David Thomson (journaliste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir David Thomson.
David Thomson
Nationalité Française
Profession Journaliste
Spécialité Djihadisme
Années d'activité 2009-
Récompenses Prix Ilaria-Alpi 2013
Prix du document de L'Express-BFM TV 2014
Grand Prix de la presse internationale 2016
Médias
Presse écrite Les Jours
Radio RFI
Autres médias France 24

David Thomson est un journaliste français, Grand reporter au service Afrique de RFI et spécialiste des jihadistes français et tunisiens. Il contribue également au site d'information Les Jours, où il raconte le parcours de jihadistes français revenant de Syrie et d'Irak[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1980 d'un père anglais et d'une mère française, il passe son enfance dans un milieu catholique et bourgeois en région parisienne[2]. Étudiant à Sciences Po Aix, il consacre un mémoire à l'héritage de Jacques Foccart. Il entre ensuite à l'Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine[3].

Entré à RFI en 2009[2], il est nommé correspondant en Tunisie au moment de la révolution de 2010-2011 et réalise des reportages pour RFI, Radio France et France 24. Il est grièvement blessé par des tirs de chevrotine pendant le tournage d'un reportage à Siliana en 2012[4]. Il réalise pour Arte le documentaire Tunisie : La Tentation du Jihad sur le mouvement jihadiste tunisien Ansar al Charia en 2013[5] et reçoit le prix Ilaria-Alpi dans la catégorie du meilleur reportage international de télévision[6].

En 2011, il couvre en tant que correspondant la guerre en Libye[7] du côté des rebelles mais aussi du régime de Kadhafi, ainsi que les transitions politiques en Tunisie[8], en Égypte et au Mali.

En 2014, après un an d'une vaste enquête[9], la seule sur ce sujet début 2016[10], il rassemble une vingtaine de témoignages directs de jihadistes français partis combattre en Syrie et raconte leur histoire dans l'ouvrage Les Français jihadistes[11] (prix du document de L'Express-BFM TV en 2014[12]). Ce livre est le premier paru sur le phénomène du jihadisme en zone irako-syrienne et de l'État islamique. Deux ans après sa parution, il est toujours considéré comme « l'ouvrage de référence » par le journal Le Monde[13], pour comprendre la mécanique jihadiste. Selon le site d'informations de France Télévisions, « David Thomson est devenu en peu de temps une référence, de par sa connaissance des réseaux jihadistes grâce à sa présence sur le terrain et sur les réseaux sociaux »[14]. Dans ce livre, il est le premier à alerter sur le risque terroriste que représentent les Français partis en Syrie pour la France. Il est d'ailleurs moqué pour cela sur certains plateaux[15] de télévision en 2014[16]. Trois ans plus tard, il dénonce un déni en France et en Tunisie[17] sur les questions jihadistes[18]. Le magazine Vanity Fair le compare alors à "un Galilée obstiné à répéter ce qu'on ne savait pas entendre sur les djihadistes"[19].

Les informations sur le milieu jihadiste français qu'il diffuse au quotidien sur son compte Twitter[20] suivi fin décembre 2016 par plus de 100 000 abonnés[21] sont régulièrement reprises et chroniquées dans les médias[22],[23]. Ce compte est parmi les mieux informés sur les revendications d'attentats[24] ce qui fait la cible de sites conspirationnistes[réf. souhaitée] et de désactivation ou de suspension par erreur dénoncées par l'association Reporters sans frontières[25],[26].

Confronté à ce qu'il nomme « djihadoscepticisme »[27], David Thomson exprime dès 2014 sa crainte d'attentats djihadistes en France, mais dans l'émission Ce soir (ou jamais !) d'avril 2014[28] où l'a invité Frédéric Taddeï, il est alors vivement contredit par les autres invités et en particulier le sociologue Raphaël Liogier après avoir déclaré que « pour les djihadistes, la France était l'ennemi de l'islam et d'Allah. Dans leur esprit, frapper la France est légitime »[29]. En décembre 2016 quand sortira son deuxième livre, il rappelle : « C’est l’évidence aujourd’hui mais c’était indicible à l’époque. Quel aveuglement, quand j’y pense[16] ! » Interrogé en août 2015 sur l'éventuelle infiltration de flux de migrants venant de Libye par des terroristes, il tweete que « De #Libye, aucun bateau de migrants n'est encore parti d'une zone tenue par l'#EI »[30],[31], ajoutant toutefois que « pour autant, une telle option n’est pas non plus totalement exclue[32]. »

Dans son traitement de cette actualité, David Thomson travaille uniquement à partir de réseau de sources présentes sur le terrain, y compris par les jihadistes, et refuse de collaborer avec les services de renseignements, de police ou de justice, une position qui lui vaut parfois des critiques, mais que le journaliste revendique[33] arguant que "la seule façon de comprendre comment on devient jihadiste est de leur poser la question"[34]. Après les attentats de Bruxelles en mars 2016, il dénonce une « circulation circulaire de la non-expertise » dans les médias et son influence sur le débat public et la prise de décision politique en matière de terrorisme, citant des policiers « à la retraite parfois déconnectés de la réalité des dossiers » du moment ou des agents passés de manière furtive dans des services, où ils n'ont de plus pas toujours été chargés des questions jihadistes[35].

Fin 2016, après cinq ans de travail sur le jihadisme à partir de sources primaires[36], plus de deux ans d'entretiens[37],[38]avec des Français et des Françaises[39] revenus de Syrie et d'Irak[40], il sort le livre[41] Les Revenants[42] qui devient un best-seller[43] en quelques jours et qui lui vaut d'être qualifié dans la presse de « journaliste anthropologue »[44]. « Une immersion rare dans l’univers des djihadistes français » selon le journal Le Monde qui en publie les bonnes feuilles[45], « un document exceptionnel qui plonge le lecteur dans la tête des Français soldats de Daech » selon Le Figaro[46]. Le , il reçoit le Grand Prix de la presse internationale[47]. Contestant l’efficacité des centres de déradicalisation, il dit que « Tout se résume à deux questions: le suivi psychologique et la capacité à trouver un emploi. On ne réintègre pas en marginalisant. Mais qui veut prendre le risque de les employer ? On ne peut pas déradicaliser dans une prison[2]. »

Après cinq années passées sur le djihadisme, il souhaite changer de centre d'intérêt journalistique : « Quand tu es immergé là-dedans, ça devient ta normalité à toi. Moi je baigne là-dedans du soir au matin depuis des années: ça reste fou, mais en même temps c’est ma réalité. C’est pour ça aussi qu’il faut que j’arrête[48] ! »

Publications[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les revenants », sur LesJours.fr.
  2. a, b et c Richard Werly, « David Thomson, l’homme qui parlait aux djihadistes », sur letemps.ch, (consulté le 31 décembre 2016)
  3. David Doucet, « Les Inrocks - Portrait de David Thomson, l’homme qui parlait aux jihadistes », sur Les Inrocks, (consulté le 14 décembre 2016)
  4. Priscille Lafitte, « Blessé à Siliana, David Thomson témoigne : "la police a tiré aveuglément" », sur France24.com, .
  5. Romain Caillet, « "Les Français jihadistes": L'envers du décor contre les clichés », sur huffingtonpost.fr, .
  6. « Premio Ilaria Alpi 2013: i vincitori della XIX edizione », sur ilariaalpi.it, .
  7. « La bataille de Tripoli n'est pas encore gagnée », sur France Inter 23/08/2011
  8. « Grand Reportage Tunisie : deux ans après la chute de Ben Ali, la crise sociale perdure », sur RFI 14/01/2013
  9. « Djihadisme: nos petits soldats d'Allah », sur L'Express 05/03/2014
  10. Pierre-Henri Ortiz (Nonfiction), «Même lorsqu'ils tuent, les djihadistes sont convaincus de faire le bien», sur slate.fr, .
  11. Sarah Ben Hamadi, « "Les Français djihadistes", interview de David Thomson », sur huffingtonpost.fr, .
  12. Marie-Christine Imbault, « Les lecteurs de L'Express/BFM TV couronnent Maylis de Kerangal », sur livreshebdo.fr, .
  13. Jean Birnbaum, « Prière d'insérer. La religion de l'immédiat », sur Le Monde.fr, .
  14. Clément Parrot, « Qui sont les "experts en terrorisme" qui squattent les médias après un attentat ? », sur francetvinfo.fr, .
  15. « Le jour où David Thomson a été "humilié" sur France 2 », sur 7/7 06/12/16
  16. a et b David Thomson : “Le jihad répond au vide idéologique contemporain”, Les Inrocks, 5 décembre 2016
  17. « Le "déni tunisien" face à la menace djihadiste explique leur nombre en Syrie affirme le journaliste français David Thomson », sur HuffPost Tunisie 20/12/2016
  18. « David Thomson: «L’Europe est condamnée à subir le contre-choc des erreurs qui ont été faites» », sur SLATE,
  19. Vanity Fair, « David Thomson raconte sa vie avec les djihadistes de l'État islamique », Vanity Fair,‎ (lire en ligne)
  20. « Revendication : David Thomson scrute Twitter et Telegram »
  21. 28 minutes - ARTE, « David Thomson - 28 minutes - ARTE », (consulté le 21 décembre 2016)
  22. Daniel Schneidermann, « L'enfant bourreau, qui nous regarde en face », sur Libération.fr, .
  23. « Des comptes Twitter fiables pour suivre les conflits avec les djihadistes », sur Rue89 01/03/2015
  24. « L'Euro-2016 sera "un cimetière", a menacé Abballa dans une vidéo sur Facebook AFP », sur AFP 14/06/2016, (consulté le 31 décembre 2016)
  25. Andrea Fradin, « Sur Facebook, le journaliste David Thomson « au piquet » pendant trois jours », sur Rue89, (consulté le 31 décembre 2016)
  26. « RSF dénonce la suspension du compte Facebook d’un journaliste français spécialiste du jihad », sur RSF 23 juin 2016 (consulté le 31 décembre 2016)
  27. David Thomson 2016, p. 13.
  28. (en) « David Thomson taclé sur le plateau de Frédéric Taddei - vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le 8 mars 2017)
  29. Michaël Bouche, « Le jour où David Thomson a été "humilié" sur France 2 », 7sur7.be, (consulté le 31 décembre 2016)
  30. « Non, Daech n'utilise pas les flux de migrants pour s'infiltrer en Europe », liberation.fr, (consulté le 31 décembre 2016)
  31. « NON, LES TERRORISTES DE DAECH NE S'INFILTRENT PAS PARMI LES MIGRANTS », lci.fr, (consulté le 31 décembre 2016)
  32. « Des médias accusés de minimiser le risque terroriste parmi les migrants », lemonde.fr, (consulté le 31 décembre 2016)
  33. Romain Mielcarek, « Enquêteurs ou observateurs : ce qu'ils cherchent dans la tête des djihadistes », sur itele.fr, .
  34. « David Thomson "La seule façon de comprendre comment on devient djihadiste, c'est de poser la question" », sur Matinale de France Inter L'INVITÉ DE 8H20 01/12/16
  35. Mathieu Dejean, « Comment les faux experts du jihadisme influencent le débat public », sur lesinrocks.com, .
  36. « Les Revenants" : un livre sur la réalité des djihadistes français. David Thomson est l'invité de France 2. Il est le seul journaliste français qui parle et côtoie les djihadistes. Il vient de publier un livre intitulé "Les Revenants". Un document qui nous plonge dans la tête des soldats français de l'État islamique. », sur France 2 / France Télévisions,
  37. « Etat islamique : «Même déçus, ils conservent des convictions jihadistes» », Libération.fr (consulté le 21 décembre 2016)
  38. « Ces jihadistes qui reviennent en France », sur Quotidien / TMC
  39. « Paris/Rakka, aller-retour : parcours de radicalisation. Guillaume Erner reçoit David Thomson », sur France Culture 06.12.2016
  40. « Les Revenants » : pour comprendre les djihadistes français, sur The Conversation 19/12/2016
  41. « "Les Revenants" : un livre sur la réalité des djihadistes français », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  42. « Ces jihadistes qui reviennent en France », tmc,‎ (lire en ligne)
  43. Alexandre Devecchio, « Les Revenants: l'essai sur le djihad qui réconcilie Roy et Kepel », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  44. Clément Pétreault, « David Thomson : "Les programmes de déradicalisation sont une tartufferie" », lepoint.fr,
  45. « Paroles brutes de djihadistes français », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  46. Alexandre Devecchio, « David Thomson: «Les djihadistes qui reviennent ne sont pas repentis» », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  47. « RFI : David Thomson Grand Prix de la presse Internationale », lettreaudiovisuel.com, (consulté le 20 décembre 2016)
  48. Charlotte Pudlowski, « David Thomson: «L’Europe est condamnée à subir le contre-choc des erreurs qui ont été faites» », slate.fr, (consulté le 31 décembre 2016)
  49. « Les Revenants », seuil.com (consulté le 11 décembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]