47e régiment d'artillerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

47e Régiment d'Artillerie
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment d'artillerie
Rôle Artillerie
Inscriptions
sur l’emblème
l'Ourcq
bataille de Champagne 1915
l'Aisne1917
Tardenois 1918
Somme-Py 1918
AFN 1952-1962
Guerres Première Guerre mondiale
Guerre d'Algérie
Décorations Croix de guerre 1914-1918 une étoile de vermeil

Le 47e Régiment d'Artillerie (ou 47e RA) est un régiment d'artillerie de l'armée française qui se distingua notamment lors de la Première Guerre mondiale.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Liste des chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 1917-1918 : lieutenant colonel Roussel

Historique des garnisons, combats et batailles[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Guerres de la Révolution et de l'Empire[modifier | modifier le code]

De 1815 à 1848[modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

De 1871 à 1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'ancienne caserne d'Héricourt.
Le monument du 47e RAC à Héricourt.
Vue rapprochée.
Détail du canon d’artillerie.

1914[modifier | modifier le code]

En 1914, le 47e régiment d'artillerie de campagne est en garnison à Héricourt.

Il appartient à la 7ebrigade d'artillerie, elle-même élément de la 14e division d'infanterie.

Il se compose de 3 groupes à 9 batteries de canon de 75 (36 canons)

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

  • bataille de Verdun février : Batterie de Damloup, puis Somme : Bois de Hem (juillet-septembre)

1917[modifier | modifier le code]

  • Offensive du 16 avril puis Verdun : côte 344 en septembre

1918[modifier | modifier le code]

  • Marne en juillet puis Champagne : Tahure d'août à octobre

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

47e Régiment d’Artillerie de Campagne

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pucelle 1940.

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Guerre d'Algérie[modifier | modifier le code]

  • Le 47e Régiment d'artillerie quitte la Zone Sud Algérie après quatre années de présence en terre algérienne. Sous les ordres des Chefs d'Escadron Millot, Noël et Mathieu puis du colonel Lambert, le 47e d'Artillerie s'est vu confier de 1958 à 1962 la responsabilité du maintien de l'ordre sur des territoires vastes et difficiles du département de Titteri.
Fanion Kimono 210.

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment[modifier | modifier le code]

  • Guerre d'Algérie : 1957

En 4 mois durant l'année 1957, les opérations menées par le 1/47e régiment d'artillerie dans la région de Ménerville (aujourd'hui Thenia) se sont soldées par la mise hors de combat d'une cinquantaine de hors la loi, la capture d'une centaine d'autres - dont le chauffeur d'Ali la Pointe -, la saisie de plus de 200 armes, munitions et effets militaires, la récupération de postes de radio, d'appareils photographiques et d'importants stocks de ravitaillement.

Devise[modifier | modifier le code]

Inscriptions portées sur l'étendard du régiment[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1],[2]:

Décorations[modifier | modifier le code]

« Régiment de premier ordre, toujours sur la brèche, a participé brillamment aux affaires de Verdun et de la Somme où il a montré ses belles qualités d'audace et d'énergie, conservant outre sa valeur technique, tout son allant, toute sa souplesse, malgré des fatigues extrêmes et des pertes sévères. Hautement pénétré du souci d'appuyer toujours et au plus près son infanterie qui a permis de barrer la route à l'ennemi à Verdun en février 1916, de le refouler sur la Somme en septembre au-delà de Bouchavesnes ; enfin en Champagne le , sous le commandement du Lieutenant-Colonel Roussel, a ouvert le Chemin des Dames à sa division par des feux puissants et précis dans une progression de 8 km jusqu'à Berméricourt[3]. »

Personnalités ayant servi au 47e R.A.[modifier | modifier le code]

  • Aristide-Justin Jardot, l'un des cinq frères Jardot morts pour la France pendant la première Guerre mondiale.
  • chef d'escadron André Mathieu[4]: prend le commandement du 1er/47e R.A. et de son commando de chasse Kimono 21, le 23 avril 1961, à Nelsonbourg (aujourd'hui Si mahdjoub), dans le secteur de Médéa.
  • lieutenant Pierre Costes : 20 mois de présence au commando de chasse du 1/47e RA dont 9 mois comme chef du commando Kimono 21.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kimono 21: commando de chasse du 1/47 RA -Auteur André Didyme

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  2. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie
  3. nécrologie du colonel Léon Roussel parue dans le Bien public en janvier 1957
  4. Saint-Cyrien de la "Marne et Verdun"-http://www.scdelamarneetverdun.com