Combat de Riaillé (1832)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Combat de Riaillé.
Combat de Riaillé
Informations générales
Date 6 juin 1832
Lieu Riaillé (Loire-Inférieure)
Issue Victoire des Chouans
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France Royal Standard of King Louis XIV.svg Chouans
Commandants
Bernardin Macé de La Roche-Macé
• Félix de Landemont
Forces en présence
~ 500 hommes 800 hommes[1]
Pertes
4 morts[2] faibles

Guerre de Vendée et Chouannerie de 1832

Batailles

Toucheneau · La Hautière · Le Chêne · La Penissière · Riaillé
Coordonnées 47° 31′ 11″ nord, 1° 17′ 39″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Combat de Riaillé

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Combat de Riaillé

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Combat de Riaillé

Le combat de Riaillé ou combat de Colombeau se déroule le lors de l'insurrection légitimiste de 1832.

Le combat[modifier | modifier le code]

Le 6 juin, 800 chouans commandés par Bernardin Macé de La Roche-Macé et Félix de Landemont atteignent Riaillé où ils sont attaqués par un bataillon du 31e et une section du 54e régiment d'infanterie de ligne[1] venus de Bonnœuvre[2]. Les officiers chouans entament des pourparlers avec les Orléanistes mais des coups de feu isolés déclenchent le combat[1]. Les Chouans chargent à la baïonnette, mettent les soldats en fuite et les repoussent jusqu'à la forêt au lieu-dit Colombeau[2]. Courson déclara que les troupes orléanistes ont perdu le tiers de leurs effectifs[1], cependant l'état civil de Riaillé ne mentionne que quatre noms de grenadiers du 54e, tués lors du combat[1],[2]. Ce combat est cependant de la seule victoire des légitimistes, peu de temps après les Chouans doivent abandonner le bourg face à l'avancée des troupes du général Dermoncourt qui marchaient sur eux[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Émile Gabory, Les Guerres de Vendée, Robert Laffont, 1912-1931 (réimpr. 2009).

Notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]