Bataille de Pontorson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Pontorson
Description de cette image, également commentée ci-après

Campagne de Pontorson

Informations générales
Date 18 novembre 1793
Lieu Pontorson
Issue Victoire vendéenne
Belligérants
France Républicains Drapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Royal Standard of King Louis XIV.svg Chouans
Commandants
Auguste Joseph Tribout Henri de La Rochejaquelein
Forces en présence
4 400 hommes
14 canons
25 000 hommes
Pertes
100 morts
200 blessés
14 canons perdus

Guerre de Vendée

Coordonnées 48° 33′ 15″ Nord 1° 30′ 21″ Ouest / 48.554166666667, -1.5058333333333

Géolocalisation sur la carte : Manche

(Voir situation sur carte : Manche)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Pontorson.

Géolocalisation sur la carte : Basse-Normandie

(Voir situation sur carte : Basse-Normandie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Pontorson.

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Pontorson.

La bataille de Pontorson se déroula lors de la guerre de Vendée.

La bataille[modifier | modifier le code]

Après son échec à la bataille de Granville, l'armée vendéenne fait demi-tour, mais le passage est barré à Pontorson par les 4 000 hommes du général sans-culotte Tribout. Cependant, les Vendéens sont largement supérieurs en nombre et Tribout est facilement battu. Il écrit dans son rapport qu'il a été mis « un peu en déroute ». Il se replie donc sur Dinan.

Les pertes vendéennes ne sont pas connues et celle des républicains font l'objet d'estimations très variables ; le représentant Louis Turreau écrit au Comité de salut public le 23 novembre que les Républicains n'ont pas perdu 20 hommes, de même les administrateurs de la Manche écrivent également à Comité que les Républicains ont perdu moins de 50 hommes. Le général Tribout déclare ne regretter que 100 soldats, les pertes sont de 300 tués et blessés selon le général Kléber. Enfin, un nommé Lesouchu qui participe à l'inhumation des cadavres estime le nombre de républicains tués de 1 000 à 1 200[1].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Hervé Coutau-Bégarie et Charles Doré-Graslin, p.377.