4e régiment d'artillerie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 4e régiment d'artillerie.

4e Régiment d'Artillerie
Image illustrative de l’article 4e régiment d'artillerie (France)
Insigne régimentaire du 4e Régiment d’Artillerie

Création 1720
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment d'Artillerie
Rôle Artillerie Nucléaire
Garnison Laon-Couvron
Ancienne dénomination Régiment Royal d'Artillerie
4e régiment d'artillerie de campagne.
Devise "ultima ratio regum"
Inscriptions
sur l’emblème
Héliopolis 1800
Lützen 1813
Constantine 1837
Sébastopol 1854-1855
Somme 1916
Soissonnais 1917
Roulers 1918
AFN 1952-1962
Guerres Première Guerre mondiale
Guerre d'Algérie
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
deux palmes

Le 4e Régiment d'Artillerie de l’armée française (ou 4e RA) était l'un des cinq régiments d'artillerie français équipés de missiles nucléaires pré-stratégiques Pluton, alors qu'il était stationné à Laon-Couvron depuis juillet 1976 au début des années 1990.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 26 septembre 1905 - 3 mars 1908 : Marie Joseph Chatelain, colonel ;
  • 23 décembre 1913 - 09 septembre 1914 : Alphonse Nudant, colonel ;
  • 01 novembre 1914 - 23 juin 1916 : Colonel Marchal ;
  • 1918: Lieutenant Colonel Pujo ;
  • 1920: Colonel de la Goutte
  • 1980 : colonel Charlet
  • 1982 : colonel de Chergé ; a commandé la brigade Hades
  • 1990: colonel Winter[2].

(*) Officier qui devint par la suite général de brigade. (**) Officier qui devint par la suite général de division.

Historique des garnisons, combats et batailles du 4e RA[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Insigne de béret

Guerres de la Révolution et de l'Empire[modifier | modifier le code]




Colonels tués ou blessés en commandant le régiment pendant cette période

Officiers blessés ou tués en servant au XXe entre 1808 et 1814 :

Officiers tués : XX
Officiers morts de leurs blessures : XX
officiers blessés : XX

De 1815 à 1848[modifier | modifier le code]

Le 4e RA est caserné à Strasbourg. Il participe à la tentative de soulèvement de Strasbourg de Louis-Napoléon Bonaparte le 30 octobre 1836.

Deuxième République[modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

De 1870 à 1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 4e régiment d'artillerie de campagne était caserné à Besançon en 1913.

Il est alors rattaché à la 13e Division d'Infanterie du 7e Corps d'Armée qui sera engagé en Alsace dans les premiers jours de la Première Guerre mondiale.

4e Groupe (10 et 11e Batteries à cheval) à la 8e Division de Cavalerie

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

Le 4e à Rivery avec les 120l de Bange en 1915.

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En 1929, il est transféré de Dôle à Colmar.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1939, il est 4e régiment d'artillerie divisionnaire (RAD) ; CMA 327 active de Colmar. Régiment Hippomobile. Batterie Hors Rang (BHR), de trois groupes de 75 mm et d'une Batterie Divisionnaire Anti-Chars (BDAC) de 75 mm ou de 47 mm. Il appartient à la 14e division d'infanterie, dont le général Jean de Lattre de Tassigny prend le commandement, le 1er janvier 1940. Cette division combat à Rethel, du 15 mai au 15 juin, puis se replie en Champagne, puis sur l'Yonne[3].

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Il devient l'un des cinq régiments d'artillerie doté du missile Pluton à charge nucléaire. Il a été dissous en 1993 à Couvron près de Laon dans l'Aisne. Il était installé sur l'ancienne base aérienne de Laon-Couvron de l'OTAN. Cette base devrait être transformée en circuit automobile en 2014.

Etendard[modifier | modifier le code]

Fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918.

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[4],[5] :

4e régiment d'artillerie (France)-drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Les 4e, 36e et 234e régiments d’artillerie de campagne reçoivent la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918 le 04 octobre 1918[6].

Traditions et uniformes[modifier | modifier le code]

Insigne[modifier | modifier le code]

Photo + description héraldique

Devise[modifier | modifier le code]

ultima ratio regum

Uniformes d’Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Uniformes sous la Révolution et le Premier Empire[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres ayant servi au 4e RA[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Historique de l'artillerie française, H. Kauffert.
  • Historique du 4e régiment d'artillerie de campagne, Besançon, A. Faivre, , 24 p., disponible sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de l'armée française, Pierre Montagnon, éditions Pygmalion - 1997
  2. Historique du 4e Régiment d'Artillerie de Campagne, Besançon, A. Faivre,
  3. La grande guerre avec les chemins de mémoire, à la découverte des hauts lieux de mémoire
  4. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  5. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie
  6. Les fourragères

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]