Débarquement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec l'émission diffusée sur Canal+, Le Débarquement.
Exercice de débarquement de l’armée phillipine en 2000.

Un débarquement militaire est une opération militaire amphibie visant à déposer sur une côte des soldats et du matériel militaire depuis des navires de débarquement en vue d'une invasion.

Déroulement type (Seconde Guerre mondiale)[modifier | modifier le code]

Bien que pratiquée depuis longtemps, cette technique de conquête fut améliorée et très largement utilisée par les forces alliées lors de la Seconde Guerre mondiale.

Le débarquement fastidieux des troupes françaises à Narvik[1] a en effet révélé l'absence de matériels adaptés : les troupes sont transportées par des paquebots et le matériel par des cargos dont le déchargement nécessite des installations portuaires. Mais surtout le débarquement ne peut être réalisé en zone hostile.

La technique mise au point par les alliés se déroule en trois phases principales et nécessite des matériels adaptés à chacune des missions[2].

Les opérations de débarquement amphibie sont presque toujours précédées d'un bombardement aérien ou naval et très fréquemment d'une opération aéroportée.

Première phase[modifier | modifier le code]

Elle consiste à capturer par surprise puis à nettoyer la zone de débarquement. La première vague est mise à terre au moyen de petites embarcations à fond plat qui viennent s'échouer sur la plage. Afin d'être le moins vulnérables possible les troupes sont dispersées en petits groupes suffisamment éloignés les uns des autres.

Les matériels utilisés créés durant la Seconde Guerre mondiale sont alors les :

  • LCA ou landing craft assault, avec un blindage par plaque, pour 36 hommes,
  • LCP (L) ou landing craft personnel (large), d'une capacité d'environ 30 hommes,
  • LCV ou landing craft vehicle, pour le matériel lourd,
  • LCVP ou landing craft vehicle & personnel, pour le matériel lourd, soldat, ou vehicle,
  • LCM ou landing craft mechanized, pour le matériel lourd,
  • LVT ou (landing vehicle tracked), qui sont des chars ou des véhicules chenillés amphibie.

Deuxième phase[modifier | modifier le code]

Lorsque la plage est sécurisée, la seconde vague d'assaut peut intervenir. Mise à terre avec des moyens de débarquement lourds, ces troupes sont destinées à relever celles de la première vague et de résister aux éventuelles contre attaques ennemies.

Pour cette phase deux types de bateaux sont utilisés :

  • LCI ou landing craft infantry, navire de 380 tonnes, comportant une passerelle de chaque côté, avec une capacité d'emport de 190 hommes ou 75 tonnes de fret,
  • LCT ou landing craft tank, navire de 300 tonnes, comportant une rampe rabattable à l'avant, pouvant transporter 150 tonnes de matériels ou 9 camions ou 5 chars de 30 tonnes.

Troisième phase[modifier | modifier le code]

Il s'agit de faire débarquer les troupes de deuxième échelon qui ont été acheminées en grande quantité sur des paquebots, le matériel est transporté par des Libertyship ou des navires spécialement étudiés pour des mises à terre rapides :

  • LST ou landing ship tank, navire de 4 000 tonnes, d'une capacité de 500 tonnes ou 80 camions ou encore 50 chars. Il dispose d'un pont levis, situé à l'avant derrière deux portes, permettant le déchargement de la cale qui comporte deux étages.
  • ABC ou assault boat carrier, transporteur de bateaux d'assaut, ils sont très analogues aux LST mais se chargent par l'arrière.

Liste des principaux débarquements[modifier | modifier le code]

Précurseurs[modifier | modifier le code]

Détail de la tapisserie de Bayeux illustrant les navires employés par la force amphibie normande pour conquérir l'Angleterre en 1066.
Débarquement des troupes britannique en 1759 lors du siège de Québec.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Durant la guerre du Pacifique et sur les fronts nord-africain et européen, les Alliés ont successivement et considérablement amélioré les techniques de débarquement. Ils ont conduit durant cette guerre 78 opérations militaires amphibies majeures impliquant au moins un bataillon.

LCVP le 6 juin 1944 en Normandie.
  • , opération Neptune en Normandie (France), 156 000 hommes du 21e groupe d'armée de Montgommery, constitué des 2e armée britannique (général Dempsey) et 1re armée US (général Bradley), acheminés par 6 939 navires débarquent sur les plages entre Carentan et Caen. Suite aux leçons de l'échec du débarquement à Dieppe deux plus tôt, et devant donc l'impossibilité de disposer immédiatement d'un port, les soldats du génie débarquent en apportant leur propre port artificiel qu'ils déploient in situ. Sans cette grande innovation, la logistique n'aurait jamais pu suivre et aurait compromis l'avancement des forces alliés.
  • , opération du 1er CA des Marines américains sur l'ile de Rendova dans le Pacifique (6 000 hommes du général Vandegrift).
  • , débarquement de 6 000 hommes à Vella Lavella dans le Pacifique.
  • , opération Dragoon en Provence dans le sud de la France, 880 navires acheminent 94 000 soldats et 11 000 véhicules de la 7e armée US du général Patch (6e corps US de Truscott) et des éléments de la 1re armée française (de Lattre de Tassigny) entre Cavalaire et Saint-Tropez.
  • , opération Iceberg ou bataille d'Okinawa, la plus grande opération amphibie de la Seconde Guerre mondiale 183 000 soldats américains).

Après guerre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le débarquement des 6 bataillons, de 15 chars et d'un groupe d'artillerie prend 1,5 mois. Histoire générale illustrée de la Deuxième Guerre mondiale, p. 296.
  2. Histoire générale illustrée de la Deuxième Guerre mondiale, p. 295-298
  3. Revue 1914-1918 La grande guerre, n°4, éditions ALP/Marshall, 1996, p. 120.
  4. Buffetaut, page 27
  5. Paul Gaujac, Suez - 1956, éditions Lavazelle, p. 242-265

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rober Barroux, Histoire générale illustrée de la Deuxième Guerre mondiale, Quillet,‎
  • Eddy Bauer, Histoire controversée de la Deuxième Guerre mondiale, Rombaldi,‎

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]