d'une maladie lancée par Apollon car Pallas avait abusé de Clitéa, prêtresse d'Apollon qui ne lui a pas révélé son avenir (une autre légende fait de lui un demi-dieu fils de Niké).

Iconographie[modifier | modifier le code]

Niké est représentée comme une divinité ailée, capable de se déplacer à grande vitesse. Une célèbre sculpture, la Victoire de Samothrace, qui s’inspire d'elle, est conservée au musée du Louvre.

Elle est aussi souvent représentée dans les mains de Zeus et d'Athéna.

Art grec archaïque[modifier | modifier le code]

Diverses solutions ont été mises au point depuis la période archaïque pour exprimer le mouvement en vol.

Réutilisation contemporaine[modifier | modifier le code]

De nos jours, Niké a également souvent été utilisée dans un contexte sportif :

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Éponymie[modifier | modifier le code]

Prénoms[modifier | modifier le code]

  • Le prénom Eunice (littéralement, « la victoire bénéfique » ou encore la « bonne victoire ») est directement tiré de cette divinité.
  • Le prénom Bérénice, d'origine macédonienne (littéralement « qui porte la victoire »), est directement tiré de cette divinité. La forme latinisée en est Véronique.
  • Les prénoms Nicodème, Nicomède, Nicolas, Nicéphore, Nicaise, Nicomaque et Nicette.

Toponymes[modifier | modifier le code]

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

  • Le prix littéraire polonais le plus important porte également ce nom : Prix Nike.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Robert Beekes, Etymological Dictionary of Greek, vol. 2, Leyde, Éditions Brill, (lire en ligne [PDF]), p. 1021-1022.
  2. Anatole Bailly, Dictionnaire grec-français, Paris, Hachette, (lire en ligne), p. 1316.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Baudrillart, Les divinités de la Victoire en Grèce et en Italie d'après les textes et les monuments figurés, Paris, Thorin & fils éditeurs, coll. « Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome no 68 », , 96 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]