Bataille de Chauché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Chauché
Informations générales
Date 2 février 1794
Lieu Chauché
Issue Victoire vendéenne
Belligérants
France Républicains Drapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Commandants
• Jean-Baptiste Lachenay François-Athanase de Charette
Charles Sapinaud de La Rairie
Forces en présence
1 000 hommes[1] 2 600 hommes[2],[3]
Pertes
~ 30 à 100 morts[1] inconnues

Guerre de Vendée

Coordonnées 46° 49′ 48″ nord, 1° 16′ 19″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Vendée

(Voir situation sur carte : Vendée)
Bataille de Chauché

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Bataille de Chauché

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bataille de Chauché

La bataille de Chauché a lieu lors de la guerre de Vendée. Le , les Vendéens repoussent l'attaque d'une colonne infernale républicaine.

La bataille[modifier | modifier le code]

Rescapé de la Virée de Galerne, Charles Sapinaud de La Rairie regagne la Vendée et parvient à reconstituer l'Armée du Centre, il réunit 1 800 hommes[2]. Informé de ce rassemblement Charette qui se cache depuis plusieurs jours à Touvois avec quelques partisans, rassemble 800 hommes[3] et se porte à la rencontre de Sapinaud afin d'opérer une jonction avec ses troupes[2].

La division du général Grignon occupe alors Saint-Fulgent et Les Essarts, Grignon détache alors 500 hommes de sa colonne et un même nombre d'hommes de sa colonne de gauche partent attaquer les Vendéens signalés à Chauché[1].

Sapinaud est attaqué à Chauché à 1 heure de l'après-midi par la première colonne envoyée par Grignon depuis Saint-Fulgent, mais le renfort de Charette permet aux Vendéens de repousser les Républicains qui perdent 30 hommes selon le rapport de Grignon[1],[2]. La deuxième colonne, partie des Essarts et commandée par l'adjudant-général Lachenay arrive en retard et n'attaque qu'à 5 heure du soir, elle est également mise en déroute et se replie sur sa position d'origine[1].

Le lendemain de la bataille, Grignon rallie les fuyards et se replie sur Chantonnay[4]. Les prisonniers républicains, au moins deux selon Lucas de La Championnière, sont fusillés par les Vendéens, en représailles des massacres qu'ils ont commis[3],[4].

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]