Bataille de Saint-Fulgent (1794)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Saint-Fulgent
Informations générales
Date 9 - 10 janvier 1794
Lieu Saint-Fulgent
Issue Victoire républicaine
Belligérants
France Républicains Drapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Commandants
Dominique Joba
Georges Dufour
François-Athanase Charette
Jean-Baptiste Joly
Jean-Baptiste de Couëtus
Forces en présence
1 500 hommes 1 000 à 1 200 hommes[1]
Pertes
inconnues inconnues

Guerre de Vendée

Coordonnées 46° 51′ 14″ nord, 1° 10′ 36″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Vendée

(Voir situation sur carte : Vendée)
Bataille de Saint-Fulgent

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Bataille de Saint-Fulgent

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bataille de Saint-Fulgent

La bataille de Saint-Fulgent a lieu lors de la première guerre de Vendée. Le , les Vendéens prennent d'assaut le bourg mais ils en sont chassés dès le lendemain par des renforts républicains.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le 9 janvier 1794, les Vendéens menés par Charette attaquent le bourg de Saint-Fulgent. Selon les rapports républicains, les Vendéens sont forts de 2 000 à 3 000 hommes[2], cependant dans ses mémoires l'officier vendéen Pierre-Suzanne Lucas de La Championnière écrit qu'à cette période ils n'étaient « souvent pas plus de mille à douze cents hommes[1] ». La garnison, composée de bataillons sans expériences du combat[2], est surprise alors qu'elle est en train de planter un arbre de la liberté[1]. Les républicains prennent aussitôt la fuite et profient de la nuit pour échapper à leurs poursuivants[1].

Le lendemain matin, un détachement venu de Chantonnay, ignorant la prise de Saint-Fulgent, tombe dans une embuscade près de la ville. Après avoir essuyés une décharge, ils prennent aussitôt la fuite, sans combattre, et sont poursuivis jusqu'au château de L'Oie. Un nouveau combat s'engage, les Républicains sont à nouveau battus et battent en retraite avec la perte de quelques hommes[1].

Les Vendéens regagnent Saint-Fulgent, mais plus tard dans la journée, à six heures du soir, une colonne républicaine commandée par l'adjudant-général chef de brigade Joba, secondé par l'adjudant-général Dufour attaquent la ville, décidés à la reprendre aux Vendéens[2]. Le combat dure deux heures selon le rapport du général Bard, mais d'après Lucas de La Championnière, en un quart d'heure, les Vendéens sont mis en déroute et leurs forces sont dispersés. Charette trouve ensuite refuge dans la forêt de Grasla, avec une partie de ses forces[1].

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]