Mika (chanteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mika.

Mika

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Mika, au festival de Cannes 2014.

Informations générales
Nom de naissance Michael Holbrook Penniman
Naissance 18 août 1983 (31 ans)
Beyrouth
Drapeau du Liban Liban
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Genre musical Pop, glam rock, power pop
Instruments Voix, piano, percussions, batterie, guitare
Années actives Depuis 2006
Labels Casablanca, Island
Site officiel mikasounds.com

Mika, né Michael Holbrook Penniman, Junior. le 18 août 1983 à Beyrouth, est un chanteur et auteur-compositeur de pop britannico-libanais, ancien résident à Paris, et actuel résident à Londres. Il signe un contrat avec les maisons de disques Casablanca Records et Universal Music.

Son premier album Life in Cartoon Motion est certifié disque de diamant en France avec plus de 1 200 000 exemplaires écoulés et est, dans l'hexagone, l'album le plus vendu en 2007. Dans le monde, il s'en est vendu plus de 19 millions[1]. Son second album, The Boy Who Knew Too Much, se vend à près de 400 000 exemplaires en France. C'est cet album qui lui permet de recevoir le triple disque de platine lors de son concert à Bercy. En juillet 2011, il sort le single Elle me dit, chanté en français, une première pour lui.

En septembre 2012, il fait son retour avec un troisième album intitulé The Origin of Love, album sur lequel il chante certaines chansons lors de ses tournées de festivals en 2011 et 2012. Début octobre 2012, l'album est certifié disque de platine en France (au moins 100 000 exemplaires vendus).

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Né à Beyrouth le 18 août 1983 d'une mère libano-syrienne et d'un père américain[2],[3], Michael Holbrook Penniman a un an lorsque sa famille quitte le Liban pour Paris[3], où il va à l'école maternelle. Il vit dans la capitale française pendant 8 ans et ensuite part vivre à Londres, au Royaume-Uni. Mika a deux sœurs aînées, Yasmine (DaWack) et Paloma. Il a également une sœur plus jeune, Zuleika et un frère plus jeune, Fortuné[4]. Yasmine l'aide avec le visuel de ses œuvres (c'est elle qui a dessiné la pochette de l'album Life in Cartoon Motion)[5]. Lorsque Mika atteint l'âge de huit ans, son père est retenu à l'ambassade des États-Unis au Koweït pour des raisons de sécurité, pendant sept mois, au tout début de la Guerre du Golfe[6],[7]. Lorsqu'il déménage à Londres après huit ans passés en France, il passe d'un petit établissement scolaire à une énorme institution. C'est alors que Mika s'enferme dans le silence, qu'il brise en jouant du piano. C'est après avoir écouté Heart-Shaped Box de Nirvana qu'il écrit sa première musique, qu'il décrit comme une pièce instrumentale, au piano, « affreuse », appelée Colère. Il se découvre alors une passion pour l'opéra et une capacité vocale hors-normes[réf. nécessaire]. Mika étudie par la suite au lycée français Charles-de-Gaulle, où il est victime de harcèlement scolaire. Il a également à l'époque des problèmes de dyslexie. Il rencontre beaucoup de difficultés à 11 ans et est déscolarisé sur décision de sa mère pendant une période de 6 à 8 mois. Plus tard, il ira à la Westminster School, puis à la St Philips School de Kensington. À 19 ans, il obtient une place à la London School of Economics qu'il choisit de ne jamais fréquenter. Il parvient alors à intégrer le Royal College of Music, qu'il quitte pour une carrière solo[réf. nécessaire].

Il adresse des bandes de démonstration à plusieurs maisons de disques. On lui répond qu'il a du talent mais qu'il est trop différent, ce qui ne le décourage pas[8]. L'une d'elles lui demande de chanter à la manière de Robbie Williams ou Craig David ; Mika refuse et écrit contre cette société une chanson - dont la rythmique est une citation du Mariage de Figaro. Il déclare : « Vous voulez que je sois Craig David, je vais être Grace Kelly au lieu de ça et on verra toujours si vous voulez me faire un contrat[3]. » Et d'ajouter : « Ils ont lu les paroles et quand ils sont arrivés à la ligne qui dit “Est-ce que je dois paraître plus vieux, est-ce que je dois me mettre à genoux juste pour être sur votre étagère ?”, ils ont décidé de ne pas me rappeler[3]. » Mika arrive ensuite dans une petite maison de disques qui fait faillite, lui donne l'album et dit : « Maintenant, pressez Play ». Pour Mika, ses influences semblent ailleurs comme il le dit : « J'ai grandi en écoutant beaucoup de choses, de Joan Baez à Dylan, de Serge Gainsbourg à de la musique flamenco. Avec l'âge, mes goûts sont devenus plus éclectiques mais je retourne toujours aux auteurs géniaux comme Prince, Queen, Elton John ou Michael Jackson[réf. nécessaire]. »

Révélation internationale (2007–2008)[modifier | modifier le code]

Mika, le 24 juin 2007 au Glastonbury Festival.

Le nom de scène Mika est, en Belgique, déjà utilisé par la chanteuse de reggae Sophie Michalakoudis depuis 1984[9]. Ce nom est par ailleurs déposé à la Sabam, la société belge gérant les droits d'auteurs, depuis 1986. Ce nom est également déposé par cette même chanteuse à l'office des marques et brevets de La Haye depuis plusieurs années. Rapidement accusée de vouloir tirer un profit financier de la célébrité de son homonyme masculin, Sophie Michalakoudis n'a jamais réclamé de dommages et indemnités. Craignant cependant un préjudice grave pour sa carrière, elle intente une action en cassation « pour l’organisation du concert d’un artiste utilisant un nom sur lequel il ne possède pas l'antériorité » auprès de la salle de concert où doit se produire l'autre Mika. Après l'échec de l'action qu'elle avait intentée devant le tribunal de commerce, les défendeurs lui réclament 30 000 euros pour « procédure téméraire et vexatoire[10]. »

Les débuts professionnels de « Mika » (pour interdire une prononciation fautive, le « k » est rapidement substitué au « c »)[11] dans la musique sont éclectiques. Il participe à des concerts de musique classique au Royal Opera House de Londres, écrit des musiques d'ambiance pour les vols de British Airways ou encore composa la musique d'une publicité pour des chewing-gums. Ses premiers passages à la radio datent de septembre 2006 et de janvier 2007, sur la BBC Radio 2. Alors qu'on dit de sa tessiture qu'elle couvre 4 octaves[12], il affirme qu'elle est en réalité plus proche de 3 octaves et demie[13]. Après avoir signé avec le label Casablanca Records[14], Mika enregistre un premier single Relax, Take It Easy, une version de sept minutes, disponible uniquement en téléchargement, sortie en Angleterre en 2006. La mélodie de (I Just) Died in Your Arms de Cutting Crew y est incluse, ainsi que l'introduction et la mélodie du fameux Spacer de Sheila & B.Devotion. Il est suivi d'un maxi Dodgy Holiday disponible uniquement en téléchargement qui contient plusieurs extraits studio et live de son premier album Life in Cartoon Motion ; le magasin de musique iTunes Store a mis gratuitement à disposition, pendant une semaine, le titre Billy Brown, qui paraîtra par la suite sur son album. La sortie de l'album est précédée, en janvier 2007, d'un second single Grace Kelly, disponible uniquement en téléchargement et distribué par Universal Music. Grace Kelly est le premier succès de Mika et occupe la première place des classements musicaux en Angleterre[15]. Un CD de 12 minutes et une édition limitée (sept minutes) sont distribués le 29 janvier 2007, sur lesquels sont inclus des remixes de Tom Neville, Bimbo Jones, Linus Loves et Pull Tiger Tail[16].

Life in Cartoon Motion, produit et mixé par Greg Wells à Los Angeles, sort en février 2007. Cet album a pour thème principal la transition de l'adolescence à l'âge adulte[17]. Cet album traite également de sujets « difficiles » : l'homosexualité (dans Billy Brown, le protagoniste principal a une aventure avec un homosexuel), les discriminations sur les personnes fortes (dans Big Girl (You Are Beautiful), notamment, musique inspirée par un bar américain, le Butterfly Lounge, bar étant réservé aux « gros »)... Durant l'année 2007, l'album s'imposa un peu partout en Europe. Il devint notamment numéro un en Angleterre, en France, en Belgique et en Suisse. Il fut soutenu par plusieurs singles dont la ré-édition de Relax, Take it Easy, Love Today et Big Girl (You Are Beautiful). Il termine en tête des ventes annuelles d'album en France en 2007 et est certifié disque de diamant.

La chanson Relax, Take It Easy sert de coming-next à l'émission de Canal+ Le Grand Journal du 8 au 19 janvier 2007. Elle sert également de chanson d'ouverture du Village Départ du Tour de France 2007, et est ainsi devenue le tube de l'été 2007 pour les suiveurs du Tour de France.

Du 12 au 16 février 2007, c'est la chanson Grace Kelly qui sert de coming-next à l'émission de Canal+ Le Grand Journal. En juin 2007, Mika entame sa tournée aux États-Unis et au Canada, accompagné de Sara Bareilles et de Natalia.

En septembre 2007, Mika entame sa tournée européenne, le Dodgy Holiday Tour. Le 10 octobre, il est à Lille, en France, le 17 novembre, il commence la partie de sa tournée au Royaume-Uni, accompagné de Palladium. Une autre tournée est entamée en janvier 2008 en Amérique du Nord où il est accompagné de The Midway State, qui continue en février avec un arrêt à Los Angeles pour la 50e édition des Grammy Awards.

Le 4 juillet 2008, Mika donne un concert unique au Parc des Princes de Paris devant plus de 55 000 fans. Un décor, une mise en scène et une réorchestration de certains titres ont été imaginés pour ce concert. Mika y a d'ailleurs interprété le tube planétaire Grace Kelly en français, écrit par le chanteur Doriand. Il donne également un concert au Vélodrome d'Arcachon le 14 juillet 2008, ainsi qu'à La Rochelle le 16 juillet dans le cadre du festival des Francofolies.

En juin 2009, Mika effectue une tournée européenne, pour la promotion de son nouvel EP intitulé Songs for Sorrow, qui contient quatre chansons inédites. Il s'est produit notamment en France, les 11 et 12 juin 2009 au Cirque d'Hiver Bouglione de Paris[18].

Confirmation avec un deuxième album (2009–2011)[modifier | modifier le code]

Mika en concert, en septembre 2009.

Son deuxième opus, intitulé The Boy Who Knew Too Much, sort le 18 septembre 2009. Le premier extrait de cet album s'appelle We Are Golden. Le deuxième single est Rain. Le troisième single est Blame It on the Girls. La tournée s'appelle l'Imaginarium Tour, et le spectacle 1955. La tournée commence fin 2009, et se termine fin 2010. En tournée en France en 2010, notamment à Paris-Bercy, aux Eurockéennes de Belfort, au Festival de Nîmes, au Festival des Vieilles Charrues, au Festival de Carcassonne, au Festival Beauregard à Hérouville-Saint-Clair près de Caen, et finalement le 15 août 2010 à la Foire aux vins de Colmar où il remplit les salles[19]. Le 6 décembre 2010, sa statue au Musée Grévin à Paris est inaugurée[20].

Mika enregistre une chanson pour la bande-originale du film Kick-Ass (sorti le 16 avril 2010 au cinéma en France) du même nom qui lui servira de single[21]. Le 26 avril 2010 (le jour de sa première à Bercy), la station de radio Europe 1 lui consacre une journée spéciale. Il est présent toute la journée, non seulement en tant qu'invité, notamment dans l'émission de Laurent Ruquier On va s'gêner, mais aussi en tant que chroniqueur et présentateur, dans les émissions de Marc-Olivier Fogiel ou encore de Michel Drucker et Wendy Bouchard. Mika fera de nombreux concerts et festivals en 2011 dans toute l'Europe et en Asie également, dont notamment la seule date française de 2011 à Compiègne le 9 juillet. Il se produit au Paléo Festival Nyon, en Suisse, le samedi 23 juillet 2011, pour remplacer Amy Winehouse. Celle-ci s'était déprogrammée quelques semaines avant pour raisons de santé et est morte ce même jour ; Mika lui dédie ce concert.

Troisième opus et diverses participations (depuis 2012)[modifier | modifier le code]

Mika a sorti son troisième album le 17 septembre 2012 intitulé The Origin of Love. L'album contient quatre titres en français (Elle me dit, Karen, L'amour dans le mauvais temps et Un Soleil Mal Luné) ainsi que les titres Underwater, Origin of Love, Make You Happy, Lola, Step With Me, Stardust, Kids, Love You When I'm Drunk, Overrated, Popular Song, Emily, Heroes, et Celebrate. Le premier titre est la version anglaise de la chanson Elle me dit (Emily).

En 2013, il participe au concert et à l'enregistrement du single des Enfoirés. Il participe également au 7e prime de Star Academy en janvier 2013[22]. Mika fait partie du jury de la version italienne de X Factor pour sa septième saison. Mika rejoint ensuite le jury de The Voice pour la troisième saison française diffusée début 2014, où il remplace Louis Bertignac. Ses performances lors de cette émission sont saluées par les médias français[23],[24]. Il remporte cette 3e saison avec Kendji.

Le 11 juin 2014, Mika révèle la première chanson de son futur album : Boum Boum Boum. Ce titre raconte les amours et l'appétit sexuel du chanteur, et reflète un désir d'affirmer son homosexualité et de prendre position au sujet du mariage pour tous[25],[26]

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2007, Mika gagne trois récompenses à la cérémonie des World Music Awards, c'est-à-dire le nombre de récompenses maximum gagnées par n'importe quel artiste ; en outre, il est le premier artiste à avoir gagné trois World Music Awards en une année seulement. En 2008, Mika reçoit le trophée de la révélation internationale de l'année aux NRJ Music Awards, et celui de la révélation britannique aux Brit Awards[27].

En 2010, Mika est nommé aux NRJ Music Awards dans la catégorie Artiste masculin international de l'année. Lors du Midem 2010, le 25 janvier, il est décoré de l'ordre Chevalier des Arts et des Lettres par le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand[28],[29].

En 2012, Mika reçoit le trophée des NRJ Music Awards dans la catégorie « artiste masculin international de l'année » en concurrence avec Pitbull, Sean Paul et Enrique Iglesias grâce à son titre Elle me dit. Il sera nommé dans la catégorie « Chanson originale de l'année » lors des Victoires de la musique le 3 mars 2012[30].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Après s'être déclaré bisexuel en 2009[31], Mika révèle son homosexualité dans le magazine américain Instinct de septembre 2012[32]. Lors de son concert au Heaven à Londres, le 26 juillet 2012, il dédie la chanson éponyme de son troisième album « à l'homme qu'il aime[33]. »

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mika, chanteur sans frontières », sur Le Figaro,‎ 14 septembre 2012 (consulté le 14 septembre 2012).
  2. Richard Therrien, « L’étoile du match à Mika », sur Cyberpresse,‎ 11 octobre 2009 (consulté le 11 octobre 2009).
  3. a, b, c et d « Mika → Vidéos → Medley », sur mytaratata.com (consulté le 11 octobre 2009).
  4. « Rendez-vous chez Mika. "Ma famille, c'est mon rempart" », sur Paris Match (consulté le 20 novembre 2013).
  5. Yannick Vely, « Mika: "Paloma est dans un état stable" », sur Paris Match,‎ 19 octobre 2010 (consulté le 1er décembre 2014).
  6. « En 2007, notre première rencontre avec Mika », sur Paris Match,‎ 12 avril 2007 (consulté le 1er décembre 2014).
  7. « Mika, le nouvel as de la pop », sur Le Figaro,‎ 21 septembre 2009 (consulté le 1er décembre 2014).
  8. Documentaire A long Way From Home (Live in Cartoon Motion). 2007.
  9. « Mika David défie Mika Goliath », sur Le Soir,‎ 18 octobre 2007 (consulté le 1er décembre 2014).
  10. « Mika contre Mika », sur La Libre,‎ 10 avril 2008 (consulté le 11 avril 2008).
  11. (en) « Mika: 10 things you never knew about your favourite star », Gold Coast Bulletin,‎ 2007, p. 28.
  12. (en) Pete Paphides, « Triumph of a tortured soul », The Times,‎ 5 janvier 2007 (lire en ligne).
  13. Épisode Live interview with Mika de la série Rove. Diffusé pour la première fois le 6 mars 2007 sur le réseau Channel Ten, Australie. Visionner l'épisode en ligne.
  14. (en) Pete, « Triumph of a tortured soul », sur The Times, Londres,‎ 5 janvier 2007 (consulté le 22 juin 2007).
  15. (en) « Mika’s Grace Kelly turns 5! », sur Official Charts,‎ 2 février 2012 (consulté le 1er décembre 2014).
  16. Brigitte Hemmerlin et Vanessa Pontet, Mika,‎ 2010 (ISBN 280980916X).
  17. « Blog Archive » Mika Interview », sur Music Glob (consulté le 20 mars 2012).
  18. Annie Grandjanin, « Semaine du 3 au 9 juin », Le Figaroscope,‎ 2009, p. 39.
  19. « Mika termine sa tournée à la Foire aux vins de Colmar », sur culturebox.francetvinfo.fr,‎ 17 août 2010 (consulté le 1er décembre 2014).
  20. « Le chanteur Mika entre au musée Grévin », sur Le Figaro,‎ 7 décembre 2010 (consulté le 1er décembre 2014).
  21. (en) « Ass to be a screen hit », sur The Sun, Londres,‎ 15 mars 2010 (consulté le 1er décembre 2014).
  22. Agnès Frémiot, « Star Academy : à côté de Mika, la vraie star du plateau, les candidats progressent », sur Le nouvel observateur,‎ 25 janvier 2013 (consulté le 1er décembre 2014).
  23. « The Voice: Mika assure avec classe son rôle de nouveau juré », sur Le Parisien,‎ 12 janvier 2014 (consulté le 20 janvier 2014).
  24. Marie Sauvée, « The Voice 3 sur TF1 : pourquoi j'adore Mika dans cette nouvelle saison », sur L'obs Plus,‎ 12 janvier 2014 (consulté le 20 janvier 2014).
  25. « Quand Mika chante l'amour, ça fait Boom Boom Boom », sur Gala (consulté le 6 août 2014).
  26. « Le nouveau Mika fait 'Boom Boom Boom pour la cause gay, le nouvel Observateur » (consulté le 6 août 2014)
  27. (en) « Mika wins the British Breakthrough Act award at the Brit Awards 2008 », sur NME,‎ 20 février 2008 (consulté le 1er décembre 2014).
  28. (en) « Mika - Pop Knight Mika », sur Contact Music (consulté le 19 août 2010).
  29. « Mika décoré Chevalier des Arts et des Lettres par le ministre de la Culture », sur people.plurielles.fr (consulté le 25 novembre 2013).
  30. « Victoires de la Musique 2012 : Les images, le déroulé, et ce qu'il faut retenir », sur Pure People,‎ 4 mars 2012 (consulté le 1er décembre 2014).
  31. (en) Hannah Clay Wareham, « Mika: ’Call me bisexual’ », sur Bay Windows,‎ 23 septembre 2009 (consulté le 18 août 2010).
  32. (en) Published Monday, 6 August 2012, 22:07 BST, « Mika confirms sexuality: 'I'm gay' - Showbiz News », sur Digital Spy,‎ 6 apoût 2012 (consulté le 8 octobre 2012).
  33. Romain Burrel, « Le chanteur Mika: “Oui, je suis gay” », Têtu « People »,‎ 4 août 2012 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :