Un crime en Hollande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un crime en Hollande
Auteur Georges Simenon
Genre Roman policier
Éditeur original A. Fayard
Pays d'origine Drapeau de la Belgique Belgique
Lieu de parution Paris
Date de parution 1931
Série Commissaire Maigret
Chronologie
Précédent La Nuit du carrefour Au rendez-vous des Terre-Neuvas Suivant

Un crime en Hollande est un roman policier de Georges Simenon écrit en mai à bord de l’Ostrogoth, Morsang-sur-Seine (Seine-et-Marne), et publié en juillet 1931 ; il fait partie de la série des Maigret.

Résumé[modifier | modifier le code]

Jean Duclos, professeur de criminologie se rend à Delfzijl, aux Pays-Bas. Après une soirée donnée en son honneur, son hôte est tué d'une balle de revolver. Or, Jean Duclos, qui est retrouvé l'arme du crime à la main, clame son innocence. On fait appel à Maigret qui, une fois à Delfzijl, découvre que la victime était un bourreau des cœurs, et que plus d'une femme et plus d'un jaloux avaient des raisons de lui en vouloir.

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

Après une soirée donnée chez les Popinga en l'honneur du professeur Jean Duclos venu faire une conférence à Delfzijl, Conrad Popinga a été tué d'un coup de revolver. Maigret est envoyé dans la ville afin d'enquêter sur le meurtre. Les suspects ne manquent pas : Duclos lui-même, qui a découvert bien vite l'arme du crime ; Beetje Liewens, maîtresse de Conrad, revenue vers la maison des Popinga alors que son amant l'avait reconduite chez elle ; l'irascible fermier Liewens, qui avait appris la liaison de sa fille et la désapprouvait ; le jeune Cornélius Barens, amoureux de Beetje ; Oosting, le vieux marin dont la casquette a été retrouvée dans la salle de bains des Popinga ; enfin, Madame Popinga et sa sœur Any, restées à la maison après le départ des invités. La casquette d'Oosting est l'élément insolite de l'affaire, car Maigret acquiert rapidement la certitude que le marin n'avait aucune raison de tuer Popinga ; on lui a donc volé sa casquette pour le faire accuser. Trouver le voleur, c'est donc trouver la clé de l'énigme. Maigret y parvient grâce à une reconstitution minutieuse de la soirée du crime, reconstitution qui lui permet d'éliminer méthodiquement les suspects, sauf Any. La jeune avocate, disgraciée physiquement, repoussée par les hommes, s'était prise de passion pour son beau-frère qui lui préférait manifestement la jolie Beetje ; son amour s'est mué en haine et elle a décidé de tuer « sans donner prise à la moindre accusation ». Any se suicidera avant son jugement. Maigret se demande s'il n'aurait pas dû cacher la vérité, comme il en avait eu un instant l'intention.

Aspects particuliers du roman[1][modifier | modifier le code]

Peinture de la bourgeoisie protestante dans une petite ville hollandaise ; le comportement des personnages est nettement influencé par ce milieu strict et austère contre lequel certains réagissent. Débat de conscience de Maigret : est-il vraiment utile pour la société de dénoncer la coupable ? À noter son ironie dans ses rapports avec Duclos et avec la police hollandaise.

Fiche signalétique de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Cadre spatio-temporel[modifier | modifier le code]

Espace[modifier | modifier le code]

Delfzijl (Frise néerlandaise).

Temps[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine ; l’enquête dure deux jours et se déroule en mai.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Personnage principal[modifier | modifier le code]

Conrad Popinga, Hollandais, la victime. Professeur à l’École navale de Delfzijl, ancien capitaine au long cours. Marié, pas d’enfants. 42 ans.

Autres personnages[modifier | modifier le code]

  • Liesbeth Popinga, épouse de Conrad, 45 ans
  • Any Van Elst, sœur de Liesbeth, avocate, 25 ans
  • Beetje Liewens, maîtresse de Popinga, 18 ans
  • Liewens, père de Beetje, fermier, notable,
  • Cornélius Barens, élève à l’École navale, 18 ans
  • Oosting, surnommé le Baes, marin, 50 ans.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Univers de Simenon, sous la direction de Maurice Piron avec la collaboration de Michel Lemoine.