Institut Curie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Institut Curie
Création 1888
Siège 26, rue d'Ulm
75005 Paris
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 50′ 36″ N 2° 20′ 39″ E / 48.843333333333, 2.3441666666667 ()48° 50′ 36″ Nord 2° 20′ 39″ Est / 48.843333333333, 2.3441666666667 ()  
Disciplines Cancérologie
Site web [1]

L'Institut Curie est une fondation, dont les activités principales sont d'une part la compréhension des mécanismes de la cancérogenèse, avec un centre de recherche en biophysique, biologie cellulaire et oncologie, et d'autre part le traitement des cancers avec un ensemble hospitalier.

« Ensemble, prenons le cancer de vitesse », telle est la devise de l'Institut Curie. Cet institut est installé sur différents sites. D'une part, les centres de recherche établis rue d'Ulm dans le 5e arrondissement de Paris ainsi que sur le campus d'Orsay. D'autre part, les centres hospitaliers se répartissent sur Paris, Saint-Cloud et Orsay. L'Institut Curie est aussi responsable du Centre de protonthérapie, référent dans le traitement de certaines tumeurs de l'œil et de la base du crâne, situé à Orsay.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le centre de protonthérapie d'Orsay.

En 1903, Pierre et Marie Curie partagent le prix Nobel de physique avec Henri Becquerel. Pierre Curie est alors nommé professeur à la Faculté des sciences de Paris. Ils peuvent enfin quitter le hangar de l'École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris pour leur nouveau laboratoire où Marie Curie est nommée chef de travaux. À la mort de Pierre, en 1906, Marie Curie est chargée de cours, puis professeur. Elle sera la première femme à enseigner à la Sorbonne. Son souhait est de mettre en place un grand laboratoire pour l'étude de la radioactivité et de ses applications en physique, chimie, biologie et médecine. En 1909, ce vœu se concrétise lorsque l'université de Paris et l'Institut Pasteur décident de construire conjointement un grand laboratoire pour Marie Curie : l'Institut du radium. Celui-ci comprend deux sections : le laboratoire Curie, dirigé par Marie Curie et entièrement consacré aux recherches en physique et chimie, et le laboratoire Pasteur sous la direction du Dr Claudius Renaud, consacré à l'étude des effets biologiques et médicaux de la radioactivité. En 1911, Marie Curie reçoit un second prix Nobel : celui de chimie.

Après la Première Guerre mondiale, Claudius Regaud oriente son laboratoire vers le traitement des cancers par les rayonnements, disposant de l'aide scientifique et technique du laboratoire de Marie Curie. L’objectif est d'élaborer une « thérapeutique scientifique du cancer », fondée sur l'articulation de la recherche fondamentale, de la recherche appliquée et de l’étude clinique. En 1919, le Dr Regaud dispose de deux lieux d'hospitalisation.

La lutte de Marie Curie et de Claudius Regaud pour obtenir des moyens supplémentaires débouche sur la création de la Fondation Curie en 1920, grâce à une donation du docteur Henri de Rothschild. Elle est reconnue d'utilité publique en 1921 : son but est de financer les activités de l'Institut du radium et de contribuer au développement de sa composante thérapeutique. La construction d'un dispensaire, rue d'Ulm, à deux pas du Panthéon, est une de ses premières réalisations. Il ouvre ses portes en novembre 1922. Le docteur Claudius Regaud et son équipe y mettent au point des traitements innovants, associant chirurgie et radiothérapie dans le traitement des cancers. La Fondation Curie est alors un modèle pour les centres anti-cancéreux du monde entier. En 1932, une importante donation anonyme permet la construction de nouveaux laboratoires de biologie, derrière le dispensaire. Simultanément, le laboratoire Curie continue d'occuper une place importante dans le domaine de la recherche en physique et chimie. En 1934, peu de temps avant la mort de Marie Curie, sa fille, Irène Joliot-Curie, et son gendre, Frédéric Joliot, découvrent la radioactivité artificielle. En 1935, le prix Nobel de chimie récompense leur découverte. À la même période, l'afflux de malades à la Fondation Curie est tel qu'un hôpital paraît indispensable. Il verra le jour grâce à des dons importants et à une subvention de l'État.

L'Institut du radium et la Fondation Curie fusionnent en 1970. La nouvelle fondation prendra, 8 ans plus tard, le nom d'Institut Curie. Celui-ci poursuit dès lors une triple vocation : la recherche, l’enseignement et le traitement du cancer.

L'Institut Curie est membre de la Fondation Pierre-Gilles de Gennes pour la recherche depuis 2007. Au 1er janvier 2010, l'Institut Curie et le Centre de lutte contre le cancer René Huguenin (Saint-Cloud, Hauts-de-Seine) fusionnent pour répondre aux enjeux de la cancérologie de demain. Depuis, l'Institut Curie rassemble 3 000 chercheurs, médecins, soignants, techniciens et administratifs.

Le modèle Curie[modifier | modifier le code]

Le « modèle Curie » se définit par la continuité entre la recherche fondamentale et les soins. Son originalité vient du rapprochement de chercheurs, de soignants et de patients permettant d'accélérer la mise à disposition de diagnostics et de traitements nouveaux. Le « modèle Curie » a inspiré de nombreuses institutions qui l'ont pris comme exemple. C'est notamment le fonctionnement sur lequel se basent les 19 Centres Régionaux de Lutte Contre le Cancer (CRLCC) de France.

Centre de recherche[modifier | modifier le code]

Les bâtiments Constant-Burg de l'Institut Curie
Les nouveaux bâtiments du centre de recherche biologie du développement et cancer.

Le Centre de Recherche de l'Institut Curie est entièrement consacré à la cancérologie. Au sein des laboratoires situés rue Lhomond à Paris et sur le campus de l'Université Paris-Sud à Orsay, il regroupe plus de 70 équipes associées au CNRS ou à l'INSERM, ayant pour objectif de faire progresser les connaissances pour une meilleure prise en charge des patients atteints de cancer, en s'appuyant sur des plates-formes technologiques de pointe.

Hôpital[modifier | modifier le code]

L'Hôpital de l'Institut Curie est un établissement privé participant au service public hospitalier. Disposant de nombreux moyens diagnostiques (imagerie, biologie…) et thérapeutiques (chirurgie, radiothérapie, traitements médicaux et soins de support), il est spécialisé dans les cancers du sein, les tumeurs pédiatriques, les sarcomes, les tumeurs de l'œil, les lymphomes, les tumeurs cervico-faciales et pour de nombreuses techniques de pointe, comme l'oncogénétique et la radiothérapie de précision (curiethérapie, protonthérapie…).

Depuis le 1er janvier 2010, l'hôpital René-Huguenin, Centre de Lutte Contre le Cancer de l’Ouest Parisien est un établissement de soins, d'enseignement et de recherche de l'Institut Curie. Il est à la pointe des traitements contre les cancers adultes.

Département de transfert[modifier | modifier le code]

Le Département de transfert est une passerelle entre la recherche fondamentale et les soins. Il permet de faire bénéficier rapidement les patients des innovations scientifiques. Pour cela, il met au point des techniques diagnostiques et des approches thérapeutiques nouvelles, plus efficaces et mieux tolérées.

Musée Curie[modifier | modifier le code]

Situé au 1 rue Pierre-et-Marie-Curie, au cœur du campus parisien de l’Institut Curie, le Musée Curie dispose d'un espace d'exposition permanente, dans les locaux historiques de l’Institut du radium, créé en 1914 et dirigé par Marie Curie jusqu’en 1934. Les grandes étapes de la découverte de la radioactivité ainsi que les cinq prix Nobel obtenus par la famille Joliot-Curie sont présentés au public. Le laboratoire et le bureau de Marie Curie sont en accès libre, avec une reconstitution des recherches en cours à cette époque. Le musée dispose également d’un centre de ressources historiques sur la radioactivité et la cancérologie. Des visites guidées et des conférences sont également organisées.

Structure et ressources[modifier | modifier le code]

L’Institut Curie est une organisation privée à but non lucratif. Les fonds de l’Institut Curie viennent, des subventions du gouvernement français, des honoraires de consultation, des droits de licence, des revenus de différents contrats, de dons privés, de legs et de mécénats.

Le Conseil d'administration, par la diversité de ses membres, garantit l'indépendance, l'éthique des choix stratégiques et la rigueur des contrôles qu'il exerce sur l'Institut, en particulier pour l'adoption du budget et l'approbation des comptes. Le Président de l'Institut est élu en son sein pour un mandat de six ans.

Un Conseil scientifique est composé de personnalités extérieures à l'Institut Curie. Il rassemble des chercheurs de stature internationale et des directeurs de grandes institutions étrangères qui consacrent l'essentiel de leurs activités à la recherche sur le cancer. Il a une mission de conseil stratégique sur les grandes orientations et les programmes d'activités de l'institut avant qu'ils ne soient soumis à l'approbation du conseil d'administration.

Le Comité de direction est composé de sept membres permanents : le Président du Conseil d'administration, qui préside le Comité de direction, le Secrétaire général, Délégué du Président, le Directeur et le Secrétaire général du Centre de Recherche, le Directeur et le Secrétaire général de l'Hôpital, et le Directeur de la communication et du marketing.

La Commission de déontologie institutionnelle réunit des membres du Comité de direction, des représentants de l'Hôpital et du Centre de Recherche, un représentant du Conseil d'administration et un représentant des patients.

L’Institut Curie en chiffres (au 31 décembre 2009)[modifier | modifier le code]

  • 3 000 médecins, soignants, chercheurs, techniciens et personnels administratifs
  • 10 900 malades traités chaque année (nouveaux et en cours)
  • 160 000 consultations par an
  • 82 équipes de recherche
  • 45 nationalités
  • 38 ans d’âge moyen
  • 68 % de femmes
  • 100 000 m2 d’espaces hospitaliers et de laboratoires de recherche
  • 570 publications internationales, scientifiques et médicales chaque année
  • 203,5 millions d’euros de budget total en 2008 dont 11 % issus de la générosité publique
  • 150 000 donateurs fidèles

Sources[modifier | modifier le code]

Adapté de la présentation de l’Institut Curie

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]