Corbigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Corbigny
Image illustrative de l'article Corbigny
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
Arrondissement Clamecy
Canton Corbigny
Intercommunalité Communauté de communes du Pays corbigeois
Maire
Mandat
Jean-Paul Magnon
2008-2014
Code postal 58800
Code commune 58083
Démographie
Gentilé Corbigeois, Corbigeoises
Population
municipale
1 576 hab. (2011)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 15′ 27″ N 3° 41′ 03″ E / 47.2575, 3.68416666667 ()47° 15′ 27″ Nord 3° 41′ 03″ Est / 47.2575, 3.68416666667 ()  
Altitude Min. 182 m – Max. 275 m
Superficie 20,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corbigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corbigny

Corbigny est une commune française peuplée d'environ 1 600 habitants, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne. Ses habitants sont appelés les Corbigeois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la Nièvre

La commune est située aux portes du Morvan et du Parc naturel régional à la limite du Nivernais et du Morvan. La commune est traversée par l'Anguison affluent de l'Yonne. Elle se trouve dans une région de collines aux formes arrondies et le territoire de la commune est situé à une altitude comprise entre 182 et 275 mètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Chitry-les-Mines Ruages Anthien Rose des vents
Chaumot N Magny-Lormes
Cervon
O    Corbigny    E
S
Pazy Sardy-lès-Épiry

Histoire[modifier | modifier le code]

Corbigny était autrefois l'une des premières étapes pour les pèlerins partis de Vézelay à destination de Saint-Jacques-de-Compostelle. Ils honoraient dans ce bourg les reliques locales, fort controversées, de saint Léonard. Corbigny fut chef-lieu de district de 1790 à 1795. De nos jours, Corbigny est resté un bourg attractif dans un environnement rural lentement dépeuplé.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 576 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 201 2 315 2 731 2 086 2 077 1 970 2 124 2 161 2 053
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 975 2 054 2 099 1 996 2 121 2 243 2 385 2 362 2 373
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 490 2 435 2 596 2 340 2 388 2 305 2 354 2 294 2 165
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 985 2 005 2 253 1 997 1 802 1 709 1 681 1 576 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Corbigny se trouve au cœur d'une région d'élevage.

Corbigny est situé au cœur d'une région d'élevage de bovins (charolais). La commune dispose d'un centre poly-artistique fondé au tournant du XXIe siècle et installé dans l'abbaye, monument historique. Corbigny comporte un vaste éventail de commerces ainsi qu'un marché aux enchères électroniques des bovins et ovins...

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Abbaye Saint-Léonard
L'Anguison arrose le bourg.
Bâtiments anciens.
  • L'église Saint-Seine de style gothique flamboyant a été édifiée au début du XVIe siècle après plusieurs destructions d'une église primitive de 1134. Elle fut consacrée en 1537. Édifice composé d'une nef à chevet plat, sans transept, à piliers ronds, sans chapiteaux, elle comprenait trois chapelles dont une transformée en sacristie. À l'intérieur se trouve un lutrin de style Louis XV provenant de la Chartreuse Sainte-Marie du Val Saint Georges, le maître-autel en marbre blanc et rose provenant de l'église abbatiale de Saint-Léonard. Elle possède vingt-deux stalles et deux bénitiers en fonte Logo monument historique Classé MH dont un de 1584, deux statues en bois polychrome représentant saint Seine et saint Augustin, des fonts baptismaux du XVIIIe siècle en marbre rose et en cuivre Logo monument historique Classé MH et un triptyque central représentant le Sacré Cœur de Jésus en compagnie de saint Seine et de saint Léonard.
  • À l'ouest de la ville se dresse le monument commémorant l'accident du Dewoitine D 332 L'Émeraude. Le 15 janvier 1934, le Dewoitine D 332 L'Émeraude de retour d'Indochine, est pris dans une tempête de neige et s’écrase à Corbigny. Les dix passagers, dont le pionnier de l'aviation Maurice Noguès et le gouverneur général de l'Indochine Pierre Pasquier, sont tués. L'avion venait d'établir un record de vitesse entre Paris et Saïgon.
    Édifié en 1938, le monument commémoratif est constitué de quatre colonnes pointées vers le ciel adossées à une stèle inclinée. Sur celle-ci sont placés dix médaillons rappelant les noms de chacune des dix victimes. La stèle, large de vingt-six mètres, représente l'envergure de l'appareil.
  • La chapelle de Sarre, au nord-est de la ville près de la fontaine Sainte-Agathe. Cette petite chapelle faisait partie du prieuré. Au XIIe siècle, après l'incendie de 1180, elle renferma les reliques de saint Léonard. Ce petit édifice, très humble, possède un autel en pierre qui aurait contenu les reliques du saint. Elle a fait l'objet avec la fontaine d'un pèlerinage dès le XIIe siècle.
  • La tuilerie de la Chapelle de Sarre - briqueterie, tuilerie à l'ancienne du XVIIIe siècle, sur la route de Cropigny à Corbigny est la seule de la Nièvre à avoir fonctionné sans interruption.
  • La fontaine Sainte-Agathe - À proximité de la chapelle de la Sarre, elle faisait l'objet d'une vénération de la sainte et ses eaux passaient pour procurer du lait aux nourrices. Un pèlerinage important y avait lieu tous les ans dès le XIIe siècle.
  • La gare de 1871.

Transports[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'une gare de la SNCF desservie par une liaison directe bi-quotidienne avec Paris-Bercy via Auxerre. La gare est désormais le terminus de la Ligne de Clamecy à Gilly-sur-Loire dont la fraction au-delà de Corbigny n'est plus exploitée.

La ville est traversée :

Le Tacot du Morvan[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, la commune était desservie par une des lignes du Tacot du Morvan : le chemin de fer de Corbigny à Saulieu. Sa gare, terminus de la ligne de 1901 à 1903, était située aux côtés de la gare de la liaison PLM. Ce terminus marquait le départ du calcul des points kilométriques de la ligne ; la gare était donc située au PK 0. Le trafic voyageurs fut stoppé le .

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2014 Jean-Paul Magnon PS Conseiller général et Médecin
    Robert Mathieu    
1971 1986 Noël Berrier PS Médecin Sénateur de 1975 à 1986
    M. Havoué   - Les données manquantes sont à compléter.|}
Blason Blasonnement :
« D'azur à trois corbeilles d'or. »

Depuis le Moyen Âge, les « trois corbeilles d'or sur fond d'azur » de son blason affirment avec persistance la vocation commerçante de Corbigny.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. Dictionnaire des peintres nivernais par Maurice Bardin

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :