Combat de Saint-Aubin-des-Ormeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Combat de Saint-Aubin-des-Ormeaux

Informations générales
Date
Lieu Saint-Aubin-des-Ormeaux
Issue Victoire vendéenne
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de FranceDrapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Commandants
• Capitaine Torchebœuf
• Capitaine Cesbron-Lavau
• Jean-Félix Clabat du Chillou
Forces en présence
125 hommes[1]220 hommes[1]
Pertes
8 à 10 morts[2]
3 prisonniers[2]
3 morts[2]

Guerre de Vendée et Chouannerie de 1832

Batailles

Coordonnées 46° 59′ 32″ nord, 1° 02′ 32″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Vendée
(Voir situation sur carte : Vendée)
Combat de Saint-Aubin-des-Ormeaux
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Combat de Saint-Aubin-des-Ormeaux
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Combat de Saint-Aubin-des-Ormeaux

Le combat de Saint-Aubin-des-Ormeaux se déroule le lors de la cinquième guerre de Vendée.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le 6 juin 1832, Jean-Félix Clabat du Chillou, commandant en second du 2e corps de l'Armée catholique et royale, ordonne un rassemblement au bois des Angenaudières, près du bourg de La Gaubretière[2]. Le commandant en chef de ce 2e corps, Auguste de La Rochejaquelein, se trouve alors en Hollande pour acheter des armes[2]. Une proclamation en son nom est cependant diffusée et sa femme, Félicie de Durfort, comtesse de Rochejaquelein, habillée en homme, se charge de haranguer les troupes[2].

Du Chillou marche sur Beaurepaire, puis sur Saint-Aubin-des-Ormeaux où les drapeaux tricolores sont remplacés par des drapeaux blancs[2]. Cependant du Chillou doute du succès de l'insurrection et cherche à éviter le combat avec les orléanistes[2].

Informée de ces mouvements, la garde nationale de Cholet forme une colonne mobile et se porte à la rencontre des insurgés légitimistes[2].

Forces en présence[modifier | modifier le code]

D'après Émile Gabory, du Chillou ne commande qu'à 220 hommes, dont seulement la moitié sont armés de fusils[1]. Les orléanistes sont quant à eux forts de 125 hommes, dont 65 gardes nationaux de Cholet et 60 soldats du 29e régiment d'infanterie, commandés par le capitaine Torchebœuf et le captaine Charles Cesbron-Lavau[1].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le 7 juin[1], après être passés par La Verrie et La Gaubretière, les orléanistes attaquent les légitimistes à Saint-Aubin-des-Ormeaux[2]. Le combat s'engage à la métairie de La Rouillère, entre le bourg de Saint-Aubin-des-Ormeaux et celui de Saint-Martin-des-Tilleuls[2].

Prévenus de l'arrivée des orléanistes, les Vendéens ne sont pas surpris et occupent une position avantageuse, retranchés derrière des meules de fagots et des haies[2]. Après une heure de fusillade, les orléanistes battent en retraite et se replient sur Mortagne sans être poursuivis[2]. Ils regagnent ensuite Cholet[2].

La victoire est cependant sans lendemain pour les insurgés. Ces derniers se portent ensuite sur La Gaubretière et La Verrie, où du Chillou apprend que l'insurrection a échoué sur presque tous les autres points[2]. Il fait alors disperser sa troupe[2].

Pertes[modifier | modifier le code]

Les insurgés laissent trois morts : des paysans nommés Diot, Loiseau et Lucas[2]. Les orléanistes compte quant à eux huit à dix tués et laissent trois prisonniers qui seront par la suite relâchés[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Gabory 2009, p. 1002-1003.
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r Deniau 1899, p. 703-708.

Bibliographie[modifier | modifier le code]