Paul Lancrenon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Officier général francais 3 etoiles.svg Marie-Paul Mathieu Lancrenon
Paul Lancrenon

Naissance
Besançon
Décès
Paris
Origine Française
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 1876-1918
Commandement 2e régiment d'artillerie
Conflits Première Guerre mondiale
Distinctions Officier de la Légion d'honneur
Ordre de l'Aigle Blanc de Serbie
L’abbaye Saint-Maurice de Carnoët en 1893 par Paul Lancrenon.

Marie-Paul Mathieu Lancrenon (Besançon, - Paris, )[1] est un général et photographe amateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et carrière militaire[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de notables de Besançon − son père était notaire − il fait ses études à l’École polytechnique, d’où il sort en 1876. Il rejoint ensuite les rangs de l’École d'application de l'artillerie et du génie de Fontainebleau.

En 1881, il est intégré dans le corps expéditionnaire qui participe à la marche sur Tunis qui conduit à l’instauration du protectorat français.

En 1890, il devient officier d'état-major. Alors colonel, il commande en 1914 le 2e régiment d'artillerie. En décembre 1914, il est nommé général de brigade et participe à la bataille de la Somme et à celle de Verdun[1]. Il est élevé au grade de général de division en septembre 1917. Il achève sa carrière militaire en 1918, en tant qu’inspecteur adjoint des effectifs du territoire en Afrique du Nord. Il est relevé pour raisons de santé, à la suite d'une maladie contractée au cours de la guerre.

Un voyageur et photographe amateur prolifique[modifier | modifier le code]

En parallèle avec sa carrière militaire, il mène de nombreuses expéditions et voyages, dont il ramène de nombreux clichés. Il est ainsi l’auteur, après son mariage en 1900, d’une série de clichés sur la Bretagne, région dont sa femme était originaire[1].

Mais auparavant, il conçoit et fait construire successivement cinq périssoire(s) dont les quatre dernières, fabriquées par Alphonse Tellier, sont démontables à la façon des bateaux de course à l'aviron. Avec la première, Vagabonde, il fait des essais sur la Loire, la Maine et la Sarthe alors qu'il est capitaine au 2e régiment de pontonniers d'Angers en 1882.

Avec Vagabonde II, il descend la Saône et le Rhône en 1883, puis l'Yonne et la Seine en 1884.

En juillet 1889, il descend le Danube et publie en 1890 le récit de ce périple sous le titre D'Ulm à Belgrade, 1500 kilomètres en périssoire qui lui vaut d’être proposé à l’Ordre des Palmes académiques[1].

En 1891, il parcourt l’Europe au cours d’un congé de six mois ; parti de Belfort à bicyclette, son périple le mène jusqu’en Russie, à Saint-Pétersbourg. À bord de Vagabonde III, il descend ensuite la Volga. Renvoyant par chemin de fer sa périssoire en France, il entreprend à cheval son voyage de retour en passant par l'Azerbaïdjan, la Géorgie, la Moldavie, la Roumanie et l'Autriche.

En 1896, il descend le cours du Rhin supérieur, du Danube et de la Volga en périssoire. Il publie un carnet de son expédition sous le titre de Trois mille lieues à la pagaie, de la Seine à la Volga.

Il est aussi l’auteur de plusieurs voyages en montagne. Il parcourt ainsi les Alpes pour effectuer des reconnaissances de cols. De ces expéditions, il publie en 1906 Impressions d'hiver dans les Alpes. De la mer bleue au Mont-Blanc. Il a aussi parcouru les Pyrénées en 1907 où il a notamment photographié les immigrants espagnols se rendant en France[2]

Il meurt en 1922 à l’hôpital d'instruction des armées du Val-de-Grâce, des suites d'une maladie contractée au front. Il est déclaré « mort pour la France » en 1925[1].

En 1987, l’État acquiert son fonds photographique constitué de plus de quatre mille clichés ; ce fonds est conservé aux archives photographiques.

En 1987, le Port-Musée de Douarnenez acquiert Vagabonde III, le restaure et l'expose depuis 2005.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Biographie sur le site de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.
  2. L’immigration des travailleurs en France sur le site « L’Histoire par l’image ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Lancrenon, D'Ulm à Belgrade, 1500 kilomètres en périssoire, Belfort, (SN),
  • Paul Lancrenon, Trois mille lieues à la pagaie, de la Seine à la Volga, Paris, E. Plon-Nourrit et Cie,
  • Paul Lancrenon, Impressions d'hiver dans les Alpes. : De la mer bleue au Mont-Blanc, Paris, E. Plon-Nourrit et Cie,
  • Paul Lancrenon, Les Travaux de la mission télégraphique du Tchad (1910-1913), Paris, Comité de l'Afrique française,
  • Pascal Aumasson et Patrice de Ravel, Vagabonde III : périssoire, Douarnenez, Port-Musée de Douarnenez, , 14 p.