Chaillé-les-Marais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chaillé-les-Marais
Chaillé-les-Marais
Mairie de Chaillé-les-Marais.
Blason de Chaillé-les-Marais
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Fontenay-le-Comte
Canton Luçon
Intercommunalité Communauté de communes Sud Vendée Littoral
Maire
Mandat
Guy Pacaud
2014-2020
Code postal 85450
Code commune 85042
Démographie
Gentilé Chaillezais
Population
municipale
1 909 hab. (2016 en diminution de 1,5 % par rapport à 2011)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 23′ 51″ nord, 1° 01′ 17″ ouest
Altitude m
Min. 0 m
Max. 23 m
Superficie 40,10 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Chaillé-les-Marais

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Chaillé-les-Marais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chaillé-les-Marais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chaillé-les-Marais
Liens
Site web Site officiel

Chaillé-les-Marais est une commune française située dans le département de la Vendée, en région Pays de la Loire.

Commune de la région naturelle du Marais poitevin, elle est incluse dans le parc naturel régional du marais poitevin.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Chaillé-les-Marais : le canal du Clain.
  • Creusé en 1217, afin d'assécher le marais entre Chaillé-les-Marais et Marans, le canal des Cinq Abbés, long de neuf kilomètres, est le plus célèbre du Marais poitevin.
  • Son affluent, le canal du Clain, reçoit par un système de bondes le trop-plein des fossés intermédiaires, lors des crues[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Chaillé-les-Marais est une ancienne île du « golfe des Pictons » à l'origine du marais Poitevin. Cette butte calcaire est le centre du « marais desséché ».

Le territoire municipal de Chaillé-les-Marais s’étend sur 4 010 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 2 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 0 et 23 mètres[2],[3].

Lieux-dits de Chaillé-les-Marais[modifier | modifier le code]

  • Bel Air
  • Bellegarde
  • Bois Fontaine
  • Bonfonds
  • Chaillezais
  • Choisival
  • Cornon
  • Gemonville
  • Jamagne
  • l'Asile
  • l'Orvalle
  • la Blanchardiere
  • la Bonde
  • la Bonde du Coteau
  • la Bonninerie
  • la Bosse
  • la Cochelle
  • la Coulonge
  • la Fromentiere
  • la Grande Boissiere
  • la Grande Cabane
  • la Grande Roussiere
  • la Groix
  • la Loge
  • la Maison Commune
  • la Maison Neuve
  • la Petite Boissiere
  • la Petite Roussiere
  • la Pironnerie
  • la Plaisance
  • la Prise
  • la Richardiere
  • la Rivière aux Bœufs
  • la Torse
  • la Tremblaie
  • le Booth
  • le Bout du Rocher
  • le Breuil Flacourt
  • le Breuil Robert
  • le Grand Plessis
  • le Grand Vigneau
  • le Gros Sillon
  • le Marais Pacaud
  • le Nieul
  • le Pas des Vaches
  • le Petit Breuil
  • le Petit Logis
  • le Petit Plessis
  • le Petit Sableau
  • le Pre Meunier
  • le Saut de la Carpe
  • Les Ablettes
  • les Petites Ablettes
  • les Pictons
  • les Verdineries
  • Maguelonne
  • Terre Neuve [4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chaillé-les-Marais[5]
Nalliers Mouzeuil-Saint-Martin Le Langon
Sainte-Radégonde-des-Noyers Chaillé-les-Marais[5] Vouillé-les-Marais
Marans
(Charente-Maritime)
La Taillée
(par un quadripoint)

Toponymie[modifier | modifier le code]

En poitevin, la commune est appelée Challàe[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale (1914-1918)[modifier | modifier le code]

Parmi les soldats morts pendant la Première Guerre mondiale, en voici quelques-uns qui sont inscrits sur le monument aux morts de la commune.

  • Alexis Pierre Jean : né le 28 août 1872 à Chaillé-les-Marais en Vendée, mort le 14 juin 1916 à Broons dans les Côtes-du-Nord. Fils de Pierre Alexis et de Marie Rose Duraud, Alexis Pierre Jean était employé de commerce. Lors de la Première Guerre mondiale, il est recruté à Fontenay-le-Comte. Il intègre le 33e Colonial et devient adjudant. Il meurt le 14 juin 1916 à l’hôpital complémentaire n°42 à Broons suite à une « tuberculose ouverte du poumon droit-tenant du front »[7] à l’âge de 43 ans. Il s’était « engagé volontaire »[8] pour 3 ans à Fontenay-le-Comte le 10 août 1893.
  • Ballanger René Flavien Narcisse : né le 13 avril 1890 à Chaillé-les-Marais en Vendée, mort le 11 juin 1916 à Verdun dans la Meuse. Fils de Pierre Jean Ballanger et de Marie Léontine Sagot, il était cultivateur. Il est recruté à Fontenay-le-Comte. Il fait partie du 137e Régiment d’Infanterie, il devient alors caporal. « Tué à l’ennemi »[9], il meurt le 11 juin 1916 à Verdun à l’âge de 26 ans. Il est nommé caporal le 11 octobre 1914. Il obtient des « mentions, des lettres de félicitations »[10] et de diverses récompenses. Le jour de sa mort, « le 11 juin 1916 à Thiaumont, près de Verdun, 57 hommes du 137e Régiment d’Infanterie de Fontenay-le-Comte, qui se préparaient à un assaut, sont enfouis après un effroyable bombardement de canons lourds. Les fusils émergeant du sol marquent l’endroit où certains soldats vendéens ont été enterrés vivants. »[11] La bataille de Verdun était « la plus longue bataille de la Première Guerre mondiale et l’une des plus dévastatrices. »
  • Batard Henri Auguste Eugène : né le 21 novembre 1892 à Saint-Cyr-du-Doret en Charente-Inférieure, mort le 28 août 1917 à Verdun dans la Meuse. Fils de Pierre Eugène Batard et de Maria Victoria Caillaud, il était cultivateur. Recruté à Fontenay-le-Comte, il intègre le 161e Régiment d’Infanterie et devient caporal fourrier (c’est le sous-officier chargé de l’intendance). Il est « tué à l’ennemi »[12] le 28 août 1917 à l’âge de 24 ans[13]. Il entre en guerre le 2 août 1914. Il obtient la « croix de guerre avec 2 étoiles de bronze »[13].
  • Benotteau Henri Alexandre Fernand : né le 18 février 1897 à Chaillé-les-Marais en Vendée, mort le 6 mai 1917 à Hurtebise dans l’Aisne. Fils d’Alexandre Benotteau et de Céleste Bertrand, il était « coiffeur perruques »[14]. Il est recruté à Fontenay-le-Comte et intègre le 19e Régiment d’Infanterie comme soldat de 2e classe. Il est « tué à l’ennemi »[15] le 6 mai 1917 à l’âge de 20 ans. Il entre en guerre le 7 janvier 1916.
  • Berjonneau Gaston Alfred Marcel : né le 24 janvier 1896 à Challé-les-Marais en Vendée, mort le 4 octobre 1916 à Fleury dans la Meuse. Fils d’Alfred Berjonneau et de Honorine Graton, il était cultivateur. Recruté à Fontenay-le-Comte, il intègre le 39e Régiment d’Infanterie comme soldat. Il meurt « tué à l’ennemi »[16] le 4 octobre 1916 à l’âge de 20 ans. Il entre en guerre le 8 avril 1915.
  • Billaud Arthur Eugène : né le 23 mai 1895 à Chaillé-les-Marais, meurt le 19 novembre 1916 à Tauberbischofsheim en Allemagne. Fils d’Honoré Billaud et de Marie Pageaud, il était cultivateur. Recruté à Fontenay-le-Comte, il intègre le 402e Régiment d’Infanterie comme soldat de 2e classe. Il décède « en captivité »[17] en Allemagne à l’âge de 21 ans[18]. Il entre en guerre le 15 décembre 1914.
  • Bouchonneau Pascal Henri : né le 19 avril 1881 à Chaillé-les-Marais en Vendée, mort le 21 novembre 1917 à Illois en Normandie. Fils de Pierre Jean Bouchonneau et de Marie Rose Leguy, il était cultivateur. Recruté à Fontenay-le-Comte, il intègre le 33e Régiment d’Infanterie et devient sergent. Il meurt des suites « d’accident survenu dans un exercice de grenades »[19] à Illois à l’âge de 36 ans. Il entre en guerre le 13 août 1914.
  • Brodu Eugène : né le 16 décembre 1873 à la Chaize-le-Vicomte en Vendée et mort le 8 janvier 1918 à Oullins dans le Rhône. Fils d’Auguste Léon Brodu et de Marie Rosalie Thibaudeau, il était maçon. Il intègre le 63e Régiment d’infanterie comme soldat de 2e classe. Il décède « à l’hôpital complémentaire N°13 à Oullins »[20] à l’âge de 38 ans.
  • Casseron Léon François Pierre : né le 20 août 1897 à Chaillé-les-Marais en Vendée, mort le 7 octobre 1916 dans la Somme. Fils de Pierre Jean Casseron et de Marie Claire Jean, il était tailleur de pierres et maçon. Recruté à Fontenay-le-Comte, il intègre le 118e Régiment d’artillerie lourde comme soldat de 2e classe. Il meurt « tué à l’ennemi »[21] dans le « Bois de Hem »[21] dans la Somme à l’âge de 19 ans. Il entre en guerre le 16 novembre 1915. Il est « engagé volontaire pour 4 ans le 16 novembre 1915 à la mairie de Fontenay-le-Comte »[22].
  • Delorme Louis Marie Victor : né le 13 mars 1888 à Saint-Philbert-du-Pont-Charrault en Vendée, mort le 27 août 1914 à Chaumont-Saint-Quentin en Ardennes. Fils de Jean Louis François Delorme et d’Augustine Henriette Bregeon, il était son « propre cultivateur »[23]. Recruté à Fontenay-le-Comte, il intègre le 137e Régiment d’Infanterie comme soldat de 2e classe. Il meurt « tué à l’ennemi »[24] en Ardennes à l’âge de 26 ans. Il entre en guerre le 3 août 1914. Il est « signalé décédé sur une liste officielle allemande Z.N.B »[23]. Dès 6 heures, le jour de sa mort le 27, c’est la contre-offensive du 1er bataillon. « A sept reprises, les soldats du 137e Régiment d’Infanterie partent à l’assaut des lignes ennemies »[25]. Durant cette bataille, « près de 800 hommes, tous grades confondus, seront mis hors de combat »[26] lors des affrontements de Chaumont-Saint-Quentin.
  • Dreneau Paul Gabriel : né le 4 janvier 1894 à Chaillé-les-Marais en Vendée, mort le 28 septembre 1917 Bezonvaux dans la Meuse. Fils de Gabriel Frédéric Dreneau et de Marie Madeleine Tessier, il était comptable. Recruté à La Roche-sur-Yon, il intègre le 415e Régiment d’Infanterie comme soldat. Il meurt « tué à l’ennemi »[27] dans la Meuse à l’âge de 23 ans. Il entre en guerre le 15 décembre 1914.
  • Girard Eugène Auguste Gustave : né le 3 décembre 1894 à Chaillé-les-Marais, mort le 15 décembre 1916 à Louvemont dans la Meuse. Fils de Pierre Girard et de Marie Girard, recruté à Fontenay-le-Comte, il intègre le 4e Mixte de Zouaves et Tirailleurs comme soldat de 2e classe. Il meurt « tué à l’ennemi »[28] dans la Meuse à l’âge de 21 ans. Il entre en guerre le 12 septembre 1914. Louvement-Côte-du-Poivre est « l’un des 9 villages français détruits durant la Première Guerre mondiale qui n’a jamais été reconstruit. Déclaré « village mort pour le France » à la fin des hostilités »[29].
  • Guichard Louis Pierre Joachim Napoléon : né le 9 octobre 1881 à Mouzeuil en Vendée, mort le 19 novembre 1916 à Besançon dans le département de Doubs. Fils de François Pierre Guichard et de Eulalie Guichard, il était cultivateur. Recruté à Fontenay-le-Comte, il intègre le 54e Régiment d’infanterie Territorial comme soldat de 2e classe. Mort d’une « maladie tuberculose pulmonaire »[30] à l’hôpital régional Saint-Claude à l’âge de 34 ans.
  • Joseph Maximilien Célestin : né le 16 février 1894 à Chaillé-les-Marais en Vendée, mort le 21 août 1916 à Cerisy-Gailly dans la Somme. Fils d’Emilien Joseph et de Juliette Texier, il était domestique cultivateur. Recruté à Fontenay-le-Comte, il intègre le 35e Régiment d’Infanterie comme soldat de 2e classe. « Touché par éclats d’obus au bras droit et poitrine »[31], il meurt des suites « de blessures de guerre »[32] à l’hôpital d’évacuation n°18 à Cerisy-Gailly à l’âge de 22 ans. Il entre en guerre en décembre 1914. « Près de 10000 blessés HOE (hôpitaux d’évacuation) ont été [...] rapatriés » de Cerisy-Gailly « par les péniches »[33].
  • Ouvrard Léon Louis Emmanuel : né le 5 mars 1896 à Chaillé-les-Marais, mort le 21 avril 1917 à Vaux-Varennes dans la Marne. Fils de Louis Ouvrard et de Marie Chaigneau, il était cultivateur. Recruté à Fontenay-le-Comte, il intègre le 114e Régiment d’Infanterie comme soldat. Il décède « des suites de blessures de guerre »[34] dans la Marne à l’âge de 21 ans[35]. Il est « blessé le 19 avril 1917 à Sapigneul »[35] par un éclat d’obus qui provoque une « plaie perforante du thorax »[35].
  • Pacaud Gustave Pierre Alcide : né le 11 mars 1881 à Marans en Charente-Inférieure, mort le 25 septembre 1916 à Bouchavesnes dans la Somme. Fils de Pierre Joseph Pacaud et de Marie Adèle Véronique Constantin, il était cultivateur. Recruté à Fontenay-le-Comte, il intègre le 89e Régiment d’Infanterie comme soldat de 1re classe. Il meurt « tué à l’ennemi »[36] dans la Somme à l’âge de 35 ans. Il entre en guerre en août 1914.
  • Papon Stanislas Victor : né le 2 juillet 1876 à la Chaize-le-Vicomte en Vendée, mort le 21 juillet 1917 à Louvemont dans la Meuse. Fils de Victor Papon et Marie Ardouin, il était jardinier. Recruté à la Roche-sur-Yon, il intègre le 9e Régiment du Génie comme « Sapeur mineur »[37] « Un sapeur mineur est un soldat de l’armée du génie chargé de l’exécution des sapes, c’est-à-dire des ouvrages souterrains ». Il meurt « tué à l’ennemi »[37] dans la Meuse à l’âge de 41 ans. Il entre en guerre le 11 août 1914.
  • Robin Marcel Adolphe Camille : né le 19 septembre 1896 à Chaillé-les-Marais en Vendée, mort le 10 mars 1917 dans le secteur de Reillon en Meurthe-et-Moselle. Fils de Edmond Robin et de Eugènie Robin, il était cultivateur. Recruté à Fontenay-le-Comte, il intègre le 367e Régiment d’Infanterie comme soldat de 2e classe. Il meurt « tué à l’ennemi »[38] en Meurthe-et-Moselle à l’âge de 20 ans. Il entre en guerre le 8 avril 1915.
  • Roy Maurice Constant : né le 29 septembre 1892 à Chaillé-les-Marais en Vendée, mort le 24 septembre 1917 à Bezonvaux dans la Meuse. Fils de Alexandre Felix Léon Roy et de Berthe Marie Augustine Brunet, il était domestique cultivateur. Recruté à Fontenay-le-Comte, il intègre le 53e Régiment d’Infanterie comme soldat. Il meurt « tué à l’ennemi »[39] dans la Meuse à l’âge de 24 ans. Il entre en guerre le 2 août 1914.
  • Simon Fernand Jules Eugène : né le 24 octobre 1879 à Chaillé-les-Marais en Vendée, mort le 7 septembre 1918 dans le secteur de Laffaux dans l’Aisne. Fils de Pierre Jean Jules Simon et de Marie Julie Goureaud, il était maçon. Recruté à Fontenay-le-Comte, il intègre le 3e Régiment d’Infanterie comme soldat de 2e classe. Il meurt dans l’Aisne à l’âge de 38 ans. Il entre en guerre le 3 août 1914.


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au premier, d'or au château de gueules, ouvert et ajouré du champ, maçonné de sable ; au deuxième, d'azur à l'île d'argent ; au troisième, d'azur à l'anguille d'argent ondoyant en pal ; au quatrième, d'or à la fasce fuselée de gueules de cinq pièces.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1865 1908 Eugène Maingaud républicain propriétaire, conseiller général
1908 1945 Auguste Albert    
1945 1959 Ernest Bonnet    
1959 1971 Georges Breton    
1971 1983 Julien-Hilaire Petit    
1983 1989 Roger Autin    
1989 1991 Robert Bontemps    
1991 1995 Jean-Louis Grousset    
1995 2014 Guy Grelaud[Note 1],[40] divers gauche ancien conseiller général
2014 En cours Guy Pacaud divers gauche retraité de l'artisanat et de l'industrie
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[41]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[42].

En 2016, la commune comptait 1 909 habitants[Note 2], en diminution de 1,5 % par rapport à 2011 (Vendée : +4,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7021 7481 8091 9982 0842 1362 2962 4022 454
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 4952 4872 3772 3682 4052 3722 3302 2962 196
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1622 1511 9921 6901 6771 6001 5891 5641 583
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 5561 4431 2921 4861 5531 5991 7821 8081 834
2013 2016 - - - - - - -
1 9211 909-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[43] puis Insee à partir de 2006[44].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (26,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,9 %, 15 à 29 ans = 16,8 %, 30 à 44 ans = 21,1 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 21,3 %) ;
  • 52,1 % de femmes (0 à 14 ans = 17,5 %, 15 à 29 ans = 15,7 %, 30 à 44 ans = 18,2 %, 45 à 59 ans = 17 %, plus de 60 ans = 31,6 %).
Pyramide des âges à Chaillé-les-Marais en 2007 en pourcentage[45]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ans ou +
2,6 
8,5 
75 à 89 ans
15,9 
12,0 
60 à 74 ans
13,1 
21,0 
45 à 59 ans
17,0 
21,1 
30 à 44 ans
18,2 
16,8 
15 à 29 ans
15,7 
19,9 
0 à 14 ans
17,5 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[46]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Marie-Madeleine
  • Pompe à eau, rue du 11-Novembre
  • Le théâtre Jean-Baptiste

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2001, 2008.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les ouvrages hydrauliques »
  2. « Commune 24470 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  3. « Chaillé-les-Marais », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  4. Autres types de voie de Chaillé-les-Marais sur le site annuaire-mairie.fr, consulté le 2 septembre 2015.
  5. Carte IGN sous Géoportail
  6. Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 75.
  7. « Alexis Pierre Jean », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 4 juin 2019)
  8. « Alexis Pierre Jean », sur Grand Mémorial (consulté le 4 juin 2019)
  9. « Ballanger René Flavien Narcisse », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 4 juin 2019)
  10. « Ballanger René Flavien Narcisse », sur Grand Mémorial (consulté le 4 juin 2019)
  11. « Café-histoire "Le 137e RI à Verdun... La tranchée des baïonnettes". », Ouest-France,‎
  12. « Batard Henri Auguste Eugène », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 4 juin 2019)
  13. a et b « Batard Henri Auguste Eugène », sur Grand Mémorial. (consulté le 4 juin 2019)
  14. « Benotteau Henri Alexandre Fernand », sur Grand Mémorial. (consulté le 4 juin 2019)
  15. « Benotteau Henri Alexandre Fernand », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 4 juin 2019)
  16. « Berjonneau Gaston Alfred Marcel », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 4 juin 2019)
  17. « Billaud Arthur Eugène », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 4 juin 2019)
  18. « Billaud Arthur Eugène », sur Grand Mémorial (consulté le 4 juin 2019)
  19. « Bouchonneau Pascal Henri », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 4 juin 2019)
  20. « Brodu Eugène », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 4 juin 2019)
  21. a et b « Casseron Léon François Pierre », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 4 juin 2019)
  22. « Casseron Léon François Pierre », sur Grand Mémorial (consulté le 4 juin 2019)
  23. a et b « Delorme Louis Marie Victor », sur Grand Mémorial (consulté le 5 juin 2019)
  24. « Delorme Louis Marie Victor », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 5 juin 2019)
  25. « 27 août 1914 : le colonel de Marolles meurt au front. », Ouest-France,‎
  26. « Les pertes des 93 et 293eme RI en 14-18. », sur Canalblog (consulté le 5 juin 2019)
  27. « Dreneau Paul Gabriel », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 5 juin 2019)
  28. « Girard Eugène Auguste Gustave », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 5 juin 2019)
  29. « La Boissière », Midi Libre,‎
  30. « Guichard Louis Pierre Joachim Napoléon », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 5 juin 2019)
  31. « Joseph Maximilien Célestin », sur Grand Mémorial (consulté le 5 juin 2019)
  32. « Joseph Maximilien Célestin », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 5 juin 2019)
  33. « La péniche, un onguent pendant la Première Guerre. », Courrier picard,‎
  34. « Ouvrard Léon Louis Emmanuel », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 5 juin 2019)
  35. a b et c « Ouvrard Léon Louis Emmanuel », sur Grand Mémorial. (consulté le 5 juin 2019)
  36. « Pacaud Gustave Pierre Alcide », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 5 juin 2019)
  37. a et b « Papon Stanislas Victor », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 5 juin 2019)
  38. « Robin Marcel Adolphe Camille », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 5 juin 2019)
  39. « Roy Maurice Constant », sur Mémoire des Hommes. Ministère des Armées. (consulté le 5 juin 2019)
  40. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  41. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  42. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  43. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  44. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  45. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  46. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 10 mai 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :