Mourmelon-le-Petit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mourmelon-le-Petit
Mourmelon-le-Petit
La mairie.
Blason de Mourmelon-le-Petit
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Châlons-en-Champagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne
Maire
Mandat
René Maizieres
2020-2026
Code postal 51400
Code commune 51389
Démographie
Gentilé Mourmelonnais
Population
municipale
813 hab. (2019 en augmentation de 4,9 % par rapport à 2013)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 07′ 50″ nord, 4° 18′ 37″ est
Altitude Min. 96 m
Max. 151 m
Superficie 12,19 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Reims
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mourmelon-Vesle et Monts de Champagne
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Mourmelon-le-Petit
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Mourmelon-le-Petit
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mourmelon-le-Petit
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mourmelon-le-Petit
Liens
Site web http://mourmelonlepetit.fr/

Mourmelon-le-Petit est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est. C'est une agglomération qui est rattachée à Mourmelon-le-Grand et à un important camp militaire.

Géographie[modifier | modifier le code]

La gare de Mourmelon-le-Petit
Communes limitrophes de Mourmelon-le-Petit
Sept-Saulx Baconnes
Mourmelon-le-Petit Mourmelon-le-Grand
Livry-Louvercy

La gare de Mourmelon-le-Petit permet de relier la ville avec Reims et Châlons par le réseau TER Champagne-Ardenne.
Cette gare a été construite en 1857 à la suite de la création du camp militaire dit de Châlons à l'époque, en fait essentiellement sur le territoire de la commune de Mourmelon-le-Grand. La gare se trouvait alors à environ un demi-kilomètre du village qui depuis s'est étendu jusqu'à l'atteindre[1].

La ville est aussi desservie par la D 19, la D 8 et la D 215 pour le réseau routier.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mourmelon-le-Petit est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Reims, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 295 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (68,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (66 %), forêts (12,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (9,5 %), zones urbanisées (5,8 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,9 %), zones agricoles hétérogènes (1,6 %), prairies (0,5 %), zones humides intérieures (0,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune a évolué à travers les âges[9].

Année Nom
1123 Mormoreium Parvum
1145 Mormerio Mimor
1155 Murmeron Minor
1201 Mormera Parvum

Murmer Parvulum

1208 Mourmeronnum Parvum
1215 Murmereium Parvum
1271 Mormelon Parvum
1273 Mormelonnum Parvum
1384 Mormelon le Petit

Petit Montmelon

1486 Mardion le Petit
1556 Le Petit Mourmelon
1633 Petit Mormelon

Le même lieu pouvait avoir des noms différents à une même époque car donné par des auteurs différents, les noms de lieux n'étant pas officiels.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces trouvées d'occupation du territoire, au lieu-dit La "Voie Mienne", remontent à la civilisation des champs d'urnes. Deux fosses datant de cette civilisation (Une datant des champs d'urnes anciens et l'autre des champs d'urnes récents) ont été mises au jour[10].

La gare a été inaugurée par Napoléon III le , pour desservir le camp de Châlons[11].

Pendant la Première Guerre mondiale, Mourmelon-le-Petit sera occupé du 3 au puis libéré lors de la première bataille de la Marne. Le front se stabilisera à quelques kilomètres du village pendant une grande partie de cette guerre.

À la suite des combats de la Première Guerre mondiale, la nécropole nationale de Mourmelon-le-Petit recueille les dépouilles de 1 496 soldats[12].

Le , l'explosion d'un wagon de cheddite provoque celle de munitions entreposées dans les docks de la gare de Mourmelon-le-Petit, il y aura 5 victimes civiles. Une bonne partie des maisons proches de la gare seront sérieusement endommagées.


Information Cliquez sur une photo pour l'agrandir

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Croix de guerre 1914-1918 française.jpg

La commune se verra attribuer la Croix de guerre 1914-1918 le .

Elle sera remise officiellement à Mourmelon-le-Petit le lors d'une cérémonie commune à 5 communes du canton de Suippes (Jonchery-sur-Suippe, Mourmelon-le-Grand, Mourmelon-le-Petit, Saint-Hilaire-le-Grand, Suippes).

La Croix est accompagnée de la citation suivante: « Vaillante cité qui, après avoir subi l'invasion en 1914 est restée pendant quatre ans à proximité du front supportant de nombreux bombardements. Malgré ses deuils et ses dégâts subis a conservé la plus belle confiance en la victoire finale »[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Juin 1800 Septembre 1800 Jean Nicolas François MARTIN (1758-1844)[14]   Cultivateur
Septembre 1800 Mai 1802 Jacques MARTIN (1746-1802)   Cultivateur
Août 1802 1813 Nicolas ROCHET    
1813 1832 Jacques MARTIN    
1832 1835 Louis Pierre ROCHET (1782-1857)   Cultivateur
1835 1841 Jacques MARTIN (1784-1867)   Cultivateur
1841 1862 Jacques Bernard MARTIN (1806-1873)   Cultivateur
1862 1866 Jean Louis CHERBONNIER (1814-1895)    
1866 1876 François Auguste GUYON (1818-1903)[15]   Cultivateur
1876 1878 Jean Baptiste MARTIN (1832-1910)   Cultivateur
1878 1884 François Auguste GUYON (1818-1903)   Cultivateur
1884 1891 Joseph Philogène CHERBONNIER (1843-1923)   Cultivateur
22/03/1891 12/04/1891 Simon CORDIER (1842)   Épicier
1891 1892 Jean Baptiste MARTIN (1832-1910)   Cultivateur
1892 1908 Zénon Bénoni GAYET (1847-1936)   Cultivateur
1908 1920 Auguste Cyrille CUPERLY (1861-1937)   Cultivateur
1920 1925 François DIDIER    
1925 1935 Auguste Cyrille CUPERLY (1861-1937)   Cultivateur
1935 1944 Eugène BOUCARD   Militaire
1944 1955 Robert CUPERLY (1890-1955)   Négociant en vins
1955 1962 Ernest COLMART (1891)   Fonctionnaire
1962 1975 Robert HAUSSART   Militaire
1975 1989 Georges ARNOULD   Cheminot
1989 2001 Joël BARBIER   Instituteur
2001 2003 Gino SIMON   Fonctionnaire
2003   René MAIZIERES   Menuisier

Réélu pour le mandat 2020-2026

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[17].

En 2019, la commune comptait 813 habitants[Note 3], en augmentation de 4,9 % par rapport à 2013 (Marne : −0,55 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
260260266242275288299269275
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2675215444661 1731 2829861 1281 329
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1141 0041 1741 0791 0279221 020759695
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
779804912782795759785785751
2015 2019 - - - - - - -
804813-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église actuelle, dédiée à Saint Basle, a été construite en 1846. Elle remplaçait une église menaçant ruine située au centre du village.

Pendant la Première Guerre mondiale, contrairement à d’autres églises de certains des villages environnants, celle de Mourmelon-le-Petit sera épargnée et la vie religieuse pourra y continuer à peu près normalement.

Le cimetière actuel a été créé en 1888, remplaçant celui qui se trouvait autour de l'ancienne église. Un monument, portant les noms des membres du conseil municipal de l'époque, a été érigé à l'occasion de son ouverture.


Information Cliquez sur une photo pour l'agrandir

Vues d'autrefois[modifier | modifier le code]


Information Cliquez sur une photo pour l'agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Statistique historique du département de la Marne - Adolphe GUERARD - 1862
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Dictionnaire topographique du département de la Marne - Auguste LONGNON - 1891
  10. Gallia Préhistoire, tome 19, fascicule 2, 1976, page 467
  11. Bibliothèque Nationale de France
  12. le site gouvernemental
  13. Journal de la Marne - 19 septembre 1922
  14. Etat-civil de Mourmelon le Petit
  15. Almanach économique, historique & administratif de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine de 1877, Reims, p164.
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.

Liens externes[modifier | modifier le code]