Bataille du bois du Détroit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille du bois du Détroit
Informations générales
Date 5 décembre 1795
Lieu Saint-Martin-des-Noyers
Issue Victoire républicaine
Belligérants
Flag of France.svg Républicains Drapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Commandants
François-Athanase Charette

Guerre de Vendée

Coordonnées 46° 43′ 21″ nord, 1° 10′ 37″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Vendée

(Voir situation sur carte : Vendée)
Bataille du bois du Détroit

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bataille du bois du Détroit

La bataille du bois du Détroit a lieu le 5 décembre 1795 lors de la guerre de Vendée.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le lendemain de la bataille du camp de l'Oie, les troupes vendéennes tendent une embuscade dans les bois du Détroit entre Saint-Martin-des-Noyers et La Ferrière. Mais l'attaque est trop précipitée et les Vendéens sont repoussés, abandonnant tout leur butin pris la vieille à L'Oie[1].

L'adjudant-général Watrin rapporte également que ce jour là une vivandière de la 107e demi-brigade, ainsi que quatre autres femmes et un enfant, domestique d'un officier, pris lors de la bataille de la veille sont relâchés par les Vendéens et regagnent le camp L'Oie[2].

« Nos soldats ne jouirent pas longtemps des nombreuses prises faites dans le camp ; une colonne ambulante, que nous attaquâmes imprudemment le lendemain, dans les bois du Détroit, les leur fit totalement restituer, et gagna de plus une grande quantité de sabots durant l'espace des deux lieues de poursuite.

Nous avions pris dans le combat de la veille plusieurs femmes hollandaises dont quelques-unes étaient fort belles ; on avait décidé le matin, qu'on les reconduirait vers leur camp pour qu'elles puissent rejoindre leurs maris ; nous rendîmes aussi la liberté à deux dames de notre connaissance que nous trouvâmes dans le bois du Détroit aux prises avec plusieurs républicains ; notre arrivée les sauva en partie de la brutalité du vainqueur[1]. »

— Mémoires de Pierre-Suzanne Lucas de La Championnière.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]