Bataille de La Garnache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de La Garnache
Description de cette image, également commentée ci-après

Ruines du Château de La Garnache

Informations générales
Date 27 novembre 1793
Lieu La Garnache
Issue Victoire républicaine
Belligérants
France Républicains Drapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Commandants
• Aubertin François-Athanase de Charette
Jean-Baptiste Joly
Jean Savin
Forces en présence
1 100 à 1 500 hommes[1],[2] 3 000 à 4 000 hommes[2]
(selon les républicains)
Pertes
inconnues inconnues

Guerre de Vendée

Coordonnées 46° 53′ 29″ nord, 1° 49′ 47″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Vendée

(Voir situation sur carte : Vendée)
Bataille de La Garnache

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Bataille de La Garnache

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bataille de La Garnache

La bataille de La Garnache se déroula lors de la guerre de Vendée.

La bataille[modifier | modifier le code]

Alors que le gros des forces vendéennes et républicaines sont engagées au nord de la Loire dans la Virée de Galerne, en Vendée le général Nicolas Haxo est chargé de reprendre l'île de Noirmoutier et de détruire l'armée de Charette[1]

Le 27 juin, l'adjudant-général Aubertin, à la tête de 1 000 à 1 100[1], voir 1 500 hommes[2] de l'avant-garde de la colonne du général Jordy rencontre les Vendéens à La Garnache[1]. Selon les mémoires d'Aubertin les Vendéens sont 8 000, tandis que Haxo dans son rapport à Vimeux parle de 3 000 à 4 000 rebelles[2]. Les forces vendéennes sont commandées par Charette, Joly et Savin[3]

Aubertin, à la tête du 11e bataillon d'Orléans profite d'une route étroite pour briser le centre des Vendéens et les faire battre en retraite[1].

« Je t'annonce avec plaisir que Jordy vient d'effectuer aujourd'hui sa jonction avec moi. Il a fouillé et balayé la forêt de Prince. Nos succès sur la Garnache t'intéresseront; en deux mots, quinze cents hommes de nos troupes ont mis en déroute complète trois à quatre mille rebelles qui se disposaient, je pense, à venir nous attaquer.

Tu peux être tranquille sur le poste de Rouans [2]. »

— Lettre du général Haxo au général Vimeux, le 28 novembre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]