Chronologie des attentats en France en 2017

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

.Cette page présente une chronologie des attentats ou projets d'attentat durant l'année 2017.

Attentats[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

Date Lieu Description
18 janvier Aléria (Haute-

Corse)

Dans la nuit du 17 au 18 janvier, une charge explosive de 6 kg est déposée dans un extincteur devant la porte d'entrée d'un restaurant à Aléria. L'explosion ne fait pas de blessés mais beaucoup de dégâts matériels[1].

Février[modifier | modifier le code]

Date Lieu Description
Paris Attaque contre des militaires au Carrousel du Louvre perpétré par un Égyptien âgé de 29 ans contre une patrouille de l'opération Sentinelle à proximité du musée du Louvre à Paris. Un des militaires est blessé, alors qu'un autre ouvre le feu sur l'assaillant et le blesse grièvement. Le Premier ministre indique qu'il s'agit d'une « attaque terroriste »44

Mars[modifier | modifier le code]

Date Lieu Description
16 mars Paris Explosion d'un colis piégé contre le FMI à ParisFrançois Hollande dénonce un « attentat » L'attaque est revendiqué la Conspiration des cellules de feu. Le bilan est d'un blessé48.
Aéroport de Paris-Orly, (Val-de-Marne) Attaque à l'aéroport de Paris-Orly perpétrée par un homme de 39 ans d'origine tunisienne connu des services de renseignement contre une patrouille de l'opération Sentinelle où l'individu a tenté de s'emparer d'un fusil d'assaut FAMAS et ensuite pris en otage une militaire, déclarant « je suis là pour mourir par Allah ». L'assaillant a été abattu. Plus tôt dans la journée il a ouvert le feu contre des policiers et en blesse un lors d'un contrôle de police à Stains.
24 mars Dijon Une femme dont le visage était entièrement dissimulé sous un voile et connue de la DGSI comme étant radicalisée est arrêtée par la police alors qu'elle menaçait les passants avec un couteau et tentait de rentrer dans les boutiques du centre ville et dans une église[2].

Avril[modifier | modifier le code]

Date Lieu Description
5 avril Bastia (Haute-Corse) À 4h10 du matin un extincteur piégé explose devant une agence EDF du centre de Bastia, l'explosion a soufflé les portes vitrées du sas d'entrée sans faire de victimes[3].
17 avril Corte (Haute-Corse) À Corte en Haute-Corse, une agence bancaire de la Société générale est détruite par l'explosion d'un extincteur piégé dans la nuit du 17 avril 2017 à 03h00 du matin[4].
20 avril Champs-Élysées, (Paris) Attentat sur l'avenue des Champs-Élysées contre des policiers par un homme de 39 ans. À 20 h 50 un homme attaque un car de police sur l'Avenue des Champs-Élysées. Un policier est tué et deux autres sont blessés, dont un grièvement ; une passante est légèrement blessée. L'assaillant est abattu par des tirs de riposte. L'État islamique revendique rapidement l'attaque par son agence de propagande Amaq[5].

Mai[modifier | modifier le code]

Date Lieu Description
3 mai Furiani (Haute-Corse) À 2h du matin dans la nuit de mardi à mercredi, une agence immobilière est visée par un attentat à l'aide d'un engin explosif. Cette explosion ne fait pas de blessé et de faibles dégâts. C'est la quatrième attaque contre une agence bancaire ou immobilière en Corse en deux mois[6].

Juin[modifier | modifier le code]

Date Lieu Description
6 juin Notre-Dame de Paris Attaque au marteau contre des policiers à Notre-Dame de Paris, par un homme se proclamant « soldat du Califat ». L'un des agents riposte immédiatement en tirant et blesse grièvement l'assaillant au thorax. Deux couteaux sont découverts sur celui-ci. Lors des perquisitions, les enquêteurs trouvent une vidéo d'allégeance à l'État islamique. Le bilan est de deux blessés dont l'assaillant[7]. Ce dernier, Farid Ikken, est un doctorant algérien de 40 ans. Ancien journaliste, il a travaillé en Suède[8] - où il a obtenu en 2009 le Prix national du journaliste contre la discrimination, décerné par la Commission européenne[9],[8] - puis dans son pays natal[10]. Installé en France pour y rédiger une thèse, il semble s'être radicalisé individuellement sur Internet[11].
14 juin Locaux d'Enedis (Crest) Incendie volontaire des locaux d'Enedis à Crest revendiqué par le groupe Konspiration d'Individualités Complices et Kaotiques[12]. Le groupe entend protester notamment contre les compteurs Linky.
19 juin Avenue des Champs-Élysées, Paris Attaque à la voiture-kamikaze contre un fourgon de gendarmerie où se trouvaient 8 hommes par un individu de 33 ans, fiché S. La voiture a pris feu, mais l'incendie est rapidement maîtrisé. Lors de la perquisition de celle-ci, des munitions, plusieurs armes de poing, une kalachnikov, des explosifs ainsi qu'une bonbonne de gaz sont retrouvés. 1 mort ( l'assaillant). Cet assaillant, terroriste présumé, est un homme âgé de 31 ans issu d'une famille salafiste et fiché S pour son appartenance à la mouvance islamiste radicale depuis septembre 2015[13]. L'exploration du contenu de l'ordinateur portable retrouvé dans la voiture a permit de découvrir qu'il avait envoyé sous un faux nom à plusieurs médias le 29 mai 2017 une lettre de menaces[14]. Il avait sollicité un permis de port d'armes pour pratique de tir sportif[15]. Depuis 2014, il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt tunisien pour des faits de terrorisme[16]. Une lettre d’allégeance à l'État islamique est trouvée dans le domicile du terroriste[13], le groupe terroriste revendiquera l'attaque le 13 juillet 2017 dans un communiqué officiel de son magazine de propagande Rumiyah[17].
29 juin Créteil Un homme d'origine arménienne tente de foncer avec un 4×4 sur des fidèles sortant d'une mosquée mais la voiture heurte à plusieurs reprises des barrières. L'assaillant a été arrêté, criant qu'il voulait « venger le Bataclan et Londres »[18]

Août[modifier | modifier le code]

Date Lieu Description
9 août Levallois-Perret Attaque contre des militaires à Levallois-Perret par un homme à l'aide d'une voiture-bélier contre une patrouille de l'opération Sentinelle. 6 militaires sont blessés dont 2 dans un état grave, le parquet antiterroriste a saisi l'enquête[19]. Quelques heures plus tard le terroriste Hamou B. sera touché par cinq tirs lors de son interpellation sur l'autouroute A16 par la Brigade de recherche et d'intervention.

Septembre[modifier | modifier le code]

Date Lieu Description
15 septembre Paris Aux alentours de 6h30 à la station de métro Châtelet, un homme de 39 ans attaque au couteau un militaire de l'opération Sentinelle en invoquant Allah. L'attaquant est immédiatement maîtrisé par les miliaires, la section anti-terroriste du parquet de Paris est saisie à la suite de cette agression[20].
15 septembre Chalon-sur-Saône  Un homme blesse violemment deux femmes à coups de marteau dans un parc public. L'agresseur prend la fuite à la suite de cette attaque, les forces de police et gendarmerie sont largement mobilisés pour retrouver l’individu[21].
26 septembre Dijon Plusieurs personnes sont blessés dans des attaques au marteau sans que le ou les agresseurs soient identifiés. Le vendredi 3 novembre 2017 un commando du nom de "Commando de défense du peuple et de la patrie française’’ revendique les attaques et celles de Chalon-sur-Saône par message au quotidien Le Bien Public. Dans leur message le commando justifie ces actes par sa volonté de lutter "contre l’islamisation de notre pays"[22].
30 septembre Paris Devant un immeuble proche de la porte d'Auteuil dans le XVIe arrondissement à Paris, un engin explosif artisanal composé d'au moins quatre bouteilles de gaz, de fils électriques reliés à un téléphone portable est neutralisé in-extremis par une équipe de démineurs. Selon une source policière le dispositif était en parfait état de marche, cette même source déclare avoir évité le pire. La section antiterroriste du parquet de Paris est saisie suite à cette découverte. Une enquête est en cours afin de trouver le ou les individus qui ont confectionné cette bombe[23]. Le lundi 3 octobre 2017, cinq individus sont interpellés par la DGSI, l'un d'eux a une fiche S pour son appartenance à la mouvance islamiste radicale[24].

Octobre[modifier | modifier le code]

Date Lieu Description
1er octobre Marseille Attaque par arme blanche à la gare Saint-Charles de Marseille : un homme égorge et tue deux femmes avec un couteau aux alentours de 13 h 45 sur la parvis de la Gare Saint-Charles. Plus tard, le terroriste est abattu par une patrouille de l'opération Sentinelle, le parquet antiterroriste est saisi suite à cette attaque. Le terroriste tue deux jeunes femmes avant d'être lui-même abattu[25],[26]. L'attaque est revendiquée par l’État islamique.

Tentatives d'attentats déjouées[modifier | modifier le code]

Date Lieu Description
10 février (premier commando)
et 21 février (deuxième commando)
Montpellier, Marseille
et Clermont-Ferrand (par ordre de perquisitions)
Interpellation à Montpellier de deux hommes fichés S et une femme qui avaient comme projet une action kamikaze sur le territoire français. Plusieurs dizaines de grammes de TATP ont été retrouvés dans le domicile d'un des suspects45. Le 21 février, deux hommes en liens avec le groupe de Montpellier sont arrêtés à Marseille et Clermont-Ferrand et mis en examen le 25 février, les enquêteurs ont retrouvés lors des perquisitions deux gilets tactiques ainsi que des documents de propagande djihadiste[27].
15 février Lille Un étudiant lillois de 18 ans est interpellé par les hommes de la DGSI et mis en examen pour avoir voulu commettre un attentat "contre des policiers, des militaires et des civils"46 dans la métropole lilloise47.
4 mars Clichy-sous-bois Quatre membres d'une même famille sont mis en examen après la découverte de plusieurs composants permettant la fabrication de TATP[28].
5 mars Creil, Paris Trois mineures radicalisées sont mises en examen pour avoir envisagées de commettre des actions violentes sur le territoire national. Ces trois mineures étaient en relation avec le djihadiste Rachid Kassim via Telegram[29].
18 avril Marseille Deux hommes de nationalité française de 23 et 29 ans, Clément Baur et Mahiedine Merabet, anciens détenus à la prison de Sequedin fichés S, sont arrêtés à Marseille par la DGSI, qui semblaient projeter de commettre un attentat contre un candidat à l'élection présidentielle française. Plusieurs armes et d'importantes quantités d'explosifs (plus de 3 kg de TATP) et une grenade artisanale ainsi qu'un drapeau de l'État islamique sont saisis. Très mobile entre la France, l'Allemagne et la Belgique, notamment vers Verviers, Baur ferait également l'objet d'une enquête en Belgique[30],[31],[30],[32]. Les services de renseignements les ont identifiés grâce à interception d'une vidéo ou les suspects prêtent allégeance à l'État islamique[33].
2 mai Bihorel, Roanne et Villeneuve-d'Ascq Quatre hommes et une femme sont interpellés par la DGSI à leur domicile suite à des messages laissant entendre la possibilité d'une action violente. Le suspect interpellé à Roanne est un proche du djihadiste Rachid Kassim (probablement abattu par un drone en février 2017 en Irak). Lors de ces perquisitions deux armes de poing et deux fusils-mitrailleurs sont saisies[34]. Les enquêteurs ont également retrouvé une vidéo d'allégeance au groupe terroriste État islamique[35].
5 mai Évreux Un ancien militaire radicalisé, habillé en tenue de militaire, portant les insignes de Daesh à la place des galons sur son uniforme, a été arrêté près de la base militaire aérienne 105. Un fusil à pompe et des munitions ont été retrouvé dans des fourrés près de la base ainsi que deux armes de catégorie D, des revolvers à poudre. Les enquêteurs ont également trouvé une clé USB sur laquelle il y avait une vidéo faisant allégeance à l'État islamique .[36] Le suspect a reconnu en garde à vue vouloir commettre une attaque au nom du groupe terroriste État islamique[37]. Il s'agit de la troisième attaque déjouée en France lors des élections présidentielles de 2017.
24 mai Haubourdin et Lille La DGSI avec l'appui du RAID interpellent deux femmes dans leurs appartements respectifs. Les suspectes se seraient réjouies de l'attentat de Manchester et auraient affirmées être "prêtes à passer à l'action" sur les réseaux sociaux. Par ailleurs elles auraient fréquemment établi des contacts avec la Syrie[38].
28 juin Tarascon Un homme de 21 ans, fiché S et proche de l'ultra-droite est interpellé suite à des messages laissés sur les réseaux sociaux dans lesquels il déclare « vouloir passer à l'action contre des migrants, des djihadistes et des dealers ». Il est mis en examen, le 1er juillet, pour apologie du terrorisme et association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste[39].
1er juillet Argenteuil Un homme de 23 ans se présentant comme nationaliste est arrêté après avoir déclaré sur un site de jeux vidéo, vouloir acheter une Kalachnikov et commettre un attentat en assassinant le Président de la République française, Emmanuel Macron, lors du défilé du 14 juillet. Lors de sa garde à vue il déclare également vouloir s'en prendre « aux noirs, aux arabes, aux juifs ou aux homosexuels[40] ».
5 juillet Lille et Anderlecht (Belgique)  Une opération anti-terroriste franco-belge permet l'arrestation de quatre personnes à Anderlecht ainsi qu'un homme à Lille. Ces personnes sont liées au groupe de motards belge, les Kamikaze Riders. Lors des perquisitions plusieurs armes de types Kalachnikov sont découvertes, une quinzaine de chargeurs, des munitions, des gilets pare-balles, deux uniformes de police ainsi que plusieurs détonateurs[41]. Le lendemain de l'opération la Belgique déclare rechercher "plusieurs suspects de terrorisme". Le porte parole du parquet fédéral belge ajoute "Nous craignons qu'ils se sentent acculés après les perquisitions. Nous craignons par conséquent la même réaction que le 22 mars 2016"[42] faisant référence aux attaques terroristes perpétrées à Bruxelles quelque temps après l'arrestation de Salah Abdeslam, dernier suspect clé des attentats de Paris le 13 novembre 2015.
22 août Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) Un homme radicalisé est interpellé à Saint-Denis par la DGSI et la RAID dans son appartement[43]. Lors de sa garde à vue l'homme reconnaît avoir voulu commettre un attentat et cherchait à se procurer une ou plusieurs armes. L'individu envisageait plusieurs cibles dont des boites de nuits[44].
6 septembre Villejuif Une opération anti-terroriste dans un appartement à Villejuif mène à la découverte d'un véritable laboratoire permettant la fabrication d'explosif de type TATP, plus de 100 grammes de ce type d'explosif ont été découvert, 10 litres d'acide[45] et plusieurs bonbonnes de gaz sont également trouvées ainsi qu'un texte en arabe à caractère religieux[46]. Quelques minutes plus tard à 1 km du domicile, deux hommes sont arrêtés dans une fourgonnette par la Brigade anti-criminalité. La Direction générale de la sécurité intérieure ouvre immédiatement une enquête pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" et "détention, transport et fabrication de substances explosives en relation avec une entreprise terroriste", suite à cette découverte[47].
2 octobre Centre pénitentiaire de Fresnes Deux condamnés pour des faits de vols et de violences détenus à la prison de Fresnes (Val-de-Marne), Charles-Henri M., un Camerounais de 28 ans, et Maxime O., un Français de 22 ans, qui devaient être libérés d’ici à la mi-octobre ), ont été placés en garde à vue le 2 octobre puis mis en examen le 6 octobre pour association de malfaiteurs terroriste criminelle pour un projet d’attentat fomenté depuis leur lieu de détention. Charles-Henri M., décrit comme un meneur influent en prison, était lui-même en contact avec un djihadiste présent dans la région irako-syrienne. Mis en examen, les suspects ont reconnu leur intention terroriste et ont été remis en détention préventive avant leur libération prévue. Cette tentative rappelle le cas d'un détenu de la prison d'Osny, Bilal T. âge de 24 ans et condamné à cinq ans de prison pour un projet de départ en Syrie, quo avait tenté d’assassiner un surveillant à l’aide d’une lame artisanale confectionnée en cellule[48].
7 novembre France (Bouches-du-Rhône, Alpes-Maritimes, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) et Suisse (cantons de Neuchâtel et de Vaud) Neuf hommes et une femme âgés de 18 à 65 ans sont arrêtés dans une opération binationale alors qu'ils participaient à un groupe de discussion de la messagerie cryptée Telegram dans lequel ils évoquaient des projets d'attentats. Le leader présumé du groupe, un Suisse de 27 ans, était en contact avec un jeune de 13 ans originaire de Vitry-sur-Seine arrêté le alors qu'il s'apprêtait à commettre une attaque au couteau[49],[50].

Aide aux victimes[modifier | modifier le code]

En juin 2017, le poste Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l'aide aux victimes créé en février 2016 et assuré par Juliette Méadel disparaît dans le gouvernement Édouard Philippe. Le Secrétariat général d'aide aux victimes créé en 2016 et placé sous l'autorité du Premier ministre est remplacé par un délégué interministériel à l'aide aux victimes placé sous l'autorité du Garde des Sceaux. Les associations de victime du terrorisme craignent une perte d'efficacité[51].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Aleria : un restaurant visé par une bombe artisanale », sur http://france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 19 avril 2017)
  2. « Dijon: une femme menaçante interpellée », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  3. « Corse : une bombe artisanale explose devant une agence EDF de Bastia », sur lepoint.fr, (consulté le 19 avril 2017)
  4. « Corte : une agence bancaire détruite par une explosion », France 3 Corse,‎ (lire en ligne)
  5. « Fusillade sur les Champs-Elysées: le groupe Etat islamique revendique l'attaque », sur lexpress.fr, .
  6. « Haute-Corse : une agence immobilière visée par un attentat à la bonbonne de gaz », sur leparisien.fr, (consulté le 4 mai 2017)
  7. « Attaque à Notre-Dame : une vidéo d'allégeance çà Daech retrouvée au domicile du suspect », LCI,‎ (lire en ligne)
  8. a et b « Attaque d'un policier à Notre-Dame : le parcours de l'agresseur, entre études et journalisme », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  9. (sv) « De vann journalistpris mot diskriminering », sur journalisten.se, .
  10. Aziz Zemouri, « Notre-Dame : le passé de journaliste de Farid, l'agresseur du policier », Le Point,‎ (lire en ligne)
  11. « L'auteur de l'attaque devant Notre-Dame: un jihadiste "néophyte" », Le Point,‎ (lire en ligne)
  12. France Bleu, « https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/enedis-incendie-crest-revendication-de-militants-libertaires-1497459471 », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎
  13. a et b « Champs-Élysées : le terroriste avait prêté allégeance à l'État islamique », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  14. (en) « Attentat raté des Champs-Élysées : Adam Djaziri a alerté des médias trois semaines avant son passage à l'acte », France Info,‎ (lire en ligne)
  15. « Terroriste : un port d'armes qui fait polémique », France 2,‎ (lire en ligne)
  16. Georges Brenier, « INFO TF1/LCI - L'assaillant des Champs-Elysées faisait l'objet d'un mandat d'arrêt en Tunisie pour des faits de terrorisme », LCI,‎
  17. « L'EI revendique les attaques ratées de juin », sur http://www.lefigaro.f, (consulté le 13 juillet 2017)
  18. « Un homme tente de foncer dans la foule devant la mosquée de Créteil », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  19. https://francais.rt.com/france/41823-levallois-vehicule-aurait-renverse-militaires
  20. « Un militaire attaqué à Paris par un homme armé d'un couteau », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 15 septembre 2017)
  21. « Saône-et-Loire. Deux femmes attaquées au marteau, l’agresseur en fuite », sur www.ouest-france.fr, (consulté le 15 septembre 2017)
  22. « Attaques au marteau : le « commando » revendique six agressions au total », sur www.bienpublic.com, (consulté le 7 novembre 2017)
  23. « Paris : des bonbonnes de gaz découvertes devant un immeuble », sur lepoint.fr, (consulté le 2 octobre 2017)
  24. « Paris : découverte d'un engin explosif devant un immeuble, 5 interpellations », sur www.rtl.fr, (consulté le 3 octobre 2017)
  25. Stéphane Joahny, « L'Etat islamique peut-il de nouveau frapper la France avec un attentat de grande ampleur? », lejdd.fr, (consulté le 13 novembre 2017)
  26. « Un homme tue deux personnes à Marseille avant d'être abattu », sur lefigaro.fr, (consulté le 1er octobre 2017)
  27. « Projet d’attentat: Deux hommes, interpellés à Marseille et Clermont-Ferrand, mis en examen et écroués », sur 20minutes.fr, (consulté le 19 avril 2017)
  28. « Clichy-sous-Bois: Quatre membres d'une même famille mis en examen pour «association de malfaiteurs terroristes» », sur 20minutes.fr, (consulté le 19 avril 2017)
  29. « Terrorisme: Trois mineures radicalisées mises en examen », sur 20minutes.fr, (consulté le 19 avril 2017)
  30. a et b « En direct : deux hommes soupçonnés de préparer un attentat avant la présidentielle arrêtés à Marseille », sur Le Monde.fr (consulté le 18 avril 2017)
  31. « Une action violente et imminente a été déjouée », sur ledauphine.com., (consulté le 18 avril 2017)
  32. « Attentat déjoué : comment les enquêteurs ont remonté la piste des «inséparables» », sur leparisien.fr, (consulté le 19 avril 2017)
  33. « 18 avril 2017 : un attentat déjoué pendant la campagne présidentielle », sur http://atelier.leparisien.fr, (consulté le 19 avril 2017)
  34. « Cinq arrestations dans une opération antiterroriste, des armes saisies », sur ledauphine.com, (consulté le 3 mai 2017)
  35. « Opération antiterroriste: une vidéo d'allégeance à Daesh retrouvée par les enquêteurs », sur bfmtv.com, (consulté le 4 mai 2017)
  36. « Evreux: L’ancien soldat interpellé reconnaît avoir envisagé une attaque au nom de Daesh », 20minutes.fr,‎ (lire en ligne)
  37. « Fiché S arrêté à Évreux. L’ex-soldat prévoyait une attaque au nom de l’EI », sur www.ouest-france.fr, (consulté le 8 mai 2017)
  38. « Nord : après l'attentat de Manchester, deux femmes interpellées », sur http://france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 25 mai 2017)
  39. « Bouches-du-Rhône : Un homme voulait commettre un attentat contre des migrants et des djihadistes », sur www.20minutes.fr, (consulté le 3 juillet 2017)
  40. « L'homme qui voulait assassiner Macron le 14 juillet a été écroué », sur http://www.ledauphine.com, (consulté le 3 juillet 2017)
  41. « Belgique : arrestations parmi les motards des Kamikaze Riders, soupçonnés de projet terroriste. », sur www.lemonde.fr, (consulté le 6 juillet 2017)
  42. « Coup de filet antiterroriste : la Belgique "craint" un nouvel attentat et recherche d'autres suspects », sur www.francetvinfo.fr, (consulté le 6 juillet 2017)
  43. « Alerte info - Saint-Denis: un homme radicalisé interpellé par la DGSI dans le cadre d'une opération antiterroriste », francesoir.fr, (consulté le 13 octobre 2017)
  44. « L'individu radicalisé interpellé à Saint-Denis a reconnu qu'il fomentait un attentat », sur francais.rt.com, (consulté le 24 août 2017)
  45. « De l’explosif artisanal TATP prêt à l’emploi retrouvé à Villejuif », sur www.ledauphine.com, (consulté le 6 septembre 2017)
  46. « Opération antiterroriste à Villejuif : deux hommes ont été interpellés », sur www.francetvinfo.fr, (consulté le 6 septembre 2017)
  47. « Opération antiterroriste à Villejuif: 2 interpellations après la découverte de composants d'explosifs », sur www.bfmtv.com, (consulté le 6 septembre 2017)
  48. Jean-Baptiste Jacquin et Soren Seelow, « Un projet d’attentat fomenté depuis la prison de Fresnes », sur www.lemonde.fr, (consulté le 13 octobre 2017)
  49. Agence France-Presse, « Vaste opération antiterroriste en France et en Suisse », sur lepoint.fr, (consulté le 7 novembre 2017)
  50. Stéphane Joahny, « Qui est Milutin Jakovljevic, le référent suisse du groupe djihadiste arrêté cette semaine? », sur lejdd.fr, (consulté le 13 novembre 2017)
  51. Delphine Gotchaux, « Disparition du secrétariat général à l'aide aux victimes : "On le vit comme un retour en arrière" », francetvinfo.fr, (consulté le 12 juillet 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]