243e régiment d'artillerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

243e régiment d'artillerie
Image illustrative de l’article 243e régiment d'artillerie
Cendrier commémoratif aux armes du 243e RAC

Création 1917
Dissolution 1940
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'artillerie
Rôle Artillerie divisionnaire
Ancienne dénomination AD53, ACD53
Surnom ACD37, 243e RALD
Équipement 36 pièces de 75 (1917)
canon Schneider 155C(1920)
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale

Le 243e régiment d'artillerie est un régiment d'artillerie de l'armée française créé en 1917, qui participa à la Première Guerre mondiale, puis à la bataille de France durant la Seconde Guerre mondiale. L'unité, capturée par l'ennemi en juin 1940, n'est pas reconstituée.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Lors de sa création le , le 243e régiment d'artillerie prend le nom de 243e régiment d'artillerie de campagne (243e RAC). Il est alors formé à partir des éléments constituant l'artillerie divisionnaire de la 53e division d'infanterie (AD53 ou artillerie divisionnaire de campagne ADC53).

À la mobilisation le , la 53e division d'infanterie dispose d'un groupement d'artillerie composé de trois groupes formés respectivement des groupes de renforcement du 43e régiment d'artillerie de campagne (21e, 22e et 23e batteries), du 22e régiment d'artillerie de campagne (24e, 25e et 26e batteries) et du 11e régiment d'artillerie de campagne (27e, 28e et 29e batteries)[1].

Par ordre no 12.339 du général commandant en chef en date du , le groupement constitue le le 243e régiment d'artillerie de campagne (243e RAC)[2] tout en poursuivant son action en tant qu'ACD53 jusqu'à l'armistice.

Dissous après l'armistice, le 243e régiment d'artillerie de campagne renait quelques mois plus tard en tant qu'unité intégrée à l'armée française du Rhin (ACD37), puis réintègre à son dépôt de Caen les rangs du 43e régiment d'artillerie, désormais 43e régiment d'artillerie divisionnaire (43e RAD ; 6e DI), dont il constitue le 5e groupe.

En 1939, le 5e groupe du 43e RAD prend enfin part à la Seconde guerre mondiale sous la dénomination de 243e régiment d'artillerie lourde divisionnaire (243e RALD),

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Groupement d'artillerie de la 53e division d'infanterie (AD53 ou ADC53)[modifier | modifier le code]

  • - 11/06/1916 - Lieutenant-colonel puis colonel André Joseph Emmanuel MASSENET[3]
  • 11/06/1916 - 16/08/1916 - Lieutenant-colonel Pierre Henri DESTICKER[4]
  • 23/08/1916 - 23/01/1917 - Colonel Anatole Paul Louis THEVENIN[5]
  • 25/01/1917 - 12/02/1917 - Chef d'escadron Louis Clément Joseph GIRARD (par intérim)[6] auteur de : Sur le front occidental avec la 53e division d'infanterie. (cf. Témoin de l'AD53 et 243e RAC)
  • 12/02/1917 - 01/04/1917 - Lieutenant-colonel Gustave Georges Ernest Victor CROUSSE[7]

243e RAC[modifier | modifier le code]

  • 01/04/1917 - 18/02/1919 - Lieutenant-colonel Gustave Georges Ernest Victor CROUSSE[7]

243e RAC (ACD37)[modifier | modifier le code]

  • 31/12/1919 - 06/09/1923- Colonel Julien FAUGERON[8]

243e RALD[modifier | modifier le code]

  • 02/09/1939 - Lieutenant-colonel René Georges Amand MALLASSINET[9]
  • 04/09/1939 - Commandant Henri Marie Gabriel LE LIEVRE DE LA MORINIERE[10]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Principaux engagements durant la Première Guerre mondiale d'après l'Historique régimentaire[11][modifier | modifier le code]

GIRARD Louis Clément Joseph, "Sur le front occidental avec la 53e division d'infanterie." Ouvrage en quatre volumes. Paris - Berger-Levrault ed., Besançon - Sequana ed, Paris - Brodart et Taupin ed.,1932-1938.
Récit de la campagne 1914-1918 de la 53e division, dédicacée en mémoire d'un artilleur du 243e RAC.

AD53 - ADC53

  • Retraite - , engagement dans la Bataille de Guise.
  • Bataille de la Marne 6 - .
  • Bataille de l'Aisne (secteur de Berry-au-Bac).
  • Front de la Somme -  : (secteur dans la région de Fricourt)
  • Bataille d'Artois (secteur de Neuville-Saint-Vaast).
  • Bataille de Champagne - (secteur de Tahure).
  • Front de l’Aisne (secteur entre Oise et Aisne au nord-ouest de Soissons).
  • Bataille de la Somme - (secteur au nord de la route d’Amiens à Péronne).
  • Front de l’Aisne - (secteur de Bitry-Offemont entre l’Oise et l’Aisne).
  • Secteur de Machemont (Oise) -.
  • Offensive sur l’Ailette (Aisne) - (secteur de Manicamp).

243e RAC (création le )

  • Offensive sur l’Ailette (Aisne) (secteurs de la Fère puis Moy-de-l’Aisne).
  • Le Chemin des dames - (secteurs du Poteau d’Ailles, Courtecon, Bourg-et-Comin et Craonne).
  • Seconde bataille de la Marne - (secteur au nord-ouest de Compiègne).
  • Front d’Alsace-Vosges : (secteur entre Leimbach et le canal du Rhône au Rhin).
  • Offensive sur la Vesle et la Suippe (Marne) - (secteurs de Pévy et Bertricout).
  • Offensive sur le canal des Ardennes et l’Aisne (Ardennes) (secteur de Vandy).

Distinction[modifier | modifier le code]

Fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre remise à Thionville par le Maréchal Pétain le 08/01/1919[11]

Pertes de l'AD53 et du 243e RAC durant la Première Guerre mondiale (tués, blessés, disparus)[modifier | modifier le code]

L'historique régimentaire du 243e RAC dresse la liste nominative des pertes de l'unité du à cf. pp. 31-39[11]

Témoins de l'AD53 et du 243e RAC[modifier | modifier le code]

  • [GIRARD Louis] Anonyme - Sur le front occidental avec la 53e division d'infanterie. 4 vol. : I - Paris, Berger-Levrault, 1932 ; II - Besançon, Sequana s.d.; III - Paris, Brodart et Taupin eds. s.d.; IV - Compiègne, Imprimerie du progrès de l'Oise [1938]. [GIRARD Louis Clément Joseph (1869-1934)[6], capitaine de la 23e batterie du 43e RAC ; commandant du 1er groupe de renforcement du 43e RAC (1er groupe AD53) ; commandant par intérim. du 243e RAC].
  • LANIEL Joseph - Jours de gloire et jours cruels (1908-1958). Paris, Presses de la cité, 1971, pp. 15-62 [LANIEL Joseph (1889-1975), Membre du Conseil national de la Résistance (1943), Président du Conseil (juin 1953 - juin1954). Lieutenant de réserve au 27e puis 7e dragons affecté à l'état-major de la 53e DI depuis août 1914, affecté au 243e RAC à compter du 16/03/1918 (22e puis 25e batteries), promu capitaine de réserve le 10/10/1918 et démobilisé par le 43e régiment d'artillerie[12]].

Dissolution du 243e RAC[modifier | modifier le code]

Le 243e RAC est dissous le 25/01/1919 d'après l'historique régimentaire p. 30[11].

Le premier groupe est ainsi reversé au 43eRAC le et regagne le dépôt régimentaire de Caen, les deux autres groupes rejoignant par voie terrestre le dépôt de démobilisation de Nemours[13].

Armée du Rhin[modifier | modifier le code]

243e Régiment d'artillerie (ACD37)[modifier | modifier le code]

33e batterie du 243e RAC, camp de Bitche (Moselle), novembre 1920[14]

Le 243e régiment d'artillerie campagne[15], est reformé quelques mois après sa dissolution à partir du 5e groupe du 43e régiment d'artillerie, équipé de trois batteries de quatre pièces de 155 mm Schneider court modèle 1917 (33e, 34e et 35e batteries). Après une période d'entrainement au camp militaire de Bitche (Moselle), il participe en 1921-1922, rattaché à la 37e division d'infanterie (8e groupe de l'ACD37), à l'occupation de la Rhénanie par le 30e corps d'armée du Général Mordacq dans le secteur de Wiesbaden (Hesse) et Mayence (Rhenanie-Palatinat).
Il réintègre ensuite le son dépôt, le Quartier Claude Decaen à Caen, reformant le 5e groupe du 43e RAD en garnison à Cherbourg de novembre 1923 à février 1935[16].

Personnalités ayant servi au 243e régiment d'artillerie[modifier | modifier le code]

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

243e régiment d'artillerie lourde divisionnaire (243e RALD)[modifier | modifier le code]

Le 5e groupe du 43e régiment d'artillerie, prend en 1939, l'appellation de 243e RALD (régiment d'artillerie lourde divisionnaire). Doté de trois batteries de quatre pièces de 155 mm Schneider court modèle 1917 il a pour dépôt le Quartier Claude Decaen à Caen et appartient, comme le 43e régiment d'artillerie, à la 6e division d'infanterie avec laquelle il prend part aux combats de la bataille de France[18].

Principaux engagements du 243e RALD[modifier | modifier le code]

"Drôle de guerre"[modifier | modifier le code]

  • Camp de Sissonne (Aisne) du au
  • Frontière du Nord à Hirson (Aisne) du au
  • Trelon (Nord) du au
  • Lorraine, région de Boulay (Moselle) du au , Woëvre du au

Bataille de France[modifier | modifier le code]

  • Engagé sur la Meuse à Stenay et Dun-sur-Meuse (Meuse) les 14-
  • Buzancy (Ardennes) du au
  • Retraite du 13 au jusqu'au sud de Toul (Meurthe-et-Moselle)
  • Capturé le avec son chef d'escadron, le commandant LE LIEVRE DE LA MORINIERE[10]

Le 243e régiment d'artillerie ne sera pas reconstitué.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anonyme - Historique du 243e régiment d'artillerie de campagne pendant la guerre 1914-1918, Nancy-Paris-Strasbourg, Imprimerie Berger-Levrault [s.d.][11]
  • Voir sur la page consacrée au 43e RAC, - le paragraphe consacré aux "21e, 22e et 23e batteries - Groupe de renforcement du 43e RAC - AD53 - 243e RAC" sur le site verney-grandeguerre.com

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 53e DI, Artillerie, JMO 2 août 1914 - 31 mars 1915 - SHD 26 N 366/7 », sur memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le 29 septembre 2019)
  2. « 243e artillerie de campagne JMO 1er avril - 13 juin 1917 - SHD 26 N 1050/1 », sur memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le 30 septembre 2019)
  3. « Massenet André Joseph Emmanuel », sur culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr (consulté le 29 septembre 2019)
  4. « Desticker Pierre Henri », sur culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr (consulté le 29 septembre 2019)
  5. « Le général de division Louis THEVENIN (1870 – 1948) et la Commission de Cryptographie Militaire », sur arcsi.fr, Association des réservistes du chiffre et de la sécurité de l'information, nouvelle série no 28, 2000 (consulté le 29 septembre 2019)
  6. a et b « Girard Louis Clément Joseph », sur culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr (consulté le 29 septembre 2019)
  7. a et b « Crousse Gustave Georges Ernest Victor », sur culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr (consulté le 29 septembre 2019)
  8. « Faugeron Lucien », sur culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr
  9. Archives départementales du Calvados, « Registre de matricule, bureau de Caen, classe 1908, matricule no 703 », sur https://archives.calvados.fr
  10. a et b Archives départementales des Côtes d'Armor, « Registre de matricule,bureau de Saint-Brieuc, classe 1917, matricule no 1337 », sur http://genearmor.cotesdarmor.fr
  11. a b c d et e « Historique du 243e régiment d'artillerie de campagne pendant la guerre 1914-1918 », sur gallica.bnf.fr (consulté le 29 septembre 2019)
  12. Archives départementales de l'Orne, « Registre de matricule, bureau d'Argentan, classe 1909, matricule n°89 (visionneuse p.219) », sur http://archives.orne.fr
  13. « 243e Régiment d'artillerie de campagne - JMO 02 octobre 1918- 25 février 1918 - SHD 26 N 1050/4 », sur memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le 30 septembre 2019)
  14. http://www.verney-grandeguerre.com/archives/2019/10/05/37688093.html
  15. Revue d'artillerie, Paraissant le 15 de chaque mois., Nancy-Paris-Strasbourg, Berger-Levrault, 43e année, tome 85, janvier-juin 1920. (lire en ligne), p. 36 (composition du régiment)
  16. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5037602/f6.item
  17. http://archives.haute-vienne.fr/ark:/52328/s0056bb9e4fe66a8/56bb9e51b4319
  18. ECPAD, « La bataille de France 10 mai - 22 juin 1940 (vue du côté françaisf) ; cf. cliché no 14 p.12 », sur http://archives.ecpad.fr

Articles connexes[modifier | modifier le code]