Bataille de Saint-Gilles-sur-Vie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de Saint-Gilles-sur-Vie
Description de l'image Eglise-saint-gilles.JPG.
Informations générales
Date 2 et 3 juin 1815
Lieu Saint-Gilles-sur-Vie
Issue Indécise
Belligérants
Flag of France.svg ImpériauxDrapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Commandants
Pierre André GrobonLouis de La Rochejaquelein
Forces en présence
300 hommes1 300 hommes
Pertes
8[réf. nécessaire]2 à 3 morts

Guerre de Vendée de 1815

Batailles

Campagne du duc d'Angoulême
Montélimar · Loriol


Campagne de Belgique
Ligny · Quatre-Bras · Waterloo · Wavre


Campagne de France de 1815
Maubeuge · Huningue · La Souffel · Vélizy · Rocquencourt · Sèvres · Issy


Guerre napolitaine
Panaro · Ferrare · Occhiobello · Carpi · Casaglia · Ronco · Cesenatico · Pesaro · Scapezzano · Tolentino · Ancône · Castel di Sangro · San Germano · Gaète


Guerre de Vendée et Chouannerie de 1815
Les Échaubrognes · L'Aiguillon · Aizenay · Sainte-Anne-d'Auray · Cossé · Saint-Gilles-sur-Vie · Redon · Les Mathes · Muzillac · Rocheservière · Thouars · Auray · Châteauneuf-du-Faou · Guérande · Fort-la-Latte

Coordonnées 46° 41′ 54″ nord, 1° 56′ 22″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Vendée

(Voir situation sur carte : Vendée)
Bataille de Saint-Gilles-sur-Vie

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Bataille de Saint-Gilles-sur-Vie

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bataille de Saint-Gilles-sur-Vie

La bataille de Saint-Gilles-sur-Vie se déroula lors de la guerre de Vendée de 1815.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le 2 juin, à Napoléonville, le général Travot apprit que les Britanniques débarquaient des munitions aux Vendéens à Saint-Gilles-sur-Vie. Il était prioritaire, pour les Impériaux, d'empêcher ce débarquement. Aussitôt Travot ordonna au général Grobon se porter à Saint-Gilles, et au général Estève de gagner Saint-Jean-de-Monts.

Le même jour en fin d'après-midi les soldats du général Grobon entraient dans Saint-Gilles-sur-Vie, faibles en nombre, ils se retranchèrent dans des maisons et dans l'église. Kitoë, le capitaine anglais de la frégate l'Astrée fit apporter une obusier mais celui-ci se révéla inefficace. Finalement les deux camps restèrent sur leurs positions et la nuit mit fin au combat. Le lendemain la fusillade reprit et le général Grobon en observation au sommet du clocher fut grièvement blessé par une balle tirée par un soldat vendéen.

Néanmoins Louis de La Rochejaquelein devina que les Impériaux attendaient des renforts, il ordonna de mettre fin au débarquement et fit dispercer les convois d'armes et de munitions, puis il se replia sur Saint-Jean-de-Monts. Les pertes vendéennes ne furent, selon les mémoires de Canuel que de 2 à 3 morts et quelques blessés. Le général Grobon ne se remit pas de sa blessure, transporté à Nantes, il mourut quatre jours plus tard.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Émile Gabory, Les Guerres de Vendée, Robert Laffont, , p.823.