Liste des Compagnons de la Libération

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour des articles plus généraux, voir Compagnon de la Libération et Ordre de la Libération.
Croix de la Libération.

Mille trente-huit personnes, cinq communes et dix-huit unités combattantes ont été nommées Compagnons de la Libération car elles se sont « signalées dans l'œuvre de libération de la France et de son Empire »[1] durant la seconde Guerre mondiale.

Parmi ces 1 038 compagnons, 271 l'ont été à titre posthume, soixante n'étaient pas Français au moment d'être nommés[2] et six sont des femmes.

Le 9 septembre 2014, après la mort d'Étienne Schlumberger à l'âge de 99 ans, 18 Compagnons de la Libération étaient encore en vie[3].

Unités militaires[modifier | modifier le code]

Armée de terre[modifier | modifier le code]

Marine nationale (France)[modifier | modifier le code]

Armée de l’Air[modifier | modifier le code]

Villes[modifier | modifier le code]

Plaque avec la liste des compagnons, au Musée de l'Armée, à Paris.

Femmes Compagnons[modifier | modifier le code]

Les Compagnons[modifier | modifier le code]

A[modifier | modifier le code]

B[modifier | modifier le code]

C[modifier | modifier le code]

D[modifier | modifier le code]

E[modifier | modifier le code]

F[modifier | modifier le code]

G[modifier | modifier le code]

H[modifier | modifier le code]

I[modifier | modifier le code]

J[modifier | modifier le code]

K[modifier | modifier le code]

L[modifier | modifier le code]

M[modifier | modifier le code]

N[modifier | modifier le code]

O[modifier | modifier le code]

P[modifier | modifier le code]

Q[modifier | modifier le code]

R[modifier | modifier le code]

S[modifier | modifier le code]

T[modifier | modifier le code]

U[modifier | modifier le code]

V[modifier | modifier le code]

W[modifier | modifier le code]

Z[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. article 1er de l'ordonnance de novembre 1940, cité sur « Ordre de la Libération - L'admission dans l'Ordre - Critères d'admission »,‎ 10 avril 2004 (consulté le 5 juillet 2014).
  2. Liste des Compagnons étrangers et d'origine étrangère
  3. Liste officielle des Compagnons de la libération survivants
  4. Laure Diebold a pour nom de jeune fille Laure Mutschler ; son nom est parfois orthographié Diebolt.
  5. Sir Winston Churchill fut nommé en 1958 alors que la liste était forclose depuis 1946, en raison de la grandeur de ses actions.
  6. Le résistant Paul Aribaud ayant comme pseudo Duchene a été parfois confondu avec Antoine Duchêne.
  7. a et b d'après l'article dans Le Monde par Benoît Hopquin, « À la recherche des héros disparus », 17 novembre 2007, l'identité exacte et notamment la certitude du prénom de ces compagnons de la Libération a été perdu, malgré les recherches de Vladimir Trouplin, le conservateur du Musée de l'ordre de la Libération.
  8. ou N'Gargué, NGargué, Gargue, NGargue, N'Gargue, peut-être prénommé Félicien. Notice de Gargué sur le site de l'ordre de la Libération.
  9. Il fut nommé compagnon de la Libération en 1960 alors que la liste était forclose depuis 1946.
  10. André gravier, Compagnon de la Libération, polytechnicien, né à Eloyes le 18 mai 1911 et décédé le 14 novembre 2004 à Nancy. Ses cendres ont été remises au 13e Régiment du Génie au camp du Valdahon ( Doubs ).
  11. Olivier Harty de Pierrebourg, également appelé Olivier de Pierrebourg
  12. Peut-être prénommé Ange. Notice de Pois sur le site de l'ordre de la Libération.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]