Ancien tramway de Douai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ancien
Tramway de Douai
Image illustrative de l’article Ancien tramway de Douai
Tramway, rue de Valenciennes

Situation Drapeau de la France Douai (Nord-Pas-de-Calais)
Type Tramway
Entrée en service 1896
Fin de service 1953
Longueur du réseau 20 km
Propriétaire Ville de Douai
Exploitant Cie des tramways électriques de Douai

Image illustrative de l’article Ancien tramway de Douai
Le réseau en 1928
L'ancien tramway rue de Bellain, avant la Première Guerre mondiale...
... et rue de Valenciennes, à la même époque.
Tramway, place Jemmapes.
Panorama.
La voie du tramway à Aniche.

L'ancien tramway de Douai, ou tramway du Douaisis, est un ancien réseau de tramways électriques qui a desservi l'agglomération de Douai. Il est mis en service le 29 septembre 1896 et supprimé le 31 décembre 1953.

Un nouveau mode de transport en commun en site propre circule à Douai, Sin-le-Noble, Dechy et Guesnain, Évéole, depuis 2010. Ce matériel à traction autonome, Phileas, est conçu pour circuler grâce à un guidage magnétique au sol, qui n'est pas utilisé, faute d'agrément de ce système.

Historique[modifier | modifier le code]

La Compagnie des tramways électriques de Douai est formée chez Maitre Pétrus Bernard notaire à Lyon, le 14 octobre 1897. Son siège se trouve dans cette ville, au 4 de la rue Grolée[1]. Il sera transféré par la suite à Guesnain.

Elle se substitue à M. Ennemond Faye, titulaire de la concessionnaire du réseau de tramway de la ville de Douai jusqu'au 19 octobre 1957[2]. Dans ce cadre, la compagnie ouvre une ligne de tramway à voie normale électrifiée de Douai (quartier Dorignies) à Aniche par Sin-le-Noble. Quelques embranchements urbains se greffaient sur cette ligne dans Douai. Dans son développement maximal, le réseau atteignait 20 km.

L'énergie électrique était fournie par une usine électrique construite en 1900 à Guesnain, le long de la route nationale[3]. Ultérieurement, l'énergie électrique sera fournie par la Compagnie électrique du Nord[4].

La Première Guerre mondiale entraîna l'arrêt du service, et le Conseil général se fait l'écho en 1919 de la nécessité de remettre le réseau en service[5].

La voie du tramway dans les décombres de la rue de Paris, vers 1918. La caténaire d'alimentation électrique n'existe plus

Ce réseau a été démantelé en 1950, faute d’une fréquentation suffisante. Il était alors appelé « le solitaire »[6].

Plan de la ligne

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Le réseau était établi à voie normale (1,435 m), et atteignait, à son plus fort développement, une longueur de 22 km.

Les voies étaient équipées de rail de type Broca, comme la plupart des tramways établis dans l'emprise des chaussées, d'un poids de 36 kg/m[4].

Tramway au terminus, devant la gare de Douai.

Exploitation[modifier | modifier le code]

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

  • motrices à deux essieux, accès par l'avant, 30 unités
  • remorques ouvertes type balladeuses (nombre inconnu)
  • remorques fermées (nombre inconnu)

En 1928, la compagnie disposait de 18 motrices et 4 remorques[4].

Vestiges et matériels préservés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://scripophilie-ferroviaire.pagesperso-orange.fr/0nTwDouaiA9905.jpg
  2. Décret du 25 septembre 1897 (Bulletin des lois n°1938)
  3. « Histoire de Guesnain », sur http://www.communes-francaises.com (consulté le 8 avril 2011)
  4. a b et c Annuaire des Chemins de fer et des Tramways (ancien Marchal) : Édition des réseaux français, Paris, , 43e éd., 1334 p., p. 493-495
  5. Vœux de Messieurs les Conseillers généraux : 2nde session ordinaire du Conseil général de 1919, Lille, L. Danel, , 91 p. (lire en ligne), p. 78-79
  6. Mathieu Golinelli, « Les Chemins de Fer Secondaires de France - 59: Département du Nord. », FACS, (consulté le 8 avril 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]