Bataille de Sainte-Anne-d'Auray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de Sainte-Anne-d'Auray

Informations générales
Date
Lieu Sainte-Anne-d'Auray
Issue Victoire des Chouans
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire françaisDrapeau des armées catholiques et royales Chouans
Commandants
• JosseLouis de Sol de Grisolles
Joseph Cadoudal
• Yves Le Thieis
• Guillaume Gambert
Jean Rohu
Forces en présence
500 hommes[1]5 000 hommes[2]
Pertes
4 à 30 morts[3],[4]
Quelques prisonniers (relâchés)[5]
4 blessés[3]

Chouannerie de 1815

Batailles

Coordonnées 47° 42′ 15″ nord, 2° 57′ 10″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
(Voir situation sur carte : Morbihan)
Bataille de Sainte-Anne-d'Auray
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
(Voir situation sur carte : Bretagne)
Bataille de Sainte-Anne-d'Auray
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Bataille de Sainte-Anne-d'Auray

La bataille de Sainte-Anne-d'Auray se déroule le , lors de la chouannerie de 1815.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Fin mai 1815, environ 5 000[2] Chouans des légions d'Auray et de Bignan[1], sous les ordres de Louis de Sol de Grisolles[6], se rassemblent aux abords de Sainte-Anne-d'Auray[2]. Environ 500 Fédérés commandés par l'avocat Josse sortent alors de Lorient pour les disperser[1],[2].

L'officier chouan Julien Guillemot relate le combat dans ses mémoires[A 1],[1]. Selon lui, les Impériaux se heurtent à une troupe 800 hommes commandée par Yves Le Thieis, Joseph Cadoudal et Guillaume Gambert[7]. L'affrontement est bref : les écoliers de Vannes font front[2], puis les marins de Carnac et de Locmariaquer menés par Jean Rohu lancent une contre-attaque décisive qui met les Impériaux en fuite[2],[8].

Pertes[modifier | modifier le code]

Quatre chouans sont blessés lors du combat selon Julien Guillemot[3],[7]. Les pertes impériales sont d'environ 30 tués et 75 blessés d'après les royalistes, mais selon l'historien Aurélien Lignereux il est possible que ce bilan soit exagéré[3]. Les registres matricules de la gendarmerie du Morbihan attestent pour leur part de la mort de quatre gendarmes à Sainte-Anne-d'Auray[4]. Quelques fédérés sont également faits prisonniers, mais les Chouans les relâchent rapidement[5].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Le général Desol, voulant former un corps principal, ce qui n'avait pas encore eu lieu dans le Morbihan, avait ordonné à M. Le Thieis, à Joseph Cadoudal et à Gambert, de faire prendre les armes à leurs hommes et de se trouver à Sainte-Anne-d'Auray, le 22 mai.
    Avant de s'y rendre, les jeunes gens de la côte avaient désarmés les douaniers, depuis Étel jusqu'à La Trinité, et les gendarmes d'Auray ; ceux de Bignan et d'Elven avaient également désarmé les gendarmes.
    À la nouvelle de ces démonstrations préparatoires, les Fédérés de Lorient sortirent, au nombre de 500, sous les ordres de M. Josse, avocat, et, le 24 mai, ils se dirigèrent sur Sainte-Anne.
    Les Royalistes y étaient au nombre de 800, munis de trois cartouches chacun et de l'ordre de courir sur l'ennemi dès qu'il paraîtrait.
    En effet, les Fédérés parurent bientôt sur la route qui vient de Mériadec, et, à leur arrivée sur cette petite lande que vous trouvez auprès de l'auberge du Cheval-Blanc, ils firent une décharge qui blessa quatre hommes, en poussant des cris terribles.
    Les Chouans se portèrent en avant à la course et en silence, suivant l'ordre du général. La victoire leur resta sans combattre, car les Fédérés ne tinrent pas un instant. Saisis d'une terreur panique, ils se mirent à fuir de tous les côtés, entraînant la troupe à leur suite ; et, comme ces malheureux n'étaient pas aussi lestes que les gars de Bignan, d'Auray et d'Elven, il en fut pris un grand nombre.
    L'avocat Josse, leur chef, fut blessé dans le dos, et un autre avocat, nommé Jégado, reçut une blessure dans le ventre.
    La nouvelle de cette victoire me fit plaisir, mes chers neveux; mais je fus transporté de joie et de bonheur quand j'appris que votre père, alors âgé de dix-sept ans, avait montré, pendant l'affaire, beaucoup de courage et de sang-froid[7]. »

    — Mémoires de Julien Guillemot

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Lignereux 2015, p. 167.
  2. a b c d e et f Dupuy 2004, p. 300-301.
  3. a b c et d Lignereux 2015, p. 169.
  4. a et b Lignereux 2015, p. 171.
  5. a et b Lignereux 2015, p. 216.
  6. Lignereux 2015, p. 143.
  7. a b et c Guillemot 1859, p. 228-229.
  8. Lignereux 2015, p. 191.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Dupuy, La Bretagne sous la Révolution et l’Empire, 1789-1815, éditions Ouest-France université, Rennes, , 350 p. (ISBN 978-2-737-33502-0). .
  • Julien Guillemot, Lettres à mes neveux sur la Chouannerie, Imprimerie Félix Masseaux, (lire en ligne). 
  • Aurélien Lignereux, Chouans et Vendéens contre l'Empire, 1815. L'autre Guerre des Cent-Jours, Paris, Éditions Vendémiaire, , 384 p. (ISBN 2363581873). .