Sept-Saulx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sept-Saulx
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Département Marne
Arrondissement Reims
Canton Mourmelon-Vesle et Monts de Champagne
Intercommunalité CC Vesle et Coteaux de la Montagne de Reims
Maire
Mandat
Valérie Chaumet
2014-2020
Code postal 51400
Code commune 51530
Démographie
Population
municipale
593 hab. (2013)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 00″ N 4° 15′ 15″ E / 49.15, 4.2541666666749° 09′ 00″ Nord 4° 15′ 15″ Est / 49.15, 4.25416666667
Altitude Min. 91 m – Max. 151 m
Superficie 18,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Sept-Saulx

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Sept-Saulx

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sept-Saulx

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sept-Saulx
Liens
Site web http://www.sept-saulx.fr.gd

Sept-Saulx est une commune française, située dans le département de la Marne en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine à 21 km de Reims.

Sept-Saulx compte 574 habitants, qui se nomment les Septem-Saliciens et Septem-Saliciennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune a une superficie de 1 800 hectares (dont 800 ha de forêts). Elle est traversée par la Vesle.

Communes limitrophes de Sept-Saulx
Val-de-Vesle Prosnes Baconnes
Sept-Saulx Mourmelon-le-Petit
Les Petites-Loges Billy-le-Grand Livry-Louvercy

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y avait au Moyen Âge, un château fort datant du XIIe siècle, dont il ne reste aujourd'hui que la chapelle. Le château a été construit par les archevêques de Reims pour faire cesser le rançonnement des voyageurs entre Châlons et Reims. Henri de France (1121-1175) menait depuis là une expédition contre les hommes d'armes rançonneurs de la motte de Sampigny. La construction fut rapidement menée par un accord avec les moines de l'abbaye st-Basle de Verzy conter redevance. Par les dons de saint Timothé et saint Remi de Reims, mais aussi par les bâtisseurs qui chassèrent les moines desservant l'église, confisquèrent des pierres de l'église, du bois de la forêt, pressuré les habitants de deux villages. S'étant plaint l'abbé fut emprisonné et dut payer une rançon de cent livres. Alexandre III dut intervenir par une lettre du 16 juin 1171. Touché lors de la Première ainsi qu'à Seconde Guerres mondiales, il n'était plus que ruines. Il aurait reçu la visite de Jeanne d'Arc et Charles VII de France qui y passèrent la nuit du , invité par le propriétaire Jean de Sarrebruck, évêque de Châlons-sur-Marne, puis le lendemain entra dans la cité des sacres[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, antérieurement membre de la communauté de communes des Rives de Prosne et Vesle, est membre, depuis le 1er janvier 2014, de la communauté de communes Vesle et Coteaux de la Montagne de Reims.

En effet, conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) de la Marne du 15 décembre 2011[2], cette communauté de communes est née le 1er janvier 2014 de la fusion de trois petites intercommunalités :

auxquelles s'est joint la commune isolée de Villers-Marmery[3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
janvier 2002 2008 Denis Jolly    
mars 2008[4] en cours
(au 4 juillet 2014)
Valérie Chaumet   Réélue pour le mandat 2014-2020[4],[5]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 593 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
362 289 264 285 288 300 328 516 340
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
438 389 380 326 315 300 306 273 303
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
282 302 349 272 287 317 335 339 334
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
343 332 337 338 484 510 574 593 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

On y trouve trois entreprises industrielles, cinq artisans et un commerce.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Basle.
Tombes des aviateurs de la RAF .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Pellus, Reims, Fradet
  2. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP),‎ (consulté le 19 juillet 2015), p. 2.
  3. « Arrêté préfectoral du 29 mai 2013 portant création du nouvel Etablissement public de coopération intercommunale issu de la fusion de la communauté de communes des Forêts et Coteaux de la Grande Montagne, de la Communauté de communes des Rives de Prosne et Vesle (à l’exception de la commune de Prosnes) et de la Communauté de communes de Vesle Montagne de Reims en y incluant la commune de Villers-Marmery », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la préfecture de la Marne, no 5 ter,‎ , p. 14-18 (lire en ligne).
  4. a et b Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  5. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne,‎ (consulté le 9 août 2015).
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.
  8. « Église à Sept-Saulx », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. « La nécropole nationale de Sept-Saulx (Marne) », sur CRDP de Champagne-Ardenne,‎ (consulté le 3 janvier 2012)
  10. « Château de Sept-Saulx », base Mérimée, ministère français de la Culture.