Bataille des Clouzeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille des Clouzeaux
Description de l'image Mort d'Haxo.jpg.
Informations générales
Date 21 mars 1794
Lieu Les Clouzeaux
Issue Victoire vendéenne
Belligérants
France RépublicainsDrapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Commandants
Nicolas HaxoFrançois-Athanase de Charette
Jean-Baptiste Joly
Louis Guérin
Forces en présence
~ 2 000 hommes700 à 800 hommes[1]
Pertes
~ 20 morts[2]
57 blessés[2]
inconnues

Guerre de Vendée

Coordonnées 46° 37′ 51″ nord, 1° 30′ 27″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Vendée

(Voir situation sur carte : Vendée)
Bataille des Clouzeaux

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Bataille des Clouzeaux

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bataille des Clouzeaux

La bataille des Clouzeaux se déroula lors de la guerre de Vendée. Poursuivis depuis des semaines par les Républicains, les Vendéens sont rattrapés le , l'attaque est cependant repoussée et le général Haxo est tué.

La bataille[modifier | modifier le code]

Repoussé une première fois à La Roche-sur-Yon au début du mois, Charette ne renonce pas à s'emparer de la ville. Mais sa troupe est poursuivie depuis plusieurs semaines par la colonne du général Haxo, ce dernier écrit : « Charette périra de ma main ou je tomberai sous ses coups[3]. » Et s'adressant au Comité de salut public : « Dans six semaines, j'aurai la tête de ce Brigand, ou il aura la mienne[4]. »

Le 21 mars Haxo, à la tête de 300 cavaliers[5], attaque Charette aux Clouzeaux. Mais le général vendéen a disposé ses troupes, renforcé par les troupes de Joly[6], il commande alors 700 à 800 hommes[1]. Son armée est divisée en quatre groupes, il commande lui-même la droite, Joly la gauche, Guérin le centre et Bodereau la réserve[5].

Les dragons républicains chargent les premiers l'avant-garde vendéenne commandée par Joly. Ils sont sur le point de la faire plier lorsque la cavalerie vendéenne les prend de flanc. Les dragons prennent aussitôt la fuite et jettent la confusion dans les rangs des deux bataillons[2] d'hommes à pied et c'est bientôt la déroute générale. Haxo, dont le cheval a refusé de sauter un obstacle doit mettre pied à terre et se retrouve seul face aux cavaliers vendéens[6].

Turreau, dans son rapport adressé au ministre de la guerre, écrit que Haxo, touché par deux coups de feu, son cheval à terre, se « brûle la cervelle[2]. » En réalité, Haxo est probablement tué au combat. Il refuse de se rendre[6] et adossé à un arbre il tue ou blesse au corps à corps trois assaillants, puis est mis en joue par Arnaud, ancien chef divisionnaire de l'armée du Centre. Haxo se serait alors exclamé : « Est-il possible que je périsse de la main d'un lâche ? Viens ici que je te coupe les oreilles » mais il est aussitôt abattu[5].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Selon le rapport de Turreau, les pertes républicaines sont d'une vingtaine d'hommes tués et de 57 blessés[2]. Les Vendéens évacuent rapidement les lieux, tandis que les deux bataillons de l'aile gauche reprennent le champ de bataille, ce qui permet à Turreau de faire passer la défaite de ses troupes pour une victoire[5],[2].

Charette, dont Haxo avait épargné la demeure de l'incendie, déclara regretter la mort du général républicain : « Pourquoi ne l'a-t-on pas pris vivant ; pourquoi avoir tué un si brave homme ? Je l'aurais renvoyé à nos ennemis pour leur donner un grand exemple à suivre[5]. »

L'issue de la bataille est également marqué par une dispute opposant Charette et Joly, chacun réclamant le cheval du vaincu, qui revient finalement à Charette. Cette querelle conduit à la séparation des deux armées[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]