Combat du Chêne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Combat du Chêne
Informations générales
Date 6 juin 1832
Lieu Vieillevigne (Loire-Inférieure)
Issue Victoire des Orléanistes
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France Royal Standard of King Louis XIV.svg Vendéens
Commandants
• Commandant Morand
• Capitaine Schwin
• Capitaine Lacroix
Charles de Charette
• Hyancinthe de La Roberie
Forces en présence
~ 400 hommes 400 à 450 hommes[1]
Pertes
5 morts[2]
10 blessés[2]
34 morts[2]

Guerre de Vendée et Chouannerie de 1832

Batailles

Toucheneau · La Hautière · Le Chêne · La Penissière · Riaillé
Coordonnées 46° 58′ 20″ nord, 1° 25′ 56″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Combat du Chêne

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Combat du Chêne

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Combat du Chêne

Le combat du Chêne se déroule le lors de l'insurrection légitimiste de 1832.

Prélude[modifier | modifier le code]

Pendant l'insurrection légitimiste, Charles Athanase Marie de Charette de La Contrie forme une petite troupe de 300 Vendéens composée de bourgeois nantais commandés par le lieutenant de gendarmerie Laroche et de paysans de Rezé, Montbert et Geneston. Charette doit se réunir aux 150 insurgés de Saint-Philbert-de-Bouaine et Saint-Étienne-de-Mer-Morte commandés par Louis de Cornulier. Cependant ces derniers sont surpris et mis en fuite par un détachement de soldats commandés par le colonel Duvivier[1].

Charette gagne alors Aigrefeuille-sur-Maine, où il apprend la défaire de La Blanchetière au combat de la Hautière. Le général Dermoncourt fait ensuite mouvement pour attaquer Charette, mais il reçoit l'ordre de faire demi-tour pour aller combattre les chouans à Ancenis. Le 6 juin, Charette est rejoint par une centaine d'hommes de Legé commandés par Mornet du Temple et par quelques hommes de Clisson et Saint-Lumine-de-Clisson sous les ordres de Hyacinthe de La Roberie, il gagne ensuite le village du Chêne[1].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le même jour, les Vendéens sont attaqués par deux compagnies du 44e régiment d'infanterie de ligne commandées par les capitaines Schwin et Lacroix. Les Vendéens se postent en embuscade, La Roberie à droite, Charette à gauche et la cavalerie en réserve. Les soldats orléanistes se retranchent dans le village. La compagnie Lacroix tente de prendre les Vendéens à revers mais elle est mise en déroute, la compagnie Schwin finit également par plier sous le nombre et prend la fuite à son tour. Charette les poursuit avant de regagner le village du Chêne. Cependant peu de temps après, quatre compagnies arrivent sur le champ de bataille et engagent les Vendéens dans leurs dos. Un nouveau combat s'engage qui tourne cette fois au désavantage des Vendéens qui paniquent et prennent la fuite. Des fuyards rencontrent une nouvelle compagnie de grenadiers au Pont-James où ils perdent encore des hommes[1].

Les pertes sont de 5 morts et 10 blessés pour les troupes orléanistes et de 34 tués pour les Vendéens[2]. Après ce désastre Charette licencie ses troupes[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Émile Gabory, Les Guerres de Vendée, Robert Laffont, 1912-1931 (réimpr. 2009).
  • Alfred Lescadieu et Auguste Laurant, Histoire de la ville de Nantes, suivie de l'histoire des guerres de la Vendée, t. I, (texte en ligne sur google livres).

Notes[modifier | modifier le code]