Bataille de Saint-Cast

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Saint-Cast
La bataille de Saint-Cast, tableau d'Artus Despagne
La bataille de Saint-Cast, tableau d'Artus Despagne
Informations générales
Date 11 septembre 1758
Lieu Proximité de Saint-Cast, Côtes-d'Armor
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne
Commandants
Drapeau de la France Duc d'Aiguillon Drapeau du Royaume-Uni Thomas Bligh
Drapeau du Royaume-Uni Amiral Anson et
Drapeau du Royaume-Uni Commodore Howe
Forces en présence
7 000 soldats et miliciens 32 500 marins et
10 000 fantassins
Pertes
155 morts
340 blessés
(troupes régulières, pertes des milices inconnues)[1]
1 400 hommes morts ou blessés
700–800 prisonniers
Guerre de Sept Ans
Batailles
Europe

Minorque (navale) (1756) · Pirna (1756) · Lobositz (1756) · Reichenberg (1757) · Prague (1757) · Kolin (1757) · Hastenbeck (1757) · Gross-Jägersdorf (1757) · Moys (1757) · Rochefort (1757) · Rossbach (1757) · Breslau (1757) · Leuthen (1757) · Carthagène (navale) (1758) · Olomouc (1758) · Saint-Malo (1758) · Rheinberg (1758) · Krefeld (1758) · Domstadl (1758) · Cherbourg (1758) · Zorndorf (1758) · Saint-Cast (1758) · Tornow (1758) · Lutzelberg (1758) · Hochkirch (1758) · Bergen (1759) · Kay (1759) · Minden (1759) · Kunersdorf (1759) · Neuwarp (navale) (1759) · Hoyerswerda (1759) · Baie de Quiberon (navale) (1759) · Maxen (1759) · Meissen (1759) · Landshut (1760) · Emsdorf (1760) · Warburg (1760) · Dresde (1760) · Glatz (1760) · Legnica (1760) · Rhadern (1760) · Berlin (1760) · Kloster Kampen (1760) · Torgau (1760) · Belle-Île (1761) · Langensalza (1761) · Cassel (1761) · Grünberg (1761) · Villinghausen (1761) · Ölper (1761) · Kolberg (1761) · Wilhelmsthal (1762) · Burkersdorf (1762) · Lutzelberg (1762) · Almeida (1762) · Valencia de Alcántara (1762) · Nauheim (1762) · Vila Velha de Ródão (1762) · Cassel (1762) · Freiberg (1762)


Amérique du Nord
Guerre de la Conquête (1754-1763)

Jumonville Glen (1754) · Fort Necessity (1754) · Fort Beauséjour (1755) · 8 juin 1755 · Monongahela (1755) · Petitcoudiac (1755) · Lac George (1755) · Fort Bull (1756) · Fort Oswego (1756) · Kittanning (1756) · Fort William Henry (1757) · Louisbourg (1758) · Le Cran (1758) · Fort Carillon (1758) · Fort Frontenac (1758) · Fort Duquesne (1758) · Fort Ligonier (1758) · Québec (1759) · Fort Niagara (1759) · Beauport (1759) · Plaines d'Abraham (1759) · Sainte-Foy (1760) · Ristigouche (navale) (1760) · Mille-Îles (1760) · Signal Hill (1762)


Antilles

Cap-Français (1757) · Martinique (1759) · Guadeloupe (1759) · Dominique (1761) · Martinique (1762) · Cuba (1762)


Asie
Troisième guerre carnatique (1757-1763)

Chandernagor (1757) · Plassey (1757) · Gondelour (1758) · Negapatam (navale) (1758) · Condore (1758) · Madras (1758) · Pondichéry (navale) (1759) · Masulipatam (1759) · Chinsurah (1758) · Wandiwash (1760) · Pondichéry (1760) · Manille (1762)


Afrique de l'Ouest

Saint-Louis (1758) · Gorée (1758) · Gambie

Coordonnées 48° 37′ 48″ N 2° 15′ 24″ O / 48.63, -2.2566666666667 ()48° 37′ 48″ Nord 2° 15′ 24″ Ouest / 48.63, -2.2566666666667 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Saint-Cast.

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

(Voir situation sur carte : Côtes-d'Armor)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Saint-Cast.

La bataille de Saint-Cast, Gravure de Nicolas Ozanne
Combat de St-Cast gagné sur les Anglais par les troupes françaises commandées par Monseigneur le duc d'Aiguillon, gravure d'Ozanne.

La bataille de Saint-Cast est un affrontement livré le 11 septembre 1758, autour de Saint-Malo, dans le cadre de la guerre de Sept Ans. Elle vit une tentative de débarquement britannique repoussée grâce aux fortifications de Vauban et à la pugnacité des habitants de la région.

Contexte[modifier | modifier le code]

Cette bataille a lieu au début de la guerre de Sept Ans. Alors que les armées de Louis XV se battent dans les Colonies des Indes et du Canada, les Britanniques lancent des expéditions contre les ports de la Manche, bases arrières des corps expéditionnaires français. En juin 1758, ils pillent Cancale, en août attaquent Cherbourg. Ces manœuvres de diversion servent à tenter de fixer en France des régiments qui seraient plus utiles aussi bien dans les colonies américaines qu'en Allemagne, où les troupes royales affrontent les Prussiens, alliés des Britanniques.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Les troupes françaises, fortes de 7 000 hommes environ, sont sous les ordres du gouverneur de Bretagne, le duc d'Aiguillon.

Les troupes du royaume de Grande-Bretagne, fortes de 42 500 hommes environ, dont 10 000 fantassins, sous commandement du général Thomas Bligh, de l'amiral Anson et du commodore Richard Howe.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le 3 septembre, une flotte d'une centaine de navires britanniques débarque à Saint-Briac 10 000 hommes commandés par le général Bligh, avec comme objectif d'attaquer Saint-Malo. Mais un vent de noroît les prive du soutien de leur flotte, qui doit se réfugier à l'abri de la pointe de l'Isle en Saint-Cast. Repoussée par le feu des batteries des forts malouins, l'armée britannique fait mouvement vers l'ouest, pillant et brûlant les châteaux et les fermes de la région, pour rejoindre ses navires dans la baie de Saint-Cast.

Les 8 et 9 septembre 1758, Jacques-Pierre Rioust des Villes-Audrains, avec une troupe d'une centaine de volontaires du Guildo, ralentit les Britanniques en attendant les forces du duc d'Aiguillon.

C'est sous le feu français que les Britanniques sont obligés de rembarquer le 11 septembre. La bataille s'engage sur la grande plage de Saint-Cast. Les Britanniques laissent sur le terrain quelque 2 000 morts et environ 740 prisonniers. La bataille, qui a débuté à h 30, se termine vers 12 h 30. Un Te Deum est chanté le lendemain.

Un tableau représentant la bataille est situé au premier étage de la préfecture de Saint-Brieuc. Les vitraux de l'église de Saint-Cast gardent également trace de cet épisode. En revanche, l'Histoire est moins flatteuse envers le duc d'Aiguillon. En effet, dans la lutte du Parlement de Bretagne contre le pouvoir royal, La Chalotais minimisa le rôle du duc dans la bataille. En faisant allusion aux relations que celui-ci entretint avec la meunière du Moulin d'Anne, où il avait établi son quartier général, le procureur général put déclarer que : « le duc d'Aiguillon à Saint Cast s'était plus couvert de farine que de gloire ». Le nom de la « Belle Meunière », figure de l'histoire castine, est aujourd'hui associé à une célèbre pâtisserie de la station…

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Société archéologique et historique des Côtes-du-Nord, [lire en ligne], p. 26

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux
  • Jonathan R. Dull, La Guerre de Sept Ans. Histoire navale, politique et diplomatique, Bécherel, Les Perséides,‎ 2009 (ISBN 978-2915596366)
  • Stéphane Perréon, L’Armée en Bretagne au XVIIIe siècle. Institution militaire et société civile au temps de l’intendance et des États, Rennes, Presses universitaires de Rennes,‎ 2005 (ISBN 978-2753500983).
Ouvrages sur la bataille
  • Pierre de La Condamine, L’Épopée de la Bretagne. Un jour d’été à Saint-Cast, Guérande, Le Bateau qui vire,‎ 1977
  • Yann Lagadec et Stéphane Perréon (avec la collaboration de David Hopkin), La Bataille de Saint-Cast (Bretagne, 11 septembre 1758). Entre histoire et mémoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes/Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne,‎ 2009 (ISBN 978-2753509481)
  • Auguste Lemasson, La Descente des Anglais à Saint-Briac et leur défaite à Saint-Cast l’an 1758, Saint-Brieuc, Guyon,‎ 1923, 176 p.
    [rééd. Paris, Le Livre d’histoire, 2007]
Articles
  • Cédric Boissière, David Hopkin, Yann Lagadec et Stéphane Perréon, « La bataille de Saint-Cast, un événement « médiatique » européen (11 septembre 1758) », Mémoires de la Société d'émulation des Côtes-d'Armor, 2009, p. 93-120.
  • Joseph Chenu, « La bataille de Saint-Cast et l’implication bretonne », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes d’Armor, 2009, p. 23-54.
  • Joseph Chenu, « Autour de la bataille de Saint-Cast en 1758 », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, 109, 1981, p. 61-86.
  • Edmond Dziembowski, « La Place des descentes sur les côtes françaises dans la politique de William Pitt l’Ancien (1757-1758) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2007-4, p. 119-131.
  • Eva Guillorel, « Chanson politique et histoire : le combat de Saint-Cast et les Anglais sur les côtes de Bretagne au XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2007-4, p. 167-184.
  • David Hopkin, Yann Lagadec et Stéphane Perréon, « La bataille de Saint-Cast (1758) et sa mémoire : une mythologie bretonne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2007-4, p. 195-215.
  • David Hopkin, Yann Lagadec et Stéphane Perréon, « « A pleasant country » : visions britanniques sur les descentes de 1758, de Cancale à Saint-Cast », Bulletin et mémoires de la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, 2008, p. 32-70.
  • (en) David Hopkin, Yann Lagadec et Stéphane Perréon, « The Experience and Culture of War in the Eighteenth-Century: The British Raids on the Breton Coast, 1758 », French Historical Studies, 2008, p. 193-227.
  • Arthur de La Borderie, « Chansons populaires relatives aux descentes des Anglais en Bretagne », Revue de Bretagne et de Vendée, juillet 1883, p. 5-17 et août 1883, p. 81-97.
  • (en) Richard Middleton, « The British Coastal Expeditions to France, 1757-1758 », Journal of the Society for Army Historical Research, 71, 1993, p. 74-92.
  • (en) Alan W.H. Pearsall, « Naval Aspects of the Landings on the French Coast, 1758 », in Nicholas Rodger (dir.), The Naval Miscellany, Londres, Publications of the Navy Records Society, 1984, p. 207-243.

Articles connexes[modifier | modifier le code]