Ényo (déesse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ényo.

Dans la mythologie grecque, Ényo (en grec ancien Ἐνυώ / Enuố) est une déesse des batailles, étroitement associée à Arès.

Elle est mentionnée à deux reprises dans l’Iliade. Dans la première occurrence, elle est citée avec Athéna comme une déesse guerrière, au contraire de la faible Aphrodite[1]. Dans la seconde, elle marche à la tête d'Arès et, tenant à la main Kudoimos (le Tumulte), elle mène les Troyens au combat[2]. Ses ascendants ne sont pas mentionnés[3], mais la tradition postérieure en fait le plus souvent la fille, l'épouse ou la sœur d'Arès[4].

Ényo incarne les aspects les plus horribles des batailles : Homère la décrit comme la « destructrice de villes[2] » (πτολίπορθος / ptolíporthos), une épithète qu'elle partage avec Arès[5]. Elle est essentiellement la compagne ou l'hypostase féminine d'Ényalos, une divinité distincte d'Arès à l'origine mais qui se confond avec lui par la suite, devenant l'une des épiclèses du dieu[6]. Elle est invoquée avec Phobos (la Terreur), fils d'Arès, dans le serment des Sept contre Thèbes[7], et avec Arès et Ényalos dans le serment des éphèbes athéniens[8]. L'étymologie de son nom est inconnue, probablement d'origine préhellénique[9]. Elle est assimilée par les Romains à Bellone[4], et les Grecs la reconnaissent dans la déesse anatolienne Ma[10].

Peu de représentations d'Ényo sont connues. Elle a sa statue, œuvre de Timarchos et Céphisodote le Jeune, dans le temple d'Arès à Athènes, aux côtés d'Arès, d'Athéna et d'Aphrodite[11].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Homère, Iliade [détail des éditions] [lire en ligne], V, 333 ; voir aussi Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne] IV, 30, 5.
  2. a et b Iliade, V, 592-593.
  3. (en) Timothy Gantz, Early Greek Myth, Johns Hopkins University Press,‎ 1993 [détail de l’édition], p. 80.
  4. a et b Pierre Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Grands dictionnaires »,‎ 1999 (1re éd. 1951) (ISBN 2-13-050359-4), p. 139.
  5. Iliade, XX, 152.
  6. (en) Walter Burkert (trad. John Raffan), Greek Religion [« Griechische Religion des archaischen und klassichen Epoche »], Oxford, Blackwell,‎ 1985 (éd. orig. 1977) (ISBN 978-0-631-15624-6), p. 171.
  7. Eschyle, Les Sept contre Thèbes [détail des éditions] [lire en ligne], vers 45.
  8. Texte relevé sur une stèle du IVe siècle av. J.-C., cf. L. Robert, Études épigraphiques et philologiques, 1938, p. 293–301.
  9. Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck,‎ 1999 (édition mise à jour) (ISBN 2-252-03277-4) à l'article « Ἐνυάλος ».
  10. Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne] (XII, 2, 3-5)
  11. Pausanias, I, 8, 4.