8e régiment d'artillerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

8e régiment d’artillerie
Image illustrative de l’article 8e régiment d'artillerie
Insigne régimentaire du 8e régiment d’artillerie

Création 24 octobre 1784
Dissolution 25 juin 2013 Remis en service le 26 Avril 2017 au GRS NE
Pays Drapeau de la France France
Type Régiment d'artillerie
Rôle Appui feu
Fait partie de 7e brigade blindée
depuis 1999
Garnison Commercy Nancy depuis le 26 Avril 2017
Ancienne dénomination Régiment royal d'artillerie des Colonies
Surnom Régiment d'Austerlitz
Devise Pour la France et de bon cœur
Marche Pour la France et de bon cœur
Inscriptions
sur l’emblème
Austerlitz 1805 [1]
Friedland 1807
Sébastopol 1854-1855
Solférino 1859
Lorraine 1914
Verdun 1916
Soissonnais 1918
AFN 1956/1962
Anniversaire Sainte-Barbe
Équipement AUF1
Mortier de 120 mm
AMX-10 P
VAB
Motos Cagiva
Peugeot P4
TRM 2000
avec canons AA de 20 mm

TRM 10000
Camions citerne
.
Fourragères aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations croix de guerre 1914-1918
deux palmes,une étoile de vermeil et une étoile d’argent.
Commandant historique Claude-Charles Aubry de La Boucharderie

Le 8e régiment d'artillerie est une unité de l’armée française créée en 1784. Il était stationné à Commercy (Meuse) lors de sa dissolution le 25 juin 2013.

Le groupement de recrutement et de sélection de la région Terre nord-est (GRS NE) de Vandoeuvre les Nancy hérite de l'étendard et des traditions du 8°RA le 26 Avril 2017.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de Régiment Royal d'Artillerie des colonies
    Le 8e régiment d'artillerie est l'héritier direct du régiment du Corps royal de l'artillerie des Colonies créé le 24 octobre 1784 sous le règne de Louis XVI.
  • Le 20 juillet 1792 il devient le 8e régiment d'artillerie, et passe à l'artillerie de terre le 27 août 1792.
  • En 1794 il devient le 8e régiment d'artillerie à pied.
  • Le 21 mai 1816 il devient régiment d'artillerie à pied de Rennes.
  • Le 16 août 1820, il redevient le 8e régiment d'artillerie à pied.
  • Le 16 mars 1854, le 8e régiment d'artillerie est transformé en 17e régiment d'artillerie à cheval.
  • Le 16 mars 1854, il devient 8e régiment d'artillerie montée.
  • Le 10 mai 1872, il redevient le 8e régiment d'artillerie.
  • Le 1er septembre 1883, il devient le 8e régiment d'artillerie de campagne.
  • Le 5 mars 1919 régiment d'artillerie de marche 8/264.
  • Le 1er juin 1919, il redevient le 8e régiment d'artillerie de campagne.
  • Le 1er mars 1923, il devient le 8e régiment d'artillerie divisionnaire.
  • Dissous en juillet 1940.
  • Reconstitué le 1er janvier 1945 dans une structure à trois groupes.
  • Le 15 avril 1946, le 8e régiment d'artillerie est réduit à un groupe.
  • Le 8e régiment d'artillerie est reconstitué le 1er avril 1949.
  • De 1955 à 1963, il devient le 8e groupe d'artillerie il sera dissous le 30 novembre 1963.
  • Le 16 mai 1964, il est recréé sous le nom de 8e régiment d'artillerie.
  • Dissolution le 25 juin 2013.
  • Le 25 avril 2017, le drapeau du 8e RA est confié au Groupement de recrutement et de sélection Nord-Est (GRS NE) de Vandœuvre-lès-Nancy [2].

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Révolution et Empire[modifier | modifier le code]

(*) Officiers qui devinrent par la suite généraux de brigade.
(**) Officiers qui devinrent par la suite généraux de division.

Restauration[modifier | modifier le code]

  • 1816 : Gauldrée-Boileau - Colonel
  • 1830 : de Berauville - Colonel
  • 1833 : Molin - Colonel
  • 1841 : de Mainville - Colonel
  • 1847 : Lyautey - Colonel
  • 1850 : Lherbette- Colonel

Second Empire à 1914[modifier | modifier le code]

  • 1853 : de Vives-
  • 1854 : Voisin Gartempe - Colonel
  • 1856 : des Fadates de Saint-Georges - Colonel
  • 1858 : Pé de Arros - Colonel
  • 1866 : Picot de Lapeyrousse - Colonel
  • 1872 : de Miribel - Colonel
  • 1875 : de Contamine - Colonel
  • 1880 : Jaubert - Colonel
  • 1886 : Barjon - Colonel
  • 1887 : d'Aumale - Colonel
  • 1888 : Michon - Colonel
  • 1893 : Boucly - Colonel
  • 1896 : Pistor - Colonel
  • 1898 : d'Astier de la Vigerie - Colonel
  • 1905 : Desaleux - Colonel
  • 1907 : Berrot - Colonel
  • 1910 : Deprez - Colonel

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • 1914: Mauger - Colonel
  • 1915: Schneider - Lieutenant-colonel
  • 19/01/1916 - 17/01/1917 : Walch - Colonel
  • 1917: Kauffer - Chef d'escadron (du 13 janvier au 1er février)
  • 1917: Brosse - Lieutenant-colonel (du 15 février au 24 août)
  • 1917: Kauffer - Lieutenant-colonel (du 25 août au 4 juin 1918)
  • 1918 Holtzapffel - Lieutenant-colonel

De 1919 à 1940[modifier | modifier le code]

  • 1919: Fondeur - Colonel
  • 1920: Hauser - Colonel
  • 1921: Bouquillon - Colonel
  • 1923: Séguinau de Préval - Colonel
  • 1927: Desrons - Colonel
  • 1928: Mathieu de Vienne - Colonel
  • 1931: Misseray - Colonel
  • 1933: Arnoult - - Colonel
  • 1935: Vauthier - Colonel
  • 1936: Drot - Colonel
  • 1940: Delmotte - Colonel (du 5 avril au 1er août 1940)

Après la 2e Guerre mondiale jusqu'en 1955[modifier | modifier le code]

  • 1945: Bodinat - Lieutenant-colonel (jusqu'au 22 mars)
  • 1945: Bègue - Colonel
  • 1946: Fonquernie - Colonel
  • 1948: Belorgey - Colonel
  • 1950: de Chergé - Colonel
  • 1952: Companyo - Colonel
  • 1954: Drapier - Lieutenant-colonel (du 10 avril au 5 juillet)
  • 1954: Brunet - Colonel

Guerre d'Algérie : 1955-1962[modifier | modifier le code]

Premier Groupe :

  • 1955 : de Valence de Minardière - Chef d'escadron (du 1er août au 24 septembre)
  • 1955 : Jost - Lieutenant-colonel
  • 1957 : Roux - Chef d'escadron
  • 1959 : Calvino - Chef d'escadron
  • 1961 : Pontfort - Lieutenant-colonel

Quatrième Groupe :

  • 1955 : Petitpas - Chef d'escadron
  • 1956 : Lecoubs - Chef d'escadron
  • 1958 : Dubreuil - Chef d'escadron
  • 1960 : Barthier - Chef d'escadron
  • 1962 : Heim - Chef d'escadron

De 1964 à 2013[modifier | modifier le code]

  • étendard du 8 au cinquantenaire de la 7°BB à Besançon
    1964 : Poupet - Lieutenant-colonel
  • 1965 : Maître - Lieutenant-colonel
  • 1967 : Trotereau - Lieutenant-colonel
  • 1969 : Cassagne - Lieutenant-colonel
  • 1971 : Bouissac - Lieutenant-colonel
  • 1973 : Barbotin - Lieutenant-colonel
  • 1975 : Vaillant - Lieutenant-colonel
  • 1977 : Richard - Lieutenant-colonel
  • 1979 : Delbos - Lieutenant-colonel
  • 1981 : Menanteau - Colonel
  • 1983 : Crène - Colonel
  • 1985 : Corrigou - Colonel
  • 1987 : Burtschell - Colonel
  • 1990 : Bariller - Colonel
  • 1992 : Frère - Colonel
  • 1994 : Fournier - Colonel
  • 1996 : Courly - Colonel
  • 1998 : Ayasse - Colonel
  • 2000 : Delamarre - Colonel
  • 2002 : Razat - Colonel
  • 2004 : Plateaux - Colonel
  • 2006 : Ledanseur - Colonel
  • 2008 : Culot - Colonel
  • 2010 : Ferrando - Colonel
  • 2012 : Riche - Lieutenant-colonel

De 2017 à nos jours[modifier | modifier le code]

  • 2017 : Jouve - Colonel

Historique des garnisons, combats et bataille du 8e RA[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Créé par l'ordonnance royale du 24 octobre 1784, le Corps Royal de l'Artillerie des Colonies[3] est constitué le 1er avril 1785, en 5 brigades de 4 compagnies chacune. Formé à Douai, puis dépôt à Port-Louis, deux brigades (2e et 4e) sont stationnées à Lorient; une brigade est en Inde (1re), Saint-Domingue (5e), Martinique (3e).

Révolution et Empire[modifier | modifier le code]

Le 8e Régiment d'Artillerie est créé le 20 juillet 1792 et passe à l'artillerie de terre le 27 août 1792. Un bataillon est stationné à Rennes en plus des compagnies toujours stationnées dans les colonies.

Le 8e Régiment d'Artillerie à Pied est créé en 1794, avec la formation du 2e bataillon. Son dépôt après Rennes est successivement à: Douai (1794 à 1800); Boulogne (1800-1808); Douai (1808-1810); Anvers (1810-1811); Douai (1811-1814); Rennes (1814-1815); Rennes et La Rochelle en février 1815.

  • 1794 : Avec l'armée du Nord :
  • 1801 :
  • 1802 :
    • Saint-Dominique (4 cies); un détachement se maintient dans l'Est de l'île jusqu'en 1809.
  • 1802 - 1810 :
  • 1805 : Grande Armée :
    • participation à la bataille d'Austerlitz. L'artillerie du régiment occasionne de très lourdes pertes chez l'ennemi dans la mesure où ses canons brisent la glace du lac sur lequel il s'est réfugié. Cela lui vaut l'appellation, sur décision de l'empereur Napoléon Ier, de Régiment d'Austerlitz.
  • 1807
    • Le régiment se distingue en 1807 à Friedland où ses canonniers causent de grands ravages parmi les troupes russes. Au cours d'une inspection, le général Muller déclare alors « L'espèce d'hommes est superbe, le régiment est bien commandé, d'une brillante tenue et bien discipliné ».
  • 1808-1813 : guerre d'Espagne :
Artillerie-béret.jpg

De 1815 à 1852[modifier | modifier le code]

Le régiment d'artillerie à pied de Rennes est créé le 21 mai 1816. Il tient garnison à Rennes (1816-1819) puis Toulouse (1819-1820). Le 16 août 1820, il redevient le 8e Régiment d'Artillerie à Pied, et tient garnison à Toulouse (1820-1825), puis Valence (1825-1829) avant d'être dissous à Toulouse le 5 août 1829. Il réapparaît le 21 mai 1830 sous l'appellation 8e Régiment d'Artillerie. Il tient garnison à Rennes (1830-1831), à La Fère (1831-1835), à Metz (1835-1840), à Toulouse (1840-1844), Besançon (1844-1849), Metz (1849-1850), La Fère (1850-1853) et Vincennes (1853-1854). Ses campagnes pendant cette période :

En 1849, la 16e batterie fait partie du corps expéditionnaire de la Méditerranée envoyée combattre la République romaine et participe au siège de Rome

Second Empire et guerre de 1870[modifier | modifier le code]

Le 16 mars 1854, le 8e régiment d'artillerie est transformé en 17e régiment d'artillerie à cheval. Mais à la suite du décret du 14 février 1854, le 8e Régiment d'Artillerie Montée est formé à Toulouse le 16 mars. Il reprend rapidement le ronde des garnisons : Toulouse (1854-1857), Rennes (1857-1861), Douai (1861-1865), Metz (1865-1868), La Fère (1868-1870). Puis le rythme s'accélère : Vincennes le 6 septembre 1870, Rennes le 11 septembre, Saint-Omer le 11 mars 1871, puis Saint-Omer et Aire-s-Lys le 28 avril 1871.

Ses campagnes pendant cette période :

De 1871 à 1914[modifier | modifier le code]

Le nouveau 8e Régiment d'Artillerie est créé le 10 mai 1872. Il s'installe sur plusieurs garnisons. De 1872 à 1873, il est à Lille, Calais et Aire-sur-la-Lys. De 1873 à 1883, il est à Châlons-s-Marne, Toul, Longwy, Montmédy.

Le 1er septembre 1883, il devient le 8e Régiment d'Artillerie de Campagne. De 1883 à 1887 son dépôt est à Châlons-sur-Marne, de 1887 à 1894 le régiment stationne à Nancy, Toul et Châlons. De 1894 à 1914, il est resserré sur Nancy.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le régiment constitue l'appui feu de la 11e division d'infanterie (la division de fer), du 20e corps d'armée commandé par le général Foch.

Le 4e Groupe (10 et 11e Batteries à cheval) à la 2e division de cavalerie

Sa conduite exemplaire en Lorraine en 1914 et à Verdun en 1916 lui vaut deux citations à l'ordre de l'armée et l'attribution de la fourragère de la croix de guerre.

Il est articulé en 3 groupes d'active équipés du canon de 75 mm. Voici les lieux et les dates où il a fait campagne pendant cette guerre.

1914[modifier | modifier le code]

  • Lorraine (E. Nancy, Vic-s-Seille) du 15 au 18 août;
  • Morhange du 19 au 21 août;
  • Grand Couronné (NO. Lunéville) du 21 août au 16 septembre;
  • La Somme (Bray) du 25 septembre au 20 octobre;
  • Artois (SO. Arras) d'octobre au 2 novembre;
  • Flandres (N.Ypres) du 8 novembre 1914 au 18 avril 1915.

1915[modifier | modifier le code]

  • Artois (N. Arras) du 20 avril au 8 juillet;
  • Champagne du 1er septembre au 24 décembre.

1916[modifier | modifier le code]

  • Lorraine (E. Nancy) du 13 février au 13 mars:
  • Verdun (rive gauche) du 24 mars au 17 avril;
  • La Somme (NE. Bray) du 1er juin au 15 août, puis du 17 novembre au 12 décembre.

1917[modifier | modifier le code]

  • Lorraine (NE. Nancy) du 29 décembre 1916 au 16 janvier 1917;
  • Chemin des Dames (N. Œuilly) du 29 mars au 12 juin;
  • Woëvre (O. Flirey) du 28 juin au 6 octobre.

1918[modifier | modifier le code]

  • Verdun du 29 janvier au 23 mars;
  • Picardie (O. Amiens) en réserve du 28 avril au 30 mai;
  • Le Matz (O. Ressons) du 6 au 13 juin,
  • à l'ouest de Soissons du 19 juin au 12 août;
  • au nord-est de Vic-sur-Aisne du 16 au 25 août;
  • L'Ailette (Coucy) du 1 au 15 septembre;
  • Flandres (Roulers) du 7 au 17 octobre;
  • La Lys (Deinze) du 21 au 31 octobre;
  • L'Escaut (N. Audenarde) du 3 au 11 novembre.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Avec le IIIe Groupe du 8e et deux autres groupes du 264e, il est constitué le Régiment d'Artillerie de Marche 8/264 à Mailly du 5 mars 1919 au 31 mai 1919. Mais le 1er juin 1919, le 8e régiment d'artillerie de campagne est recréé. Il est à Nancy, Toul et Lunéville en 1919, puis Nancy et Toul en 1920. Puis le régiment part en occupation en Allemagne.

Le 1er mars 1923, le régiment devient le 8e régiment d'artillerie divisionnaire. Il stationne à Nancy de 1923 à 1940.

Ses campagnes pendant cette période :

  • 1925-1927 : Syrie (2e et 4e bies) d'août 1925 à avril 1927; Damas; Djebel Druze de mars à septembre 1926. Ces deux batteries passent au 19e à leur retour en avril 1927.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Campagne 1939-1940 :
Appartient à la 11e division d'Infanterie

  • 1939 : Front de Lorraine (O. Sarreguemines) du 27 août au 15 novembre; Opérations sur la Blies, forêt de la Warndt du 9 septembre au 2 octobre; Delme du 1er décembre au 26 mars 1940.
  • 1940 : Sarre (E.Saint-Avold) du 30 mars au 18 mai; Front de l'Aisne (E. Compiègne) du 22 mai au 10 juin; Crépy-en-Valois du 11 au 12 juin; Retraite du Centre: canal de l'Ourq (O. Meaux) le 13 juin; La Seine (Fontainebleau) les 14 et 15 juin; La Loire (Châteauneuf) du 16 au 18 juin; Salbris le 19 juin; L'Indre le 20 juin, Nontron le 24 juin.

Il est dissous à Clermont-Ferrand en juillet 1940.

Reconstitué le 1er janvier 1945 dans une structure à trois groupes, il est à Saint-Mihiel en avril 1945. Quelques éléments participent à la fin de la campagne de mai en Allemagne: le 1er Groupe à Offenbourg; le 2e groupe à Rastadt puis à Emmendingen le 5 juin; de juillet à octobre le 3e groupe et l'état-major du I/8 sont à Offenbourg et Kehl. Le 17 juillet, le 2e groupe fait mouvement sur Strasbourg.

De 1945 à 2013[modifier | modifier le code]

  • Le 15 avril 1946, le 8eRA est réduit à un Groupe, le 1/8e RA. En juin 1946, il est à Lambach, Drachenbronn, Langensoultzbach. Le 2 mai 1947, il est au quartier Drouot à Nancy.
  • Le 8e RA est reconstitué le 1er avril 1949 en une batterie de commandement et 4 groupes. Du 1er avril au 1er octobre il est ainsi réparti : la batterie de commandement et le IV/8e à Nancy; le I/8e à Haguenau; le II/8e à La Fère; le III/8e à Moulins-lès-Metz, caserne Serret. Puis du 1er octobre 1949 à 1955, seul le II/8e change de garnison en s'installant à Verdun.

Il participera ensuite aux opérations en Afrique du Nord. Il sera en Algérie de 1955 à 1963, dans l'Est constantinois, au sein de la 2e DIM. Le Ier Groupe sera ainsi déployé : Akbou (au sud-ouest de Bougie)du 11 juin au 7 octobre 1955; Guelma, Duvivier (au sud de Bône) du 8 octobre 1955 au mois de mars 1957. Il participe au Barrage sur la frontière tunisienne à Sakiet (à l'est de Souk Ahras) de mars 1957 à septembre 1962. Il est à Blandan (est de Bône) du 29 septembre au 23 octobre 1962. Le IVe Groupe est en Grande-Kabylie (au nord-est de Tizi-Ouzou) du 26 juin au 11 octobre 1955. Puis il est à Randon, Combes (sud-est de Bône) du 13 octobre 1955 au 11 mars 1957. Il participe au Barrage sur la frontière tunisienne, au sud-est de Souk Ahras : Gambetta, Ouenza du 12 mars 1957 à novembre 1960; Souk Ahras, Aïn Zana de novembre 1960 à juillet 1962. C'est à Blandan (est de Bône) où il s'installe du 11 août 1962 au 5 octobre 1963, qu'il est transformé en 8e Groupe d'Artillerie le 1er octobre 1962. Il est à Bône-les-Salines du 6 octobre 1963 au 12 novembre 1963. À son retour en métropole, le 8e Groupe d'Artillerie est dissous le 30 novembre 1963 à Sissonne.

  • Le 8e régiment d'artillerie est recréé le 16 mai 1964 à Commercy.
  • 1991 : participation à la guerre du Golfe. Une section de mini-avions de reconnaissance tactique sans pilote (MART), en cours d'expérimentation au régiment, est mise sur pied dans les quelques jours qui précèdent l'action terrestre puis est acheminée sur le théâtre d'opération. La mission dure du 8 février au 1er avril 1991. Le régiment ayant été fortement sollicité pour fournir son personnel engagé à d'autres unités de la division (la 10e Division Blindée), il est fait appel à du personnel en provenance du 403e régiment d'artillerie de Chaumont. C'est pendant cette opération qu'est conforté le besoin en drone lent pour acquérir en temps réel le renseignement par images. Les enseignements tirés du succès de cette expérience orienteront le choix vers les drones Crécerelle qui doteront par la suite le 6e Groupe du 7e régiment d'artillerie, puis le 7e régiment d'artillerie jusqu'à sa transformation en 61e régiment d'artillerie.

Missions de paix et d'interposition sous l'égide de l'ONU en 1995 au Liban. Le régiment professionnalise en novembre 1996 la 4e batterie qui sera suivie de la BCL, de la 1re Batterie puis du reste du régiment. Ensuite missions sous l'égide de l'OTAN en Bosnie ex-Yougoslavie) 1997, etc.

Il est au Kosovo en 1999, 2001, 2003, 2005..., en RCI (république de Côte d'Ivoire) à plusieurs reprises mais aussi au Tchad, en RCA (République de Centrafrique), à Djibouti, Au Liban avec ses AU F1, en Afghanistan... Il sert aussi dans les territoires d'outre mer (Guyane, Réunion, Martinique, Tahiti, Nouvelle-Calédonie, Mayotte ainsi que sur les îles éparses)

Le régiment est dissous en 2013 après 229 ans de bon et loyaux services.

Depuis 2017[modifier | modifier le code]

Le 26 avril 2017, le général de brigade Delion, père de l'arme de l'artillerie, remet le drapeau du 8e régiment d'artillerie au groupement de recrutement et de sélection de la région terre nord-est (GRS NE)[4].

Il est de nouveau stationné à Vandœuvre-lès-Nancy au quartier Drouot.

Faits d'armes portés sur l'étendard du régiment[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes [5]:

fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918

Sa cravate est décorée de la croix de guerre 1914-1918 avec deux citations à l'ordre de l'armée et l'attribution de la fourragère au couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918 (10/08/1918).

Devise[modifier | modifier le code]

« Alter post fulmina terror » (« l'autre terreur après la foudre »)

Chant[modifier | modifier le code]

Pour la France et de bon cœur

1er couplet :

  • Pour la France et de bon cœur
  • Avec panache et sans peur
  • Nous saurons nous montrer dignes
  • Du soleil de notre insigne.
  • Le canon de Gribeauval
  • De l'artillerie à cheval
  • Servi par de fiers Grognards
  • Fit nos premières victoires.

Refrain

  • Pour la France et de bon cœur
  • Combattront les artilleurs
  • Du régiment d'Austerlitz
  • Valeureux enfants du 8.

2e couplet :

  • Pour la France et de bon cœur
  • Pour la gloire et pour l'honneur
  • Nous servirons nos canons
  • Pour tirer à l'unisson.
  • De Nancy à Commercy
  • Ils vaincront pour la Patrie
  • Et la gloire de l'étendard
  • Éternelle en leur mémoire.

Insigne du 8e régiment d’artillerie[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Anneau d'argent portant en chef l'inscription « Austerlitz ». Un soleil d'or broche le tout. histoire-collection.com

Personnalités célèbres ayant servi au 8e RA[modifier | modifier le code]

Le régiment aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Subordinations[modifier | modifier le code]

Le régiment est subordonné à la 7e brigade blindée elle-même composante de la force d'action terrestre. Dissous le 01/07/2013

Missions[modifier | modifier le code]

Régiment d'artillerie de la 7e brigade blindée, le 8e RA est chargé de l’appui feu des unités en cours d'action. Il doit pouvoir être engagé dans des actions très diverses allant de l'engagement total et massif contre un ennemi blindé et mécanisé en Centre Europe, à l'envoi de modules artillerie sur des théâtres d'opérations extérieures ou à des actions humanitaires et de maintien de la paix dans le monde.

Composition[modifier | modifier le code]

  • 4 batteries de tir.
  • 1 batterie de commandement et de logistique.
  • 1 batterie d'administration et de soutien.
  • 1 batterie de réservistes (B5).
  • 1 batterie de renseignement.

Matériels[modifier | modifier le code]

  • Canons de 155 mm AUF1 (ne sont plus en dotation)
  • Mortiers de 120 mm
  • Canons AA de 20 mm
  • AMX-10P (VOA) véhicules d'observation de l'artillerie.
  • VAB équipés de matériels spécifiques, pour les besoins topographiques (VIT) et pour la transmission de données (ATLAS).
  • Peugeot P4
  • TRM 2000
  • TRM 10000
    Camions citerne
    .

Stationnement[modifier | modifier le code]

8e régiment d'artillerie
Quartier Oudinot - BP 20119
55205 Commercy Cedex
03-29-46-72-81

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le 8e RA est le seul régiment d'artillerie à porter l'inscription AUSTERLITZ 1805. inscription
  2. « Les emblèmes de dix unités dissoutes attribués à des organismes de formation », sur lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr (consulté le 1er juillet 2017)
  3. Histoire de l'armée française, Pierre Montagnon, éditions Pygmalion - 1997
  4. « Les emblèmes de dix unités dissoutes attribués à des organismes de formation », sur lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr (consulté le 12 novembre 2017)
  5. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007
  6. « Cariou Jacques », sur culture.gouv.fr, base Léonore, dossier LH/427/76, notice L0427076, p. 8 (consulté le 12 février 2018).

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Campagne 1914-1918. Historique du 8e régiment d'artillerie, Paris, Chapelot, 63 p., disponible sur Gallica.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]