Lunettes de soleil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir lunette.
Lunettes de soleil

Les lunettes de soleil (ou lunettes fumées) sont un instrument permettant de protéger les yeux du soleil, et parfois de corriger la vue par la même occasion. Leur multitude de formes, de couleurs et de matières en fait également des accessoires de mode.

Les lunettes de soleil sont par ailleurs indispensables aux personnes atteintes d'une forte photophobie, notamment les achromates. Sans lunettes de soleil, ces personnes seraient fortement éblouies, presque aveuglées par la lumière. Elles doivent donc porter des lunettes de soleil à l'extérieur par temps ensoleillé, voire pour certaines par temps couvert, et à l'intérieur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis les temps préhistoriques, les Inuits portent des masques en ivoire qui bloquent les rayons du soleil réfléchis par la neige[1]. Sous l'Empire romain, Pline raconte que l’empereur Néron regardait les combats de gladiateurs à travers une émeraude[2]. En Chine, des lunettes en quartz fumé furent utilisées dès le XIIe siècle pour protéger les yeux contre l'éblouissement[3] ainsi que pour masquer les expressions des yeux des juges lors d'interrogatoires[2].

En 1752, l'opticien anglais James Ayscough (en) crée les premières lunettes à verres teintées car il pensait que les verres colorés pourraient aider ses clients à corriger certains troubles de la vision[4].

En 1917, un photographe et opticien italien basé à Turin, Guiseppe Ratti créé sa marque de soleil, Persol, pour les aviateurs (la Première Guerre mondiale professionnalisant ce qui n'était qu'un sport atypique avant la guerre). Par la suite, sa marque conquiert les pilotes automobiles, comme Fangio, notamment grace au modèle Protector, avec une monture épurée, des verres ronds fumés et des fixations élastiques, un modèle rebaptisé Persol en 1938 (pour « Per il Sole »). Cette marque devient un classique dans les années 1960 avec le modèle 649, à l'origine conçu pour protéger les yeux des conducteurs du tramway de Turin de la poussière. Ses lunettes sont portées par les stars du cinéma italien (Marcello Mastroianni et hollywoodien (Steve McQueen, Cary Grant et Greta Garbo)[2].

En 1929, la première paire, la « Foster Grant »[5], est commercialisée aux États-Unis.

Aspects techniques[modifier | modifier le code]

Les verres des lunettes de soleil sont teintés pour diminuer la luminosité. Cela a pour effet d'agrandir la pupille et différents filtres doivent être inclus pour atténuer non seulement la lumière visible, mais surtout ultraviolette qui menacerait les yeux de leur porteur.

La teinte peut être appliquée soit directement dans la masse de la matière de la lentille, soit en surface par bain de pigments, ou par coloration sous vide. Le filtrage des rayons UV sera effectué totalement par le matériau du filtre, ou bien en partie et complété par des traitements de surface. Les rayons UV étant invisibles pour l'œil humain, ils peuvent être coupés par un filtre paraissant visiblement totalement transparent, sans coloration.

D'autres rayonnements peuvent être filtrés par les verres solaires : par exemple le rayonnement infra-rouge qui peut entraîner un assèchement de l'œil surtout en altitude, ou les longueurs d'ondes visibles bleues qui se diffusent dans l'œil et altèrent la qualité visuelle et la perception des contrastes en générant des halos lumineux.

Les verres solaires peuvent contenir un filtre polarisant linéaire à composante verticale, afin de diminuer l'entrée dans l'œil des faisceaux lumineux polarisés horizontalement. Cette polarisation provient notamment des réflexions sur une surface plane (eau, sable, vitre, etc.). L'œil, de par sa structure rétinienne, assimile moins bien la lumière horizontale[réf. souhaitée]. Les filtres polarisants apporteraient donc une meilleure perception des reliefs et des contrastes, ainsi qu'un plus grand confort dans les zones à forte réflexion (mer, neige, sable, conduite...). Elles sont populaires parmi les pêcheurs, car ils permettent de voir dans l'eau quand, normalement, seule la lumière réfléchie par la surface serait visible[6].

Protection solaire[modifier | modifier le code]

La norme 100 % UV est une norme CE qui impose que les verres de lunettes de soleil doivent filtrer 100 % des UV à 400 Nm. Confusion de protection du logo "100% UV" en catégorie 0, catégorie 1 et catégorie 2.

La norme 100 % UV400 est une norme CE qui impose que les verres de lunettes de soleil doivent filtrer 100 % des UVA, UVB et UVC de 100 à 400 Nm.

Catégorie :

  • Classe 0 - 0 > 20 % Confort et esthétique
  • Classe 1 - 20 > 57% Faible luminosité solaire
  • Classe 2 - 57 > 82% Luminosité solaire moyenne en ville
  • Classe 3 - 82 > 92% Forte luminosité exemple loisir aquatique avec lunettes flottante et classe de lunettes les plus vendus.
  • Classe 4 - 92 > 97% Luminosité solaire intense exemple pour la montagne avec double paroi et classe de lunettes interdits pour la conduite

Les applications des verres filtrants sont très nombreuses. Il faut tenir compte du niveau d'ensoleillement, des activités du porteur et du milieu dans lequel il évolue. C'est pourquoi on emploie différentes couleurs de filtres avec différentes intensités. Les intensités de filtrations de la lumière visible sont catégorisées en Europe par cinq classes, de 0 à 4, en fonction du pourcentage de lumière transmis par la lentille.

Par exemple, la classe 4 laisse passer moins de 9 % de la lumière, elle est donc inappropriée pour la conduite et la sécurité des usagers de la route.

Certaines colorations déforment la perception des couleurs, et donc de certains signaux visuels ou lumineux. Elles sont elles aussi déconseillées pour la conduite.

Attention, il ne faut pas confondre la teinte du verre avec le niveau de filtrage des UV. En Europe, tous les verres présents dans le commerce filtrent 99,9 % des UVB et 99 % des UVA, même si le verre est seulement de classe 1 (très peu foncé). Il est recommandé d'éviter l'utilisation de certains modèles bas de gammes, ou non certifiée. En effet, une mauvaise protection expose l'œil aux rayons nocifs, ce qui est d'autant plus grave que la pupille est plus dilatée qu'en plein jour à cause de l'assombrissement. Ainsi, il est plus néfaste pour la santé d'employer de mauvaises lunettes que d'être sans lunettes solaires dans un environnement ensoleillé. Ce peut être le cas pour les modèles de contrefaçon qui circulent souvent sur les marchés.

Enfin, les critères de filtration, s'ils sont essentiels, ne suffisent pas à déterminer la qualité d'une paire de lunettes de soleil. En effet, il faut également s'assurer de la bonne qualité optique (stigmatisme) du filtre. Nombreuses sont les lunettes de soleil qui satisfont aux normes de filtrations de l'éblouissement et des ultra-violets mais qui n'offrent pas une bonne qualité de vision. Si l'image perçue est déformée, elle peut entraîner des troubles ou fatigues visuels.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir : Musée canadien des civilisations.
  2. a, b et c Marine de la Horie, « Rien que pour vos yeux », in Le Point n°2078, semaine du 12 juillet 2012, page 106.
  3. Lire : Petite histoire des lunettes de soleil (anglais).
  4. Le Monde.fr, Style, variations, l'attribut des stars
  5. Site de la marque Foster Grant
  6. « SunGlasses Glossary », SunGlassesUK.com (consulté en 23-04-2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]