Bataille de Parthenay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bataille de Parthenay
Description de cette image, également commentée ci-après
La citadelle Saint-Jacques à Parthenay
Informations générales
Date
Lieu Parthenay
Issue Victoire républicaine
Belligérants
Flag of France.svg RépublicainsDrapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Commandants
François-Joseph WestermannLouis de Lescure
Forces en présence
1 200 hommes[1]5 000 à 6 000 hommes[2],[3]
Pertes
7 blessés[3]600 morts[4]
100 prisonniers[3]
(selon les républicains)

Guerre de Vendée

Coordonnées 46° 38′ 55″ nord, 0° 14′ 52″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres
(Voir situation sur carte : Deux-Sèvres)
Bataille de Parthenay
Géolocalisation sur la carte : Poitou-Charentes
(Voir situation sur carte : Poitou-Charentes)
Bataille de Parthenay
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Bataille de Parthenay

La bataille de Parthenay a lieu le lors de la guerre de Vendée. Elle s'achève par la prise de la ville de Parthenay par les républicains.

Prélude[modifier | modifier le code]

Le , la ville de Parthenay tombe aux mains des Vendéens menés par le général Lescure. Une sommation rédigée par les Comités des Armées catholiques et royales somme les Républicains de se rendre, faute de quoi la ville sera réduite en cendres[3]. Les patriotes capitulent aussitôt et Parthenay est occupée par une armée de 5 000[2] à 6 000[3] paysans.

Lors du mois de , le général républicain François-Joseph Westermann arrive en renfort à Niort avec sa légion du Nord forte de 1 200 hommes[1]. Dans cette ville, le général en chef Armand de Gontaut-Biron craint d'être attaqué par les Vendéens et donne l'ordre à Westermann d'effectuer un raid sur Parthenay[3].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le 24 juin, au soir, Westermann quitte Saint-Maixent à la tête de sa légion du Nord[3] et pendant la nuit, il se jette sur Parthenay. Les Républicains enfoncent la porte avec leur artillerie, l'infanterie entre dans la ville et s'empare rapidement de trois canons tandis que la cavalerie contourne la ville. Surpris dans leur sommeil, les Vendéens n’opposent presque aucune résistance et prennent la fuite. Lescure accourt avec 700 paysans mais ne peut empêcher la déroute. Les Vendéens s’enfuient en direction de Thouars où se dispersent dans le bocage[3],[1].

Après le succès de ce raid, Westermann retourne à Saint-Maixent, puis il regagne Parthenay le 30 juin, sa colonne renforcée par deux bataillons[2], 56 chasseurs des Ardennes[3] et huit canons[2], soit 2 500 hommes[3],[1]. Les Vendéens avaient brièvement réoccupé la place, mais ils prennent la fuite sans combattre[1].

Pertes[modifier | modifier le code]

Selon le représentant Goupilleau, les républicains n’ont perdu que quelques blessés[4], en fait sept hommes[3], tandis que les pertes des Vendéens sont de 600 hommes[4], ce qui est vraisemblablement une exagération. Néanmoins, il a été fait 100 prisonniers[3].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Vainqueur, Westermann regagne brièvement Saint-Maixent où il reçoit des renforts, avant de regagner le bocage[2]. Un rassemblement de Vendéens ayant été signalé au bourg d'Amailloux, Westermann se jette le 1er juillet sur cette paroisse et disperse les insurgés. Le bourg est ensuite incendié et plusieurs de ses habitants sont tués[3]. Westermann proclame que tout village qui fournirait des secours ou des hommes aux rebelles subira le même sort[2]. Il rédige par la suite un mémoire sur son expédition[A 1].

Le même jour, il gagne le château de Clisson, résidence du général Lescure, qui s’est enfui quatre heures plus tôt[2]. Le château est pillé puis livré aux flammes[2]. Puis Westermann poursuit sa marche et s'empare de Bressuire sans combat[2]. La marquise de La Rochejaquelein, épouse du général Lescure, raconte la bataille dans ses mémoires[A 2]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Je suis arrivé, vers le milieu de juin, l'an premier de la République, avec ma légion, à Saint-Maixent ; le général Biron avoit alors le Commandement en chef de l'armée.

    Le 20 du même mois, je fus prévenu que les brigands avoient résolu l'attaque de Niort, qu'un grand rassemblement se formoit pour cet effet à Parthenay, en vertu de l'ordre de Biron. Je pars la même nuit avec 1200 hommes de ma légion. Je me trouve aux portes de cette ville à deux heures du matin. Les avant-postes ennemis furent surpris et égorgés, les portés de la ville enfoncées à coups de canons; et au milieu d'un feu bien soutenu, j'y entre avec ma petite infanterie au pas de charge tandis que la cavalerie tournoit la route de l'autre extrémité de la ville.

    10 à 12 mille brigands prirent la fuite, abandonnant leur artillerie ; beaucoup furent taillés en pièces et faits prisonniers; quantité de pain, de bœufs et de chevaux fut la prise de cette journée, et Niort qui alors n'étoit pas encore fortifié, ne fut pas attaqué. Le lendemain, je retournai à St. Maixent, les brigands marchèrent aussitôt sur Nantes, et une armée de 40 mille hommes assiégea cette place. Biroon me donne l'ordre de marcher a sa défense, et me renvoie un renfort de deux faibles bataillons. En marchant par Tours, il étoit impossible d'arriver à temps, je pris, donc le parti de marcher droit sur Nantes en traversant le pays ennemi. Je pars le 30 juin, avec 2500 hommes, Parthenay étoit encore tombé au pouvoir des ennemis, qui, à mon approche, évacuèrent cette ville en la livrant au pillage

    Le premier juillet, après une faible résistance, je pris Amaillou, un des repaires des brigands où plusieurs ont été tués et quatre membres du comité royaliste faits prisonniers, beaucoup de chevaux et de bœufs furent pris et tout fut renvoyé à Niort. Voulant donner l'exemple de la vengeance du pillage de Parthenay, je livrai au pillage Amaillou, en renvoyant tous les meubles et effets pour être distribués aux patriotes de Parthenay. Avant de quitter Amaillou j'y ai fait mettre le feu, et le même jour je me suis porté à Clisson pour investir le château de l'Escure; ce brigand s'occupait à l'évacuation de ce château ; mais prévenu de mon arrivée, il prit la fuite avec tout son monde, et le château fut livré au pillage et réduit en cendres.

    Dans le pays insurgé, le tocsin sonnoit de toute part, et le rassemblement se formoit à Bressuire. Du haut du clocher l'Escure voyoit en pleurant les flammes de l'incendie de son château, et crioit à la vengeance. J'apprends que le rassemblement étoit environ de vingt mille hommes avec quatre pièces de canon. Le 2 juillet je marche fièrement sur cette place. Les brigands étoient tellement intimidés par ces incendies, qu'ils prirent la fuite sans tirer un seul coup de fusil[1]. »

    — Mémoire du général de brigade François-Joseph Westermann.

  2. « Pendant ce temps-là, le Bocage était aussi le théâtre des combats qui n'avaient pas été prévus. Il y avait à Amaillou, entre Bressuire et Parthenay, un petit rassemblement de paysans qu'on avait formé pour la sûreté du pays. M. de Lescure apprit que le général Biron était à Niort, que son armée grossissait tous les jours, et que l'avant garde était à Saint-Maixent, menaçant Parthenay. Il envoya sur-le-champ à Saumur, prier MM.de Baugé, les chevaliers Beauvolliers et de Beaurepaire, de se rendre à Amaillou ; lui-même, tout blessé qu'il était, voulut y aller pour veiller de près à la défense de ce poste. Il partit malade et le bras en écharpe; je l'accompagnai, ne pouvant me résoudre à le quitter dans cet état.

    Nous nous arrêtâmes une nuit à Clisson, et le lendemain nous arrivâmes à Amaillou. Nous y trouvâmes M. de R***; c'était un gentilhomme d'une trentaine d'années. Pour se donner un air plus distingué, il était en habit de velours bleu, brodé en paillettes, en bourse, et un chapeau sous le bras, l'épée au côté : c'était la première fois qu'on le voyait au camp. Il dit qu'ayant appris que les chefs étaient occupés ailleurs, il avait cru devoir se rendre à Amaillou, pour y prendre le commandement du poste. M. de Lescure le remercia beaucoup ; et comme il arrivait avec des officiers harassés de fatigue, il pria M. de R*** de vouloir bien encore commander le camp, et se charger du bivouac pour cette nuit-là.

    Il répondit qu'un gentilhomme comme lui n'était pas fait pour coucher dehors. « Comme chef, vous avez raison, s'écria M. de Lescure en riant. » Il ordonna aux soldats de se relayer pour le garder toute la nuit à la pluie, loin du feu : cela fut exécuté, et M. de R*** ne reparut plus.

    Le jour d'après, comme j'étais à me promener avec le chevalier de Beauvolliers, nous vîmes tous les paysans en rumeur ; ils avaient saisi deux chasseurs républicains ; nous devinâmes qu'ils étaient déserteurs : en effet, ils venaient de Saint-Maixent. Leur fuite avait été aperçue; ils avaient été poursuivis pendant cinq lieues, et ils arrivaient tout essoufflés. Nos gens avaient commencé par les entourer, les uns leur disant qu'ils étaient des espions, d'autres qu'il fallait crier vive le Roi! quelques-uns qu'il fallait les tuer. Au milieu de ce tumulte, ils étaient fort interdits ; nous les prîmes sous le bras, et nous les conduisîmes à M. de Lescure, qui était sur son lit : il les interrogea. Le premier répondit gaîment qu'il s'appelait Cadet; qu'on l'avait mis dans la légion du Nord, et que voulant se battre pour le Roi, il désertait. Le second, d'un air embarrassé, dit qu'il avait émigré, et qu'il était sous-officier dans le régiment de la Châtre. Sa manière de s'expliquer donna de la défiance à M. de Lescure, qui recommanda de le surveiller. Bientôt après, il se distingua par son courage et son mérite ; et quand il fut estimé dans l'armée, il conta qu'il était gentilhomme d'Auvergne, qu'il s'appelait M. de Solilhac. Je ne conçois pas ce qui avait pu l'engager à se cacher d'abord ; depuis, il a toujours été un des plus braves officiers de la Vendée.

    La présence de M. de Lescure amena à Amaillou un grand nombre de paysans; il pensa alors qu'il fallait s'avancer et occuper Parthenay. M. Girard de Beaurepaire, qui commandait une petite division attachée à l'armée de M. de Royrand, lui fit dire qu'il viendrait se réunir à lui, et qu'il lui amènerait cent cinquante cavaliers : c'était un secours fort utile, car M. de Lescure n'avait que quinze chevaux. Cette jonction se fit à Parthenay.

    On s'attendait à être attaqué. M. de Baugé et le chevalier de Beaurepaire firent murer toutes les issues de la ville, hormis les portes de Thouars et de Saint-Maixent ; deux pièces de canon furent mises à cette dernière porte ; on plaça un poste avancé et des factionnaires. Il fut convenu que d'heure en heure il partirait une patrouille qui ferait une lieue, puis reviendrait, de façon qu'il y en aurait toujours une dehors. M. Girard de Beaurepaire fut chargé de veiller à l'exécution de toutes ces mesures de précaution, qui furent négligées : il alla se coucher, et la patrouille de minuit ne partit pas. L'avant-garde des républicains, commandée par le général Westermann, arriva jusqu'à la porte : le factionnaire fut égorgé et la batterie surprise. Un nommé Goujon, l'un des six dragons qui avaient déserté, se fit tuer en défendant, les pièces avec courage.

    MM. de Lescure et de Baugé s'étaient jetés sur le même lit. M. de Baugé se leva sur-le-champ, et courut à la porte de St.-Maixent : il la trouva abandonnée ; les paysans étaient en pleine déroute ; il reçut une balle qui lui cassa la jambe, et se trouva au milieu des Bleus; la nuit était obscure : il ne fut pas reconnu, et tournant à droite, il se dirigea rapidement vers la rivière. Alors on vit bien que c'était un Vendéen, et on fit une décharge sur lui. Il fit sauter son cheval dans l'eau et mit à la nage ; une seconde décharge tua le cheval. Les Vendéens, qui étaient à l'autre bord, parvinrent cependant à retirer M. de Baugé.

    M. de Lescure, que sa blessure faisait beaucoup souffrir, avait eu bien de la peine à s'habiller et à se sauver ; peu s'en fallut qu'il ne fût pris.

    Le lendemain matin les républicains occupèrent la ville, où ils n'avaient pas osé s'avancer beaucoup pendant la nuit.

    M. de Lescure n'avait pas voulu que je le suivisse à Parthenay ; j'étais retournée d'Amaillou à Clisson ; il m'envoya un cavalier pour me prévenir de ce qui se passait. Cet homme arriva au grand galop, la fayeur lui avait fait perdre la tête : il se croyait poursuivi, il frappa à ma porte, et me réveilla en criant « Madame, de la part de M. de Lescure, sauvez-vous ; nous avons été battus à Parthenay : sauvez-vous. » L'effroi me saisit ; c'est à peine si j'eus le sang-froid de demander s'il n'était rien arrivé à mon mari. Je m'habillai à la hâte, oubliant d'attacher mes robes, et je fis réveiller tout le monde ; je courrais dans la cour, tenant toujours ma robe ; je trouvai une troupe de faucheurs ; je leur dis d'aller se battre, et qu'il n'était pas temps de travailler ; je saisis par le bras un vieux maçon de quatre-vingts ans; je le priai de me conduire dans une métairie dont il me semblait que j'avais oublié le chemin; j'y traînai ce pauvre homme, qui pouvait à peine marcher pendant que je courais. On vint me donner quelques détails qui calmèrent un peu ma terreur panique. Je sus qu'après le premier moment, M. de Lescure s'était retiré paisiblement, et sans être ni poursuivi, ni inquiété. Je montai cependant à cheval, et je partis pour Châtillon; j'y arrivai à cinq heures du soir. Je fus toute surprise, en y entrant, de ce qu'on s'empressait autour de moi en s'écriant : La voilà! la Voilà! Le bruit s'était répandu que M. de Lescure et moi avions été pris à Parthenay : tout le monde était dans la consternation. J'allai rassurer le conseil supérieur, en racontant ce que je savais, puis je pris le chemin de la Boulaye. Je trouvai ma mère qui arrivait en voiture. Elle avait appris, par le bruit public, les fausses nouvelles qu'on répandait, et elle voulait se faire conduire à Niort pour périr avec moi sur i'échafaud. Nous fûmes bien heureuses de nous retrouver : elle ne pouvait s'en fier à ses yeux.

    Cependant M. de Larochejaquelein voyait chaque jour diminuer sa garnison de Saumur ; rien ne pouvait retenir les paysans, car ils croyaient que tout était fini, qu'il n'y avait plus rien à craindre. L'un partait après l'autre, pour aller retrouver sa métairie et ses bœufs. M. de Larochejaquelein vit bien qu'avant peu il n'aurait pas un soldat, et il s'occupa à envoyer chaque jour dans le Bocage, la poudre, l'artillerie et les munitions de tout genre. Pour faire illusion aux habitants sur la faiblesse de la garnison, il parcourait chaque nuit la ville au galop avec quelques officiers, en criant vive le Roi ! En il se trouva, lui neuvième à Saumur. Trois mille républicains venaient d'occuper Chinon : il fallut quitter la ville. Il restait deux canons, il les emmena ; mais à Thouars, il fut obligé de les jeter dans la rivière. Il arriva à Amaillou le jour où M. de Lescure se retirait de Parthenay.

    Cependant ces deux messieurs virent bien qu'ils n'avaient pas assez de monde pour défendre ce canton ; ils se retirèrent sur Châtillon pour y rassembler la grande armée. Le général Westermann, de son côté, avança avec dix mille hommes environ ; il entra à Parthenay : de là il vint à Amaillou sans éprouver de résistance ; il fit mettre le feu au village : c'est là le commencement des incendies des républicains. Westermann marcha ensuite sur Clisson ; il savait que c'était le château de M. de Lescure, et s'imaginant qu'il devait trouver une nombreuse garnison et éprouver une défense opiniâtre, il avança avec tout son monde, non sans de grandes précautions, pour attaquer ce château du chef de» brigands : il arriva vers neuf heures du soir. Quelques paysans, cachés dans le bois du jardin, tirèrent des coups de fusils, qui effrayèrent beaucoup les républicains ; mais ils saisirent quelques femmes, et surent qu'il n'y avait personne à Clisson, qui d'ailleurs n'était susceptible d'aucune défense. Alors Westermann entra, et écrivit de là une lettre triomphante à la Convention, en lui envoyant le testament et le portrait de M. de Lescure. Cette lettre fut mise dans les gazettes. Il ne voulut pas renoncer à ce qu'il avait imaginé d'avance, et il manda qu'après avoir traversé une multitude de ravins, de fossés, de chemins couverts, il était parvenu au repaire de ce monstre, vomi par l'enfer, et qu'il allait y mettre le feu. En effet, il fit apporter de la paille, et des fagots dans les chambres, les greniers, les écuries, la ferme, et prit toutes ses mesures pour que rien n'échappât à l'incendie.

    M. de Lescure, qui avait bien prévu cet évènement, avait donné, longtemps auparavant, l'ordre de démeubler le château; mais, apprenant l'effroi que cette nouvelle avait répandu dans les environs, et que les habitants abandonnaient leurs métairies, il craignit l'effet que cette précaution produirait sur le pays, et ne fit rien enlever de Clisson ; ainsi le château fut brûlé avec les meubles et absolument tout ce qu'il renfermait ; des provisions énormes de blé et de foins ne furent pas même épargnées ; il en fut de même partout : les armées républicaines brûlaient nos magasins et écrasaient le pays par leurs réquisitions.

    J'étais allée dîner à Châtillon, avec ces messieurs, le jour où l'on vint leur apprendre l'incendie de Clisson ; cela ne nous fit pas grand effet : il y avait longtemps que nous nous y attendions ; mais ce qui était important, c'était la marche de Westermann, qui s'était sur-le-champ avancé à Bressuire, et qui se dirigeait sur Châtillon[5]. »

    — Mémoires de la marquise de La Rochejaquelein.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Westermann 1794, p. 3-5
  2. a b c d e f g h et i Gras 1994, p. 53.
  3. a b c d e f g h i j k l et m Gabory 2009, p. 187-188.
  4. a b et c Tabeur 2008, p. 102.
  5. La Rochejaquelein 1817, p. 169-177

Bibliographie[modifier | modifier le code]