Bataille de Marathon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la bataille. Pour le film, voir La Bataille de Marathon.
Bataille de Marathon
Monument moderne commémorant la bataille
Monument moderne commémorant la bataille
Informations générales
Date août ou septembre 490 av. J.-C.[1]
Lieu Marathon, Grèce
Issue Victoire décisive des Grecs
Fin de la première invasion perse de la Grèce
Belligérants
Athènes
Platées
Empire perse
Commandants
Miltiade le Jeune
Callimaque le Polémarque
Cynégire
Polyzélos
Artapherne
Datis
Forces en présence
entre 9 000 et 10 000 Athéniens
1 000 Platéens
inconnues (cf. section forces)
Pertes
192 morts athéniens et 11 morts platéens selon Hérodote 7 navires et au moins 6 400 morts selon Hérodote
Guerres médiques
Batailles
Ladé • Marathon • Thermopyles • Artémision • Salamine • Platées • Mycale • Eurymédon
Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 38° 07′ 05″ N 23° 58′ 42″ E / 38.118055555556, 23.978333333333 ()38° 07′ 05″ Nord 23° 58′ 42″ Est / 38.118055555556, 23.978333333333 ()  

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Marathon.

La bataille de Marathon (en grec ancien : Μάχη τοῡ Μαραθῶνος) est un épisode majeur de la première guerre médique en 490 av. J.-C., ayant opposé un débarquement perse aux hoplites athéniens et platéens qui remportèrent la victoire. Elle se déroule sur la plage de Marathon, sur la côte est de l'Attique, à proximité d'Athènes.

À la suite de la révolte de l'Ionie, Darius décide de châtier les cités grecques qui avaient apporté leur aide à ses sujets rebelles. Après avoir pris Naxos et Érétrie, l'expédition perse, sur les conseils d'Hippias qui espère reprendre le pouvoir à Athènes, débarque sur la plage de Marathon. Après cinq jours de face-à-face, la phalange athénienne et platéenne écrase l'infanterie perse qui prend la fuite et rembarque au prix de lourdes pertes. L'armée grecque se replie alors rapidement sur Athènes pour empêcher le débarquement de l'autre partie du corps expéditionnaire perse à Phalère.

Cette victoire met fin à la première guerre médique. Une nouvelle attaque a lieu dix ans plus tard sous la direction de Xerxès. La bataille de Marathon joue un rôle politique important avec l'affirmation du modèle démocratique athénien et le début de grandes carrières pour les chefs militaires athéniens tels Miltiade ou Aristide.

Marathon reste une des batailles les plus connues de l'Antiquité, notamment grâce aux commémorations qu'elle a suscitées, telle que la course du marathon inventée à l'occasion des Jeux olympiques de 1896 à Athènes.

Sources[modifier | modifier le code]

La principale source sur la bataille de Marathon est l'historien grec antique Hérodote qui dans ses Histoires (ou Enquête) datées de 445 av. J.-C. entreprend de raconter les guerres médiques, des origines aux événements eux-mêmes afin de les « préserver de l'oubli »[2]. Les historiens suivants, comme Thucydide, le critiquent en lui reprochant son manque de rigueur[3]. Cette vision se perpétue jusqu'au XXe siècle. Puis, les découvertes archéologiques de ce siècle viennent confirmer la version des faits d'Hérodote[4], et aujourd'hui rares sont les historiens contemporains qui continuent à estimer qu'il a inventé la majorité de son récit[5].

La Bibliothèque historique de Diodore de Sicile (Ier siècle de notre ère) est l'autre grande source antique sur la bataille. Il tire ses informations en partie d'un ouvrage antérieur, d'Éphore de Cumes. On trouve aussi des allusions dans les travaux de Plutarque, Ctésias, Eschyle[6], ou encore Cornélius Népos[7].

Contexte[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Guerres médiques et Révolte de l'Ionie.
Carte du monde grec au moment des guerres médiques.

Les auteurs antiques faisaient remonter les origines de la première guerre médique à la révolte de l'Ionie[8] mais elle s'inscrit en fait dans le vaste mouvement expansionniste de l'empire perse[9]. Darius a ainsi déjà mis le pied en Europe avec la conquête de la Thrace et la soumission du royaume de Macédoine qui est forcé de rallier l'alliance perse[10]. Cependant, la révolte ionienne porte une menace directe sur l'intégrité de l'Empire et Darius est décidé à châtier tous ceux qui s'y sont trouvés impliqués, donc les cités de l'Égée et de la Grèce continentale. Athènes et Érétrie ont envoyé 25 trières aider les cités d'Asie Mineure tandis qu'un corps expéditionnaire ravage Sardes avant de se replier et d'être vaincu à Éphèse par le satrape Artapherne, frère de Darius. En 494 av. J.-C., après six ans de conflit, Darius finit d'écraser les cités rebelles. Puis, les Perses soumettent par la force ou la diplomatie les îles de la mer Égée. De nombreuses cités du continent ont reçu des ambassades de Darius Ier demandant leur soumission et s'y sont pliées. Athènes et Sparte ont refusé et même, selon Hérodote, mis à mort les émissaires[11],[12],[13].

Fin 491 av. J.-C. ou début 490 av. J.-C., une expédition navale de 600 trières, menée par Artapherne, fils du satrape de Lydie, et Datis est envoyée pour écraser les insoumis. Naxos est pillée et ses temples brûlés. Puis la flotte fait voile vers Érétrie qui est prise après sept jours de siège. Elle est incendiée et sa population réduite en esclavage. Les 4 000 clérouques athéniens envoyés à son secours ont dû prendre la fuite. L'expédition se tourne ensuite vers Athènes et suit les conseils d'Hippias, l'ancien tyran athénien déposé vingt ans auparavant et qui espère reprendre le pouvoir grâce à ses partisans au sein de la cité. Il conseille aux Perses d'aborder par la plage qui borde la plaine de Marathon à 38 kilomètres d'Athènes, longue de quatre kilomètres environ et adaptée aux manœuvres de cavalerie[14],[15],[16],[17],[13].

Date de la bataille[modifier | modifier le code]

Hérodote donne une date dans le calendrier luni-solaire dont chaque cité grecque utilisait une variante. Des calculs astronomiques permettent d’obtenir une date dans le calendrier julien proleptique. En 1855, August Böckh a déterminé la date du 12 septembre en 490 av. J.-C., et c’est la date communément admise. Le 12 étant le jour du débarquement des troupes, l'affrontement en lui-même aurait donc eu lieu le 17 septembre[18]. Selon un autre calcul, il est possible que le calendrier spartiate ait eu un mois d’avance sur le calendrier athénien, auquel cas il faudrait retenir la date du 12 août[19]. Cependant, les Grecs ont choisi de faire commencer les célébrations du 2 500e anniversaire de la bataille dès le 1er août pour culminer en septembre[20].

Bataille[modifier | modifier le code]

Prélude[modifier | modifier le code]

L'armée athénienne, sous le commandement de Miltiade le Jeune, le général athénien le plus expérimenté contre les Perses, est envoyée bloquer les sorties de la plaine de Marathon pour empêcher l'armée perse de s'avancer dans les terres. En parallèle, Phidippidès, un coureur messager, est envoyé demander des renforts à Sparte. Mais, la cité laconienne célèbre alors les Karneia qui impliquent une trêve militaire jusqu'à la pleine lune suivante. Les forces spartiates ne peuvent partir qu'après un délai de dix jours. Les Athéniens qui viennent de recevoir le renfort d'un petit contingent de Platées sont donc quasiment seuls[21],[22].

Les deux armées se font face pendant cinq jours. L'attente joue en faveur d'Athènes car chaque jour qui passe rapproche l'arrivée des renforts spartiates[22].

Forces en présence et tactiques[modifier | modifier le code]

Forces[modifier | modifier le code]

Dessin moderne de la formation en phalange employée par les hoplites grecs

Hérodote ne donne pas de chiffres pour les forces grecques. Cornélius Népos[23], Pausanias[24] et Plutarque[25] donnent tous 9 000 Athéniens et 1 000 Platéens. Justin[26] compte 10 000 Athéniens et 1 000 Platéens. Ces chiffres, équivalents à ceux donnés pour la bataille de Platées[27], semblent donc probables. Ils sont généralement acceptés par les historiens contemporains[22],[28],[13]. L'armement des Grecs est celui d'une infanterie lourde : les hoplites athéniens et leurs alliés platéens sont protégés par un casque, un bouclier, une cuirasse, des jambières et des brassards en airain. S'y ajoutent une épée, une longue lance et un bouclier de peau et de lames de métal. Enfin les hoplites combattent en rangs serrés (selon la formation de la phalange), leurs boucliers formant devant eux une muraille[29],[30]. Des esclaves athéniens furent libérés peu avant la bataille[31] pour servir d'infanterie légère, de frondeurs et de lanceurs de javelots[32]. Leur nombre et leur rôle durant la bataille n'est pas connu car les faits et gestes d'esclaves n'étaient pas jugés dignes d'être rapportés par les auteurs anciens[32].

Les troupes athéniennes sont dirigées par dix stratèges (un pour chaque tribu) sous l'autorité militaire et religieuse d'un polémarque, Callimaque. Chaque stratège commande l'armée pendant une journée, à tour de rôle. Cependant, il semblerait qu'à chaque fois, les stratèges aient confié le commandement à un seul d'entre eux, Miltiade[33]. Il connaît la faiblesse de l'armée perse pour avoir combattu avec eux lors de la campagne de Darius contre les Scythes[34].

L'armée perse est commandée par les généraux Artapherne, un neveu de Darius, à la tête de l'armée de terre, et Datis, amiral de la flotte[35]. Selon Hérodote[36], la flotte perse est composée de 600 trières, mais il se contente de dire que l'infanterie est nombreuse. Simonide de Céos évalue le corps expéditionnaire perse à 200 000 hommes. Pour Cornélius Népos[37], les Perses ont 200 000 fantassins dont 100 000 ont été envoyés avec la flotte attaquer Athènes en contournant le cap Sounion et 10 000 cavaliers. Plutarque[25], Pausanias[38] et la Souda[39] estiment tous la force perse à 300 000 hommes. Platon[40] et Lysias[41] vont jusqu'à 500 000 hommes tandis que Justin[26] monte à 600 000 soldats perses. Les historiens modernes proposent une fourchette entre 20 000 et 100 000 hommes avec plus ou moins un consensus pour 25 000 fantassins et 1 000 cavaliers[42],[43],[44],[45]. Pour l'historien de la Perse Pierre Briant, leurs effectifs sont impossibles à chiffrer[46] mais l'armée de Datis était de toute façon « de faible ampleur »[47]. Cette armée est composée de soldats d'origines différentes, ne parlant pas les mêmes langues et n'ayant pas l'habitude de combattre ensemble. De plus l'armement perse, avec des boucliers en osier et des piques courtes, rend les fantassins perses vulnérables dans les combats au corps à corps.

Stratégie[modifier | modifier le code]

« Casque de Miltiade ». Ce casque, gravé au nom de ΜΙLTIAΔES, a été offert au temple de Zeus à Olympie par Miltiade pour consacrer la victoire de Marathon.

Les stratégies des armées grecque et perse ne sont pas connues avec certitude, les écrits des auteurs anciens étant parfois contradictoires, et plusieurs hypothèses sont possibles. Les mécanismes du déclenchement de la bataille découlant de ces différentes possibilités, ceux-ci ne sont également que des conjectures.

Les Athéniens n'ont pas attendu derrière les remparts de la cité mais se sont rendus à la rencontre de l'ennemi. Ils sont rejoints sur place par leurs alliés platéens. Ils sont en position défavorable à Marathon : ils ont dû mobiliser tous les hoplites disponibles et sont malgré tout en infériorité numérique (au moins à un contre deux)[22],[48]. De plus, ils ont dû dégarnir la défense de la cité. S'ils sont pris à revers, ils en sont coupés tandis que toute attaque contre celle-ci ne rencontrerait aucune résistance. Toute défaite à Marathon signifierait aussi l'anéantissement total de l'armée athénienne. Les Athéniens doivent donc bloquer les Perses sur la plage de Marathon en les empêchant d'en sortir et éviter d'être débordés sur les flancs. Ils ont réalisé le premier objectif. Ils n'ont donc pas besoin de déclencher la bataille trop tôt. Par ailleurs, les hoplites étant vulnérables face à la cavalerie, dont disposent les Perses, toute attaque est risquée[22],[49]. Le camp grec est protégé sur les flancs par un petit bois ou par un abattis de pieux (selon les traductions), réalisant ainsi le second objectif[50],[48]. Cette hypothèse semble donc contredire la version d'Hérodote, selon laquelle Miltiade aurait souhaité attaquer le plus tôt possible.

La stratégie des Perses reste elle aussi hypothétique. Selon E. Lévy, ils souhaitent vider la cité de ses défenseurs, les fixer à Marathon en débarquant la moitié de leurs troupes et contourner les hoplites pour prendre Athènes par la mer, ses portes ouvertes par les hommes d'Hippias[17]. C'est une des raisons pour lesquelles, bien qu'en supériorité numérique, les Perses n'auraient pas immédiatement attaqué. Une autre est qu'ils se méfient des hoplites, beaucoup plus puissants que leur infanterie légère[51]. Une partie des troupes perses, y compris la cavalerie, pourrait donc avoir rembarqué, avec pour objectif Phalère afin d'atteindre rapidement l'Acropole d'Athènes[49]. Les troupes restantes auraient alors franchi le Charadra, le petit ruisseau qui traverse la plaine de Marathon avant de se perdre dans des marais littoraux, afin d'empêcher le retour des forces grecques vers la cité.

Tactique[modifier | modifier le code]

Carte du déroulement de la bataille de Marathon

Avant la bataille, les armées sont séparées d'au moins huit stades, soit autour de 1 500 mètres. Miltiade décide Callimaque le Polémarque à étendre la ligne des soldats grecs. Il dispose les troupes des deux tribus situées au centre du dispositif (les Léontides commandés par Thémistocle et les Antiochides commandés par Aristide) sur quatre rangs tandis que les autres tribus sur les flancs restent sur huit rangs[52],[53]. En effet, la grande force des phalanges grecques est leur impact frontal capable de disloquer les lignes de fantassins adverses ; par contre elles sont peu manœuvrantes et sont très vulnérables sur les flancs : il est donc crucial pour les grecs qui sont en infériorité numérique de ne pas se faire déborder[54],[55] en particulier par la cavalerie perse[49]. Il est donc impératif d'une part d'élargir le front et d'autre part que les phalanges latérales soient plus puissantes pour faire reculer les ailes ennemies et ainsi envelopper le centre perse où se trouvent les meilleures troupes. Certains commentateurs ont même suggéré que le recul du centre grec était volontaire, pour faciliter cette manœuvre[29], mais Lazenby modère ces considérations car ce serait supposer que les stratèges grecs antiques pensaient comme les stratèges contemporains, mais aussi que cela suppose un niveau d'entraînement que n'avaient pas les hoplites[56].

Déclenchement[modifier | modifier le code]

Archers de l'infanterie perse (détail de la frise des archers du palais de Darius à Suse. Briques siliceuses à glaçure, vers 510 av. J.-C.)

Dans ces conditions, où chaque armée est sur la défensive, il est difficile de savoir ce qui déclenche la bataille. Dans toutes les hypothèses, un mouvement perse le cinquième jour après le débarquement aurait poussé les Grecs à passer à l'attaque.

D'après Hérodote[57], Miltiade veut attaquer les Perses le plus tôt possible. Cependant, alors que les autres stratèges lui donnent le commandement chaque jour, il attend malgré tout le jour que le sort lui a désigné. Ce passage d'Hérodote pose problème : pourquoi attaquer avant l'arrivée des Spartiates ? Et pourquoi dans ce cas attendre ? Selon Lazenby, Hérodote pourrait avoir cru que Miltiade était impatient d'attaquer et aurait imaginé le système du commandement tournant, dont on n'a pas de preuves réelles, pour justifier le délai entre l'arrivée des Athéniens et le début de la bataille[58].

Hérodote est cependant très clair : ce sont les Grecs qui chargent l'armée perse. Il est probable qu'un changement dans l'équilibre des forces les a poussés à passer à l'attaque. Ce changement peut avoir été le rembarquement de la cavalerie perse, qui fait disparaître leur principal désavantage[49], les phalanges grecques étant très vulnérables à une attaque de flanc par des unités de cavaleries qui les obligerait à se disloquer devenant ainsi vulnérables à une infanterie légère moins coordonnée mais très supérieure en nombre. Cette hypothèse s'appuie sur le fait qu'il n'y a aucune mention de cavalerie dans Hérodote, tandis que la Souda précise bien : « χωρίς ἰππεῖς » (« sans cavalerie »)[58]. Cette théorie est renforcée par l'hypothèse d'un rembarquement d'une partie de l'armée perse dont la cavalerie part pour attaquer Athènes tandis que le reste de l'infanterie fixe les hoplites à Marathon. Ce rembarquement est évoqué dans Hérodote[59], mais chronologiquement après la bataille. Si l'on considère qu'il aurait pu avoir lieu avant la bataille, alors, il pourrait l'avoir déclenchée[49].

Une autre hypothèse est que les Perses ont fini par prendre une position offensive (sur le plan stratégique), obligeant alors les Athéniens à quitter leur position défensive pour une position offensive (sur le plan tactique) et passer à l'attaque. En effet, les archers perses sont une menace pour une troupe statique sur la défensive. L'avantage des hoplites est la mêlée, qui prive les archers de la possibilité de tirer[60]. Mais, dans ce cas, pourquoi les Perses passent-ils à l'attaque après avoir attendu plusieurs jours ? Deux hypothèses sont avancées : une rumeur aurait annoncé l'arrivée imminente de renforts grecs ; ou simplement, ils se sont lassés du statu quo et ont attaqué pour éviter de rester indéfiniment sur la plage[61].

Choc[modifier | modifier le code]

« Emplis d'un torrent de colère, nous sommes allés à leur rencontre en courant avec lance et bouclier, debout, homme contre homme, en nous mordant la lèvre de fureur. Sous la nuée des flèches, on ne pouvait plus voir le soleil. »

— Aristophane, Les Guêpes[62].

Dédicace d'une colonne par Callimaque le Polémarque, avant et après la bataille de Marathon, 490 av. J.-C. (IGI² 609)

Lorsque la ligne grecque est en place, Miltiade donne un simple ordre : « À l'attaque »[49]. D'après Hérodote[63], les Grecs courent toute la distance qui les sépare des Perses en hurlant leur cri de guerre : « Ελελευ ! Ελελευ ! ». C'est cependant douteux, l'armure complète, au moins 20 kg, est bien trop lourde. Cette course est donc une marche rapide, en rangs serrés, qui s'accélère en une charge sur les derniers 100 mètres afin d'arriver à pleine vitesse sur l'ennemi[64]. Cette tactique présente l'avantage de subir moins longtemps les flèches des archers perses dont la limite de portée est estimée à 200 mètres[65]. Hérodote suggère que c'est la première fois qu'une armée grecque court vers son adversaire. C'est peut-être parce que c'est la première fois qu'elle affronte un ennemi avec une telle puissance archère[65]. Selon Hérodote, cela surprend les Perses pour qui cette charge des Grecs confine à la folie car ils n'ont ni cavalerie ni archers. Les Perses sont aussi habitués à ce que leurs adversaires grecs aient peur d'eux et s'enfuient plutôt qu'ils ne s'avancent[66].

Les Grecs traversent sans encombre les volées de flèches perses, protégés par leurs armures, et percutent la ligne ennemie. Les Perses sont surpris, ils s'attendaient à ce que leurs adversaires soient des cibles faciles et donc facilement arrêtés dans leur progression. Le choc de la phalange d'hoplites est dévastateur : les hoplites étant tous en contact via leurs lances et leurs épaules, il faut considérer la masse totale de la phalange et son énergie cinétique car elle arrive à pleine vitesse. L'énergie cumulée par la phalange est telle que l'impact renverse les fantassins adverses[54],[67],[68]. Dans les combats entre Grecs, les boucliers s'entrechoquent et les lances rencontrent les armures de bronze. Là, les Perses n'ont ni véritable armure ni véritable bouclier. Ils n'ont pratiquement que leur peau à opposer au « blindage » grec et ils n'ont pas grand chose qui puisse pénétrer le mur de boucliers.

Les flancs grecs dispersent facilement les troupes qui leur sont opposées car elles sont constituées de troupes éparses levées dans l'empire ou d'Ioniens peu motivés et donc plus faibles que le centre. Elles se débandent et remontent dans la panique à bord des navires. Le centre résiste mieux car il est composé de troupes d'élite (les Immortels entre autres), voire enfonce à son tour le centre grec qui n'est qu'une ligne mince d'hoplites, jusqu'à ce que les flancs grecs réussissent à l'envelopper. En effet, les troupes grecques disposées sur les ailes renoncent à poursuivre les troupes perses en déroute et se rabattent sur le centre de l'armée perse en une parfaite manœuvre de tenaille. Là, il cède et se replie en désordre vers les navires, poursuivi par les Grecs[69]. Les Grecs les massacrent jusque dans l'eau. Dans la confusion, les Athéniens perdent plus d'hommes qu'au moment du choc entre les deux armées[70]. Des soldats perses fuient vers les marais où ils se noient[71],[72]. Les Athéniens réussissent à capturer sept navires perses tandis que les autres parviennent à s'enfuir. Hérodote raconte que Cynégire, frère d'Eschyle, aurait attrapé une trière perse et aurait essayé de la tirer sur la plage quand un membre d'équipage perse lui aurait coupé la main. Il serait mort de cette blessure[73].

Course vers Athènes[modifier | modifier le code]

Après cette victoire, les Grecs doivent prévenir une seconde offensive perse avec l'attaque des meilleurs éléments de l'armée qui avaient rembarqué après la bataille selon Hérodote[59], avant celle-ci selon les historiens contemporains[74]. Les Léontides et les Antiochides, les tribus placées au centre et qui ont le plus souffert, restent sur le champ de bataille, commandées par Aristide[75]. La flotte perse a besoin d'une dizaine d'heures pour doubler le cap Sounion et atteindre Phalère. Par une marche forcée de sept ou huit heures[76], avec une bataille dans les jambes, les hoplites grecs arrivent juste avant la flotte ennemie[77]. Les Perses, voyant l'échec de la manœuvre, renoncent à débarquer[78]. Ce succès marque la fin de la première guerre médique.

Quelques jours plus tard, les renforts spartiates (2 000 hoplites) arrivent et ne peuvent que féliciter Athéniens et Platéens avant de rentrer chez eux[79],[80].

Bilan militaire[modifier | modifier le code]

Tertre funéraire pour les 192 soldats athéniens morts lors de la bataille de Marathon.

Hérodote estime que 6 400 corps perses ont été comptés sur le champ de bataille et que le nombre de disparus dans les marais n'est pas connu. Sept navires ont de plus été capturés. Il donne un bilan de 192 morts athéniens et 11 Platéens[réf. insuffisante]. Callimaque et Stésilaos font partie des morts grecs[81]. Il semblerait que la tribu des Aiantides ait payé le plus lourd tribut[82]. Datis est également tué selon Ctésias[83], en fuite d'après Hérodote[84]. Une telle différence n'a rien d'extraordinaire, même si le chiffre des pertes perses est vraisemblablement exagéré. En effet on constate fréquemment, dans les diverses batailles les opposant aux peuples d'Asie, que les Grecs de l'époque ont un tué pour vingt à trente morts dans les armées orientales[13].

Conséquences, retentissements et exploitations[modifier | modifier le code]

Le Trésor des Athéniens à Delphes.

Un honneur spécial est décerné aux morts de Marathon qui sont enterrés là où ils sont tombés[85] et non au cimetière du Céramique[86]. Simonides compose le distique élégiaque gravé sur la tombe. Vers 485 av. J.-C., Athènes fait ériger à Delphes un temple commémoratif, le Trésor des Athéniens, sur la pente qui mène au temple d'Apollon. Plus tard, des représentations de la bataille sont réalisées à Athènes : Pausanias mentionne une peinture de celle-ci sur un portique de l'agora[87], et il est possible que le relief représentant un combat entre Grecs et Perses sur le côté sud du temple d'Athéna Niké de l'Acropole présente cette bataille[88]. Une inscription grecque retrouvée dans les possessions d'Hérode Atticus commémorait la bataille et indiquait la liste des soldats tombés au combat[89].

La bataille de Marathon devient un symbole pour les Grecs et confère un grand prestige à Athènes. La propagande et les diplomates athéniens utilisent cette victoire pour justifier leur hégémonie sur le monde grec. Selon Thucydide, les Athéniens se vantent d'avoir vaincu les Perses sans l'aide d'aucune autre cité en 490 av. J.-C. pour mieux s'imposer aux Spartiates considérés jusque-là comme la plus grande puissance du monde grec[90]. De façon générale, Marathon est une justification idéologique du pouvoir athénien, en particulier lors de la fondation de la ligue de Délos en 472 av. J.-C. et de la transformation de cette alliance en un véritable empire soumettant ses alliés à un tribut[91]. Par conséquent, les autres événements de la première guerre médique, les victoires perses, la participation des autres Grecs et en particulier celle des Platéens sont complètement éliminées de la mémoire athénienne[92].

Ses futurs dirigeants Aristide, Miltiade et Thémistocle obtiennent leur « capital politique » à cette occasion[93]. La génération des « combattants de Marathon » (les Marathonomaques) devient une référence, en particulier pour les milieux conservateurs et traditionalistes[94] : en 426 av. J.-C., un personnage des Nuées d'Aristophane, vantant le système éducatif qu'il défend, conclut « c'est grâce à ces vieilleries-là que les guerriers de Marathon furent formés »[95].

La guerre et les armes ont un rôle politique et social dans la société grecque antique : la cavalerie est l'arme de l'aristocratie, les petits propriétaires constituent la base de la phalange, les plus pauvres qui n'ont pas les moyens de financer leur équipement servent dans la marine. Marathon est donc aussi la victoire d'un nouveau système politique[96], la démocratie et ses citoyens-soldats que sont les hoplites, puisque l'ancien tyran Hippias a dû repartir en exil avec les Perses et que jamais sa famille, les Pisistratides, ne peut ensuite reprendre le pouvoir[97]. La victoire consacre les nouvelles institutions, elle signifie que les dieux leur sont favorables[98]. L'idéologie a évolué lorsque près d'un siècle plus tard, les opposants à la démocratie comme Platon[99] exaltent les hoplites de Marathon, symboles d'un régime modéré, pour mieux dénigrer la victoire de Salamine obtenue lors de la seconde guerre médique par les hommes des trières, symboles de la démocratie ouverte à tous et de l'impérialisme athénien coupable à leurs yeux d'avoir provoqué la guerre du Péloponnèse et la défaite de 404 av. J.-C. contre Sparte[100]. Ce clivage est cependant une relecture partisane postérieure car tout au long du Ve siècle av. J.-C. les hoplites sont tout autant que les marins des partisans de la démocratie et de l'hégémonie athénienne[101].

Pour les Perses, il s'agit surtout d'un débarquement manqué et un revers mineur dans une expédition qui a largement atteint ses objectifs en soumettant la mer Égée au pouvoir de Darius Ier[102]. La réaction du Grand Roi à cette défaite est d'emblée de préparer sa revanche et une nouvelle expédition[103]. Mais une révolte éclate alors en Égypte, dirigée par le satrape Aryandès et occupe les derniers mois du règne de Darius[103]. Celui-ci meurt en 486 av. J.-C. et son fils Xerxès Ier lui succède.

Commémoration moderne de la bataille[modifier | modifier le code]

Instrumentalisation de l'Histoire[modifier | modifier le code]

Le symbole des Athéniens peu nombreux sauvant la civilisation face à une horde de barbares a été repris à des fins politiques ou nationalistes dans l'histoire contemporaine[104]. Les révolutionnaires français comparent la bataille de Valmy à Marathon, les Perses devenant les Prussiens et les Autrichiens, Hippias Louis XVI[105]. Les Espagnols s'identifient aux Athéniens laissant le rôle de Darius à Napoléon. Les alliés de la Première Guerre mondiale comparent la bataille de la Marne à Marathon car elle a « sauvé la civilisation »[106].

Les Grecs modernes ont souvent eu recours à Marathon : les Turcs sont les Perses[107]. D'abord au cours de la Guerre d'indépendance grecque puis par la propagande de la dictature des colonels qui organisa une reconstitution de la bataille filmée pour la télévision[108]. Le nationalisme grec place régulièrement le conflit gréco-turc dans le cadre mythique d'un affrontement millénaire entre Europe et Asie[109].

La course[modifier | modifier le code]

Peinture de l'arrivée de Phidippidès à Athènes par Luc-Olivier Merson, 1869.

La course du marathon a été inventée par l'académicien Michel Bréal pour les épreuves des Jeux olympiques de 1896 à Athènes. Cet ami de Pierre de Coubertin lui suggère, dès le congrès pour la restauration des Jeux Olympiques de 1894, d'organiser une « course de Marathon » comme il dit alors entre le site de la bataille au bord de la mer et la Pnyx. Il se propose même d'offrir une coupe en argent au vainqueur[110].

La course est fondée sur les légendes entourant la bataille de Marathon. La tradition rapporte deux exploits : celui d'Euclès[111], envoyé de Marathon à Athènes pour les prévenir de la victoire et qui serait mort d'épuisement à l'arrivée après quelques heures de course et celui de Phidippidès[21] qui parcourut 240 kilomètres pour prévenir les Spartiates que les Perses avaient débarqué à Marathon[112]. Quelle que soit l'historicité de ces épisodes, l'exploit sportif ici est collectif avec la marche forcée vers Athènes des hoplites athéniens, juste après leur victoire à Marathon, afin d'empêcher le débarquement perse à Phalère. C'est cette marche que Bréal décide de commémorer. Deux routes s'offrent alors pour le parcours, comme elles s'étaient offertes aux hoplites. La route directe passe par les montagnes, Kifissia et Maroussi. Elle est plus courte mais plus difficile. Une route plus longue longe la mer par Rafina et contourne le Pentélique. Cette dernière jugée plus probable pour les hoplites antiques est choisie pour la « course de Marathon » de 1896. C'est aussi celle du marathon d'Athènes annuel et des Jeux olympiques d'été de 2004[113].

En 1982, des officiers de la Royal Air Force décident de vérifier si l'affirmation hérodotéenne de la course de Phidippidès est plausible, principalement son arrivée à Sparte « le lendemain ». Cette année-là, la distance (150 miles ; 246 km) est couverte par John Foden en 37 heures et 37 minutes. L'année suivante, pour la première édition du spartathlon, le Grec Yánnis Koúros met 21 heures et 53 minutes (en 1984, il établit le record à 20 heures et 25 minutes). Le texte d'Hérodote est donc vérifié dans les faits[113].

Films[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. cfr. section date)
  2. Hérodote, I, 1
  3. Guy Bourdé, Hervé Martin, Les écoles historiques., p. 26-27
  4. Holland 2006, p. 377
  5. Fehling 1989
  6. Perseus
  7. Cornélius Népos, Miltiade, 4
  8. Briant 1996, p. 170
  9. Briant 1996, p. 171
  10. Holland 2006, p. 47-62
  11. Holland 2006, p. 171-178
  12. Hérodote, VI, 49 et VII, 133
  13. a, b, c et d Hanson 2000, p. 82-84
  14. Hérodote, I, 95
  15. Green, Guerres médiques, p. 68
  16. Hérodote, VI, 94-102
  17. a et b Lévy 1997, p. 19
  18. Brun 2009, p. 23
  19. D.W. Olson et al., "The Moon and the Marathon", Sky & Telescope Sep. 2004, pp. 34—41.1
  20. Athens +, supplément d'e-Kathimerini lire en ligne pdf
  21. a et b Hérodote, VI, 105
  22. a, b, c, d et e Holland 2006, p. 187-190
  23. Miltiade, V
  24. X, 20
  25. a et b Œuvres morales, 305 B
  26. a et b II, 9
  27. Hérodote, IX, 28
  28. Lazenby 1993, p. 54
  29. a et b Green, Guerres médiques, p. 76-77
  30. Hanson 2000, p. 58-60
  31. Pausanias, X, 32, 2
  32. a et b Brun 2009, p. 46
  33. Hérodote, VI, 103 et 109-110.
  34. Hérodote, IV, 137
  35. Hérodote, VI, 94
  36. VI, 94-95
  37. Miltiades, IV
  38. IV, 22
  39. Hippias
  40. Ménexène, 240 A
  41. Oraison funèbre, 21
  42. Holland 2006, p. 390
  43. Lazenby 1993, p. 46
  44. Green, Guerres médiques, p. 103-105
  45. Lloyd 2004, p. 164
  46. Briant 1996, p. 544
  47. Pierre Briant, Darius : Les Perses et l'Empire, Gallimard, 2001, p.88
  48. a et b Lazenby 1993, p. 56
  49. a, b, c, d, e et f Holland 2006, p. 191-195
  50. Cornelius Nepos, Miltiade, VI
  51. Lazenby 1993, p. 256
  52. Hérodote VI, 111-112
  53. Plutarque, Vie d'Aristide, V
  54. a et b Phalange Histoire du monde.net
  55. Lazenby 1993, p. 64
  56. Lazenby 1993, p. 250
  57. VI, 110
  58. a et b Lazenby 1993, p. 57-59
  59. a et b VI, 115
  60. Lazenby 1993, p. 59-62, 67 et 256
  61. Lazenby 1993, p. 59-62
  62. Les Guêpes, vers 1081 à 1084
  63. VI, 112.
  64. Brun 2009, p. 56
  65. a et b Lazenby 1993, p. 66-69
  66. Hérodote, VI, 110 et 112.
  67. Holland 2006, p. 194-197
  68. Hanson 2000, p. 92
  69. Hérodote, VI, 113.
  70. Green, Guerres médiques, p. 78
  71. Pausanias, I, 32.
  72. Lazenby 1993, p. 71
  73. Hérodote, VI, 114-115.
  74. cf. hypothèses supra.
  75. Holland 2006, p. 218
  76. Hanson 2000, p. 85
  77. Brun 2009, p. 65
  78. Hérodote, VI, 116
  79. Hérodote, VI, 120
  80. Brun 2009, p. 66
  81. Hérodote, VI, 114-115 et 117
  82. Hanson 2000, p. 56
  83. Ctésias, Persica, F13, 22
  84. Hérodote, VI, 118
  85. Pausanias, I, 32, 3.
  86. Thucydide, II, 34
  87. Pausanias, I, 15, 3
  88. B. Holtzmann, L'Acropole d'Athènes, Monuments, cultes et histoire du sanctuaire d'Athéna Polias, Paris, 2003, p. 159
  89. Georges Steinhauer, Horos, 17-21 (200-2009) p. 679-692 (SEG LVI, 430)
  90. Thucydide, I, 75, 1-3
  91. Brun 2009, p. 166
  92. Brun 2009, p. 170
  93. Hanson 2000, p. 87
  94. Green, Guerres médiques, p. 80
  95. Les Nuées, Hatier 1995, v.955-1024 et introduction
  96. les réformes clisthéniennes ont moins de 20 ans
  97. Baslez 2010, p. 92-93
  98. Brun 2009, p. 78
  99. Platon, Les Lois, IV, 707
  100. Brun 2009, p. 79, 84
  101. Brun 2009, p. 92
  102. Briant 1996, p. 173
  103. a et b Hérodote, VII, 1-4
  104. Brun 2009, p. 195
  105. Brun 2009, p. 202
  106. Brun 2009, p. 203
  107. Brun 2009, p. 195-209
  108. Brun 2009, p. 206
  109. Brun 2009, p. 207
  110. LLewellyn Smith 2004, p. 180
  111. Plutarque, Œuvres morales, II, citant Héraclide du Pont
  112. Hanson 2000, p. 93
  113. a et b LLewellyn Smith 2004, p. 182-185

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources anciennes[modifier | modifier le code]

Études contemporaines[modifier | modifier le code]

  • Marie-Françoise Baslez, Histoire politique du monde grec antique, Armand Colin,‎ 2010
  • Pierre Briant, Histoire de l'empire perse, Fayard,‎ 1996
  • Patrice Brun, La Bataille de Marathon, Paris, Larousse,‎ 2009, 223 p. (ISBN 978-2035848291)
  • (en) Detlev Fehling, Herodotus and His “Sources” : Citation, Invention, and Narrative Art., Leeds, Francis Cairns,‎ 1989, 286 p. (ISBN 978-0905205700)
  • (de) Hans W. Giessen, Mythos Marathon : Von Herodot über Bréal bis zur Gegenwart., Landau, Verlag Empirische Pädagogik,‎ 2010, 148 p. (ISBN 978-3-941320-46-8)
  • Peter Green, Les Guerres médiques, Paris, Tallandier,‎ 2008, 446 p. (ISBN 978-2847343908)
  • Victor Davis Hanson, Les Guerres grecques : 1 400 - 146 av. J.C., Paris, Autrement (réimpr. 2000) (1re éd. 1999), 223 p. (ISBN 2-86260-972-2)
  • (en) Tom Holland, Persian Fire : The First World Empire and the Battle for the West, New York, Abacus,‎ 2006, 448 p. (ISBN 0385513119)
  • (en) J. F. Lazenby, The Defence of Greece : 490-479 BC, Warminster, Aris & Phillips Ltd,‎ 1993, 294 p. (ISBN 978-0856685910)
  • Edmond Lévy, La Grèce au Ve siècle : de Clisthène à Socrate, Paris, Points Seuil,‎ 1997, 313 p. (ISBN 978-2020131285)
  • (en) Michael LLewellyn Smith, Olympics in Athens. 1896 : The Invention of the Modern Olympic Games, Londres, Profile Books,‎ 2004, 290 p. (ISBN 1-8619-7342-X)
  • (en) Alan Lloyd, Marathon : The Crucial Battle That Created Western Democracy, Souvenir Press,‎ 2004 (ISBN 0-285-63688-X)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 15 août 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.