Loi géométrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Géometrique
Image illustrative de l'article Loi géométrique
Fonction de masse
Image illustrative de l'article Loi géométrique
Fonction de répartition

Paramètres 0< p \leq 1 probabilité de succès (réel), q=1-p probabilité d'échec
Support k \in \{1,2,3,\dots\}\!
Fonction de masse q^{k-1}\,p\!
Fonction de répartition 1-q^k\!
Espérance \frac{1}{p}\!
Médiane \left\lceil \frac{-\log(2)}{\log(q)} \right\rceil\! (pas unique si -\log(2)/\log(q) est entier)
Mode 1
Variance \frac{q}{p^2}\!
Asymétrie \frac{2-p}{\sqrt{q}}\!
Kurtosis normalisé 6+\frac{p^2}{q}\!
Entropie \frac{-q\log_2 q - p \log_2 p}{p}\!
Fonction génératrice des moments \frac{pe^t}{1-q\,e^t}\!
Fonction caractéristique \frac{pe^{it}}{1-q\,e^{it}}\!

La loi géométrique est une loi de probabilité apparaissant dans de nombreuses applications. La loi géométrique de paramètre p (0 < p < 1) correspond au modèle suivant :

On considère une épreuve de Bernoulli dont la probabilité de succès est p et celle d'échec q = 1 - p.

On renouvelle cette épreuve de manière indépendante jusqu'au premier succès. On appelle X la variable aléatoire donnant le rang du premier succès.

Les valeurs de X sont les entiers naturels non nuls 1, 2, 3, ... La probabilité que X = k est alors, pour k \in \N^*

p(k) = q^{k-1}p.

On dit que X suit une loi géométrique de paramètre p.

Calcul de p(k)[modifier | modifier le code]

La probabilité p(k) correspond à la probabilité d'obtenir dans une succession de k épreuves de Bernoulli, k − 1 échecs suivis d'un succès. Les épreuves étant indépendantes, cette probabilité est de qk − 1p.

Définition alternative[modifier | modifier le code]

On rencontre parfois pour la loi géométrique, la définition alternative suivante : la probabilité p'(k) est la probabilité, lors d'une succession d'épreuves de Bernoulli indépendantes, d'obtenir k échecs suivi d'un succès. Elle modélise la durée de vie d'une entité qui aurait, à tout instant la probabilité p de mourir. On obtient alors, pour k \in \N

p'(k)=q^kp.

On remarque qu'il ne s'agit que d'un décalage de la précédente loi géométrique, au sens suivant : si X suit la loi p alors X-1 suit la loi p'. Son espérance n'est plus alors de \scriptstyle \frac 1p mais de \scriptstyle \frac 1p - 1, c'est-à-dire \scriptstyle \frac qp. La variance est identique pour les deux définitions. Dans la suite, on prendra la première définition.

Date de mort, durée de vie[modifier | modifier le code]

Si on appelle p la probabilité de désintégration d'une particule radioactive, la loi géométrique est le premier modèle discret de la mort d'une particule radioactive. La durée de vie de la particule radioactive V, suit la loi de probabilité suivante :

\mathbb P(\mathrm V=k)=q^{k}p pour k \in \N
\mathbb P(\mathrm V \geqslant k) =q^k  = \mathrm{e}^{k\ln(q)}

Pour p petit, ln(1 - p) est voisin de -p donc

\mathbb P( \mathrm V \geqslant k) \approx  \mathrm{e}^{-pk}

où l'on retrouve la distribution de la loi exponentielle.

Espérance, variance, écart type[modifier | modifier le code]

L'espérance d'une variable aléatoire suivant une loi géométrique de paramètre p est \frac{1}{p}

La variance est \frac{q}{p^2},

L'écart type est donc \frac{\sqrt{q}}{p}

Liens avec d'autres lois[modifier | modifier le code]

Lien avec la loi exponentielle[modifier | modifier le code]

La loi géométrique est une version discrétisée de la loi exponentielle. En conséquence, la loi exponentielle est une limite de lois géométriques renormalisées.

Propriété — Si \scriptstyle\ \mathrm X\ suit la loi exponentielle d'espérance 1, et si \scriptstyle\ \mathrm Y=\lceil\theta \mathrm X\rceil,\ \theta>0,\ alors \scriptstyle\ \mathrm Y\ suit la loi géométrique de paramètre

p\ = \ 1-\mathrm e^{-\ \tfrac{1}{\theta}}.
Diagramme en bâtons de la loi de V et densité de la loi exponentielle de paramètre 1/10.

Notons que, pour un nombre réel \scriptstyle\ x,\ \scriptstyle\ \lceil x\rceil\ désigne la partie entière supérieure de \scriptstyle\ x,\ définie par

\lceil x\rceil\ =\ \min\left\{k\in\mathbb{Z}\ |\ k\geqslant x\right\}.
Conséquence  :

Ainsi, pour obtenir une variable aléatoire \scriptstyle\ Y^{\prime}\ suivant une loi géométrique de paramètre \scriptstyle\  p\ arbitraire (avec toutefois la contrainte \scriptstyle\ 0<p<1\  ), à partir d'une variable aléatoire exponentielle \scriptstyle\  \mathrm X^{\prime}\ de paramètre \scriptstyle\  \lambda,\ il suffit de poser

\mathrm Y^{\prime}=\lceil\theta \mathrm X^{\prime}\rceil,

où l'on a choisi

\theta\ = \ -\tfrac{\lambda}{\ln\left(1-p\right)}.

En effet, \scriptstyle\ X=\lambda\,X^{\prime}\ suit une loi exponentielle de paramètre 1 (et d'espérance 1).

Réciproquement,

Propriété — Si, pour \scriptstyle\ n\ge 1,\ la variable aléatoire \scriptstyle\ \mathrm Y_n\ suit la loi géométrique de paramètre \scriptstyle\ p_n\ , et si, simultanément,

\lim_n p_n\ = \ 0\qquad\text{et}\qquad\lim_n p_n/a_n\ = \ \lambda>0,

alors \scriptstyle\ a_n\mathrm Y_n\ converge en loi vers la loi exponentielle de paramètre \scriptstyle\ \lambda.\

Lien avec la loi binomiale négative[modifier | modifier le code]

Si Xn est une variable aléatoire distribuée selon la loi binomiale négative de paramètres n et p, alors Xn a même loi que la somme de n variables aléatoires indépendantes distribuées selon une loi géométrique de paramètre p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]