2e régiment d'artillerie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 2e régiment d'artillerie.
2e régiment d’artillerie
Image illustrative de l'article 2e régiment d'artillerie (France)
Image illustrative de l'article 2e régiment d'artillerie (France)
Deux insignes régimentaire du 2e Régiment d'Artillerie de Montagne (1939)
Image illustrative de l'article 2e régiment d'artillerie (France)
Insigne régimentaire du 2e Régiment d'Artillerie.

Création 1720
Dissolution 1999
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment d'Artillerie
Rôle Artillerie
Garnison Landau in der Pfalz. Au quartier Foch-Estienne à partir du 15 décembre 1994.
Ancienne dénomination 2e régiment d'artillerie de campagne
Devise Le second de personne
Inscriptions
sur l’emblème
Zurich 1799
Marengo 1800
La Moskova 1812
Sébastopol 1854-1855
Champagne 1915
Verdun 1916
La Malmaison 1917
Équipement En 1961 obusier de 105 mm automoteur sur AMX
AMX30 AUF1, AMX10 VOA, VAB, AMX13 RATAC
Guerres Première Guerre mondiale
Bataille de France
Batailles Ostrolenka, Verdun, Chemin des Dames, Malakoff, Marengo, Sebastopol, Iéna
Fourragères aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
deux palmes
Commandant historique Gédéon Le Duchat d’Ouderne

Le 2e régiment d’artillerie fut créé en 1720 sous le nom de Régiment Royal d'Artillerie. Plusieurs fois renommé et licencié, il fit partie des Forces françaises en Allemagne basé à Landau in der Pfalz en Allemagne de 1961 jusqu'à sa dissolution en 1999.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1720 : 2e bataillon du Régiment Royal-Artillerie
  • 13 août 1765 : Régiment d'Artillerie de Metz[1]
  • 1791 : 2e régiment d'artillerie
  • 1805 : 2e régiment d'artillerie à cheval
  • 1813 : 2e régiment d'artillerie à pied
  • 1815 : Réformé
  • 1824 : 2e régiment d'artillerie à cheval
  • 1867 : 2e régiment d'artillerie montée
  • 1872 : 2e régiment d'artillerie
  • Le 19 octobre 1914, il devient le 2e régiment d'artillerie de campagne formé à Grenoble à partir de la 50e brigade (commandée par le capitaine Guerithault) et de la 51e brigade (lieutenant Chabral)
  • 19 novembre 1915 : 101e Régiment d'Artillerie de Campagne
  • 24 février 1918 : 104e Régiment d'Artillerie de Campagne
  • 1973 : 2e régiment d'artillerie
  • 1999 : dissolution.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Historique des garnisons, combats et batailles[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Guerres de la Révolution et de l’Empire[modifier | modifier le code]

Dans l'artillerie divisionnaire : (60 hommes) du 3e Corps d'Armée (Davout)

artillerie à cheval : 3e compagnie du 2e régiment d'artillerie à cheval avec 2 pièces de 8 livres et 1 obusier de 6 pouces

De 1815 à 1848[modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

De 1871 à 1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Casernement en 1914 : Grenoble (9 batteries de 75 mm), 14e brigade d'artillerie, 27e division d'infanterie.

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

  • Février-mars : participation à la bataille de la cote 186 à Cormicy
  • 25 avril : couverture de l'attaque du "bois des buttes" et du "bois francoboche" à Pontavert près de Craonne

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Franchissement de la Marne sur un pont de bateaux en bois au Port de Binson à Basilieux sous Chatillon

Le régiment sera déplacé au Mont-Saint-Remy puis à Vouzier. C'est ici que, le 11 novembre 1918, les soldats apprendront la fin de la guerre contre les armées allemandes.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1940 sous le nom de 2e Régiment d'Artillerie de Montagne. Il appartenait à la 28e division d'infanterie alpine avec le 97e Régiment d'Infanterie Alpine, le 99e Régiment d'Infanterie Alpine, la 25e Demi-Brigade de Chasseurs Alpins, le 202e Régiment d'Artillerie Lourde Divisionnaire, le 22e Groupe de Reconnaissance Divisionnaire et tous les services (sapeurs mineurs, télégraphique, compagnie auto de transport, groupe sanitaire divisionnaire, groupe d'exploitation, etc.)

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

juillet 1996-novembre 1996 : Bosnie - mostar. Batterie d'artillerie neretva au sein de l'IFOR.[style à revoir]

Traditions et uniformes[modifier | modifier le code]

Insigne[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

"Le second de personne"parce que le premier toujours

Insigne de béret d'artillerie

Unités[modifier | modifier le code]

  • 1re Batterie (bleu) : "Ne pas subir"
  • 2e Batterie (rouge): " Faire face"
  • 3e Batterie (vert) : "Primus inter pares"
Emblème de la troisième batterie du 2e RA
  • 4e Batterie (jaune) : " toujours perseverer"
  • 11e Batterie Instruction (orange)
  • BCS Batterie Commandement et Services (blanc): "Soutenir sans subir"
  • Batterie de commandement et de logistique (gris et blanc)
  • Batterie de défense et d'instruction (bleu et rouge)

Étendard[modifier | modifier le code]

Fourragère CG.png

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[3]:

2e régiment d'artillerie de campagne-drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

La 101e batterie de tranchée du 2e régiment d’artillerie de campagne (ex-124e batterie du 6e régiment d’artillerie reçoit la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918 le 09 novembre 1917[4].

Personnages célèbres ayant servi au 2e d'Artillerie[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Historique de l'artillerie française, H. Kauffert.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de l'armée française, Pierre Montagnon, éditions Pygmalion - 1997
  2. Alain Pigeard, Dictionnaire de la Grande Armée, Tallandier, (ISBN 2-84734-009-2), p. 640
  3. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007
  4. Les fourragères

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]