27e régiment d'artillerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

27e Régiment d'Artillerie
Création 1872
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'artillerie
Rôle Artillerie
Ancienne dénomination 27e Régiment d'Artillerie de Campagne
Guerres Première Guerre mondiale

Le 27e régiment d'artillerie est une ancienne unité d'artillerie française.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • du 2 août 1914 au 31 octobre 1915 : colonel Clément
  • du 8 novembre 1915 au 19 décembre 1916 : colonel Masselin
  • du 16 décembre 1916 : chef d'escadron Roesch (nommé lieutenant-colonel le 14 janvier 1917

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Affectations[modifier | modifier le code]

Il est intégré à la 2e division d'infanterie.

Historique[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

Envoyé en Belgique, le régiment combat du 15 au 22 août 1914 près de Dinant puis retraite. À partir du 6 septembre il est engagé dans la première bataille de la Marne de Sézanne à Reims. Le 18 septembre, c'est la Bataille de l'Aisne, vers Craonne. En décembre le régiment est envoyé en Champagne.

1915[modifier | modifier le code]

De janvier à mars, il participe aux attaques de Perthes-les-Hurlus. Il appuie les attaques d'avril lors de la bataille des Éparges. Il est envoyé le 28 avril dans la région du bois d'Ailly pour appuyer diverses contre-attaques. Le 13 mai, le régiment retourne dans le secteur de Craonne.

1916[modifier | modifier le code]

Il est relevé le 7 février et se dirige vers Verdun. Du 1 mars au 6 avril, il lutte pour arrêter les assauts allemands de la bataille de Verdun. D'avril à juillet il garde un secteur du Chemin des Dames. Du 19 août au 9 octobre il est engagé sur le front de la Somme.

1917[modifier | modifier le code]

Il arrive en Champagne le 2 janvier. Le 15 février il enraye une forte attaque allemande sur Maisons-en-Champagne. Le régiment prend position le 28 mars dans l'Aisne pour préparer l'offensive Nivelle. Pendant un mois les tirs précis de l'artillerie allemande lui causent de forte pertes dans le bois de Beaumarais. Il est relevé le 13 mai. Le 8 juillet il embarque pour participer à la seconde bataille des Flandres. Il est relevé le 6 décembre.

1918[modifier | modifier le code]

Après la percée allemande du Chemin des Dames le 27 mai, le régiment est envoyé stopper l'avance allemande au nord-est de la forêt de Villers-Cotterêts puis sur l'Ourcq. Il participe à la seconde bataille de la Marne du 18 au 29 juillet, à la Bataille de l'Ailette du 17 au 23 août, aux combats de Crécy-au-Mont et Coucy-le-Château du 31 août au 5 septembre.

Étendard[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire de l'armée française, Pierre Montagnon.
  • Historique du 27e régiment d'artillerie de campagne, Saint-Omer, Lithographie et typographie de l'indépendant, 27 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]