Bataille de Vihiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Vihiers
Description de cette image, également commentée ci-après
Santerre par Le Sueur
Informations générales
Date 18 juillet 1793
Lieu Vihiers
Issue Victoire vendéenne
Belligérants
Flag of France.svg Républicains Drapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Commandants
Jacques Marguerite Pilotte de La Barollière
Antoine Santerre
Jacques-François de Menou
Louis Thévenet Danican
Henri Forestier
Piron de La Varenne
Forces en présence
6 000 hommes 10 000 hommes
Pertes
inconnues
800 prisonniers
22 canons perdus
inconnues

Guerres de la Révolution française

Coordonnées 47° 08′ 50″ nord, 0° 31′ 57″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Bataille de Vihiers

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Bataille de Vihiers

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bataille de Vihiers

La bataille de Vihiers se déroula lors de la guerre de Vendée, le .

La bataille[modifier | modifier le code]

La fuite du général Santerre.

Après sa victoire le 15 juillet 1793 à Martigné-Briand, le général Jacques Marguerite Pilotte de La Barollière avait installé ses troupes à Vihiers. Cependant une avant-garde fut envoyée pour attaquer Coron, mais elle se heurta aux 600 hommes du baron de Keller, entièrement composés de soldats professionnels suisses et allemands ayant déserté l'armée républicaine. Ceux-ci parvinrent à tenir les Républicains en respect. De plus aux bruits du combat des paysans vendéens renforçaient la troupe de Keller. Les Républicains hésitaient à attaquer, le général Menou et le général Thévenet, dit Danican, avaient été blessés lors du combat. Finalement les Républicains prirent la fuite et se réfugièrent à Vihiers, la tombée de la nuit mit fin à la bataille.

Le lendemain, 10 000 soldats vendéens se réunirent à Coron mais ils étaient sans chef. En effet les principaux généraux de l'armée catholique et royale étaient à Châtillon afin d'élire un nouveau général en chef à la suite de la mort de Jacques Cathelineau, le 14 juillet, des suites de ses blessures à la bataille de Nantes. L'abbé Bernier encouragea alors les généraux en second, Henri Forestier et Piron de La Varenne à prendre le commandement.

À midi les Vendéens prirent d'assaut Vihiers, les bataillons parisiens commandés par Santerre prirent la fuite sans combattre. Santerre lui-même prit la fuite où lors d'un épisode célèbre, son cheval effectua un saut par-dessus un mur de cinq pieds de haut.

Selon les états, cependant incomplets, du 14e bataillon de Paris, dit de la République, anciennement des Piquiers, six sous-officiers et volontaires du bataillon sont tués le 18 juillet 1793 à Vihiers, un sergent-major est blessé, quatre hommes sont faits prisonniers, deux d'entre eux sont blessés un autre, sous-lieutenant, est délivré le 20 septembre[1].

Les Républicains fuirent jusqu'à Saumur.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Yves Gras, La Guerre de Vendée, éditions Economica, 1994, p. 56.
  • Jean Tabeur, Paris contre la Province, les guerres de l'Ouest, éditions Economica, 2008, p. 112-113.
  • Charles-Louis Chassin et Léon Hennet, Les volontaires nationaux pendant la Révolution, t. II, L. Cerf (Paris), , p. 354. lire en ligne sur gallica

Références[modifier | modifier le code]