Direction du Renseignement de la préfecture de police de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La direction du Renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) est le service de renseignements de la préfecture de police de Paris.

Présentation[modifier | modifier le code]

Héritier des Renseignements généraux de la préfecture de police (RGPP), le service n'a pas été intégré, du fait de la spécificité de la capitale[1], à la direction centrale du Renseignement intérieur (DCRI) lors de la fusion des Renseignements généraux (RG) et de la direction de la Surveillance du territoire (DST). Dès lors un nouveau service dédié à la zone de Paris et de sa proche banlieue et reprenant les mêmes missions a été créé par arrêté du 27 juin 2008[2].

Cette exception parisienne n'a pas été remise en cause par la réforme des services de renseignements de 2013, qui a transformé la DCRI en direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI)[3].

Le service a trois objectifs principaux[4] :

Il a en 2015 un effectif d'environ 865 agents[5],[6]. Le 21 janvier 2015, après les attentats de janvier, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé une augmentation de l'effectif de la DRPP de 100 fonctionnaires dans les deux années à venir[7].

Liste des directeurs[modifier | modifier le code]

Ils ont été successivement[8] :

Décret de nomination Directeur
4 octobre 1989 [nom. 1] Claude Bardon
8 juillet 1994 Jean-Pierre Pochon
31 mars 2000 [nom. 2] Jean-Claude Bouchoux
20 août 2004 [nom. 3] Bruno Laffargue
15 mai 2009 [nom. 4] Maurice Bailly (usage René Bailly)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Bordenave, « La gaffe embarrassante d'une policière des renseignements au Palais de justice », Le Monde, 24 mai 2012.
  2. Arrêté du 27 juin 2008 relatif à la direction du renseignement de la préfecture de police et modifiant l'arrêté du 6 juin 2006 portant règlement général d'emploi de la police nationale, JORF no 152 du 1er juillet 2008, texte no 9, NOR IOCC0815029A, sur Légifrance.
  3. « La réforme de 2013 a préservé les acquis de la réforme de 2008, tout en ayant pour objectif de remédier à certaines difficultés », dans Rapport d'information sur les moyens consacrés au renseignement au sein des programmes « Police nationale » et « Gendarmerie nationale », rapport d'information no 36, Philippe Dominati, fait au nom de la Commission des finances du Sénat, déposé le 7 octobre 2015.
  4. Projet de loi de finances pour 2009 : Sécurité, rapport général no 99, Aymeri de Montesquiou, fait au nom de la Commission des finances du Sénat, déposé le 20 novembre 2008.
  5. Rapport fait au nom de la commission d'enquête sur la surveillance des filières et des individus djihadistes, no 2828, Éric Ciotti (président) et Patrick Mennucci (rapporteur), enregistré à l'Assemblée nationale le 2 juin 2015.
  6. Rapport relatif à l'activité de la délégation parlementaire au renseignement pour l'année 2014, no 2482, Jean-Jacques Urvoas pour la délégation parlementaire au renseignement, enregistré à l'Assemblée nationale et au Sénat le 18 décembre 2014.
  7. « #Antiterrorisme : Manuel Valls annonce des mesures exceptionnelles », gouvernement.fr, 21 janvier 2015.
  8. « Liste des chefs de police - Renseignements généraux : Préfecture de police (depuis 1894) », Société française d'histoire de la police, 5 mars 2009.

Décrets de nomination, dans le Journal officiel de la République française (JORF), sur Légifrance :

  1. Décret du 4 octobre 1989, JORF no 233 du 6 octobre 1989, p. 12560, NOR INTC8900295D.
  2. Décret du 31 mars 2000, JORF no 80 du 4 avril 2000, p. 5156, NOR INTC0000086D.
  3. Décret du 20 août 2004, JORF no 195 du 22 août 2004, texte no 29, NOR INTC0400208D.
  4. Décret du 15 mai 2009, JORF no 114 du 17 mai 2009, texte no 27, NOR IOCC0907899D.

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • La direction du renseignement, sur le site de la préfecture de police de Paris. Après la Libération et jusqu'à 1966, les RGx.PP comprenaient 8 sections spécialisées en matière politique, économique, sociale et contre-espionnage.