405e régiment d'artillerie anti-aérienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

405e régiment d’artillerie anti-aérienne
Image illustrative de l’article 405e régiment d'artillerie anti-aérienne
Image illustrative de l’article 405e régiment d'artillerie anti-aérienne
Insigne régimentaire du 405e R.A.A
Insigne régimentaire du 405e RADCA (1939)

Création 1922
Dissolution 1984
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment d'Artillerie
Rôle Défense Anti-Aérienne
Garnison Sathonay-Camp,Hyères
Inscriptions
sur l’emblème
Grande Guerre 1914-1918
AFN 1952-1962
Guerres Seconde Guerre mondiale

Le 1er janvier 1924, le 5eRDCA (régiment de DCA de l’Aéronautique, qui avait été formé en 1922) donne naissance au 405e Régiment d'Artillerie de Défense Contre Aéronefs (RADCA), créé à Sathonay-Camp. L’étendard attribué au régiment porte dans ses plis l’inscription : « Grande Guerre 1914-1918 ».

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

1939-1942[modifier | modifier le code]

À la mobilisation le 405eRADCA donne naissance à de très nombreux Groupes et batteries de DCA.

De juin 1937 à 1939, une batterie du 6e groupe du régiment est envoyée à Cerbère, pour surveiller la frontière espagnole.

Le 10 mai 1940, lors que les troupes allemandes envahissent la Belgique et la Hollande, la France déclenche l’opération Dyle-Breda : son 1er Groupe d’armée avance en Belgique. Au sein de sa IXe Armée, Groupement d’Arras, figure le 3e Groupe du 405°RADCA avec ses autocanons de 75 mm et la 1016e batterie avec ses canons de 25mm tractés par des véhicules semi-chenillés Citroën.

Il participe à la défense improvisée de Lyon à Chasselay : les 19 et 20 juin 1940, sur une ligne de combat allant de L'Arbresle à Fontaines-sur-Saône, avec comme points forts les hauteurs qui dominent Chasselay et le château-couvent de Montluzin, 180 soldats appartenant aux 7e et 25e régiments de tirailleurs sénégalais, au 405e RDCA et à la Légion étrangère sont tués en s'opposant aux 25 000 hommes des colonnes blindées de la Wehrmacht. À la fin des combats a lieu le massacre par les Allemands des prisonniers et l'achèvement des blessés. C'est à cet endroit, au lieu-dit "Montluzin" à Chasselay, qu’est érigé en mai 1942 (en pleine occupation) le "Tata" qui, pour les Africains, symbolise l'enceinte de terre sacrée où sont inhumés les guerriers morts pour leur pays. 198 stèles sont érigées à Chasselay où reposent aussi les combattants de Lentilly et de Champagne-au-Mont-d'Or qui ont connu le même sort.

Le régiment est dissous en juillet 1940.

Les unités de DAT (Défense aérienne du territoire) autorisées en août 1940 par les commissions allemande et italienne d’armistice pour la défense de la zone non-occupée (14e et 15e Divisions militaires) portent le numéro 405 sans pour autant que le régiment ait été reconstitué. Elles forment 9 groupes de DCA, numérotés de 36/405 à 44/405 qui sont dispersés et dissous le 27 novembre 1942, lors de l’invasion de la zone libre.

1944-1945[modifier | modifier le code]

Le 1er septembre 1944, sont recréés les Groupes I/405e et II/405e dans les 14e et 15e régions militaires, pour assurer la garde des matériels récupérés sur l’ennemi. Le I/405e est formé à partir d’unités de Marseille. Il est envoyé à Paris en 1945 où il est dissous. Il devient le I/401eRAA, le 1er mars 1945.

De même, le II/405e est formé à partir d’unités de Lyon. Il est envoyé à Paris en 1945 où il devient le II/407eRAA, le 1er mars 1945.

Période 1946-1962[modifier | modifier le code]

Le 405e RAA (régiment des Forces terrestres antiaériennes) est recréé le 1er janvier 1946 dans la caserne Vassoigne à Hyères, à un Groupe (le I/405e) - à partir d’éléments du 68eRAA et du 2e Groupe du 422eRAA (ex-11eGFTA) et un Groupe-cadre qui donne naissance au II/405e, le 1 mai1946.

À Hyères, le 16 mai 1949, le I/405e devient le 407eRAA et le II/405e devient le I/405e.

Le 1er avril 1950, le régiment passe à 3 Groupes : le 141e bataillon d’infanterie de Marseille-Aubagne est transformé et change d’appellation et devient le II/405e, le même jour, le 81ebataillon d’infanterie de Montpellier est transformé et devient le III/405e.

Le III/405e devient à son tour le I/410e RAA, le 30 juin 1953. Le 405eRAA n’a plus alors que 2 Groupes.

En 1954, le I/405e devient le 434e Groupe d’artillerie antiaérienne lourde semi-mobile, destiné à partir en Indochine. Le 405eRAA n’a plus qu’un seul Groupe (l’ex-II/405e).

En juin 1955, le régiment est réorganisé à 2 Groupes. En octobre est créé le CIER (centre d’instruction des exploitants radar).

Le 1er septembre 1955, un bataillon de marche est formé pour participer au maintien de l'ordre en Algérie. Le 13 octobre 1955, aux ordres du chef escadron VERDANT, il embarque à Marseille sur le Pasteur. Débarqué à Oran, il fait mouvement vers Alger puis Tablat et enfin le secteur de Seddouk. À partir du mois de novembre, il s’implante dans l’ouest Constantinois (région d’Abkou et Tamzet). Il y forme corps avec l’appellation I/405eRAA le 1er juin 1956. En 1959, le I/405eRAA fait mouvement, s’installe dans la région de Ménerville et y poursuit ses activités opérationnelles ; il y est dissous le 31 octobre 1961.

Le 1er novembre 1956, à Hyères, le régiment devient Centre d'Instruction et Dépôt du 405eRAA (CID du 405eRAA) ; il forme des appelés, tous les deux mois, des rappelés, des engagés et cadres à destination du maintien de l’ordre en Afrique du Nord.

Période 1962-1984[modifier | modifier le code]

Avec la fin de la guerre d’Algérie, l’appellation de Centre d’instruction du 405e RA (C.I. du 405eRAA) est conservée. Il comprend le Centre de perfectionnement des sous-officiers d'artillerie (CPSOA) et le Centre d’instruction des exploitants radar (CIER).

Le C.I. du 405eRAA devient 405eRAA le 1er juin 1966 et poursuit sa mission d’instruction. Il comprend alors : 1 batterie de commandement et des services (BCS) et deux batteries d’instruction des recrues, plus le CIER et le CPSOA.

À partir de juillet 1966, lui sont rattachées les batteries « FAS » (batteries de défense de bases des Forces aériennes stratégiques, équipées de canons bofors de 40 mm) d’Istres (1re) et de Cazaux (2e), puis celles de Mérignac (3e), Orange (4e) et Mont-de-Marsan (5e). À partir de 1968, seules les 1eret 4e batteries « FAS » lui sont rattachées.

Il est réorganisé en novembre 1970 à 1 BCS, 3 batteries, le CIER, le CPSOA et 2 batteries « FAS » (Orange et Istres). Le CIER et le CPSOA sont dissous en 1972, les 2 batteries FAS le sont en 1974.

En 1976, le régiment est réorganisé à 1 BCS et à 5 batteries, ramenées à 4 batteries en 1977, à 3 batteries en 1980, puis à 2 batteries plus une batterie d’instruction (B11) de 1982 jusqu’en 1984.

La 1re Batterie (Batterie Verte) est le PPEOR (Peloton Préparatoire aux EOR) de l'Artillerie. Le régiment se voit attribuer une nouvelle unité, la Corniche Bournazel de Toulon lorsque son corps d'origine, le 4e RIMa quitte Toulon pour être transféré sur Fréjus. Le 405e RA est désormais implanté sur deux sites :

  • le quartier Vassoigne à Hyères avec la BCS, 4 batteries (PPEOR, CIER, et deux batteries d'instruction)
  • la caserne Grignan de Toulon avec la Corniche Bournazel

Par changement d’appellation que le 405eRA devient, le 1er juillet 1984, le 54e régiment d'artillerie.

Étendard[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1],[2]:

Insigne de béret d'artillerie

405e régiment d'artillerie anti-aérienne.svg

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Historique de l'artillerie française, H. Kauffert.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007
  2. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]