Bataille de Tunis (255 av. J.-C.)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Tunis
Informations générales
Date 255 av. J.-C.
Lieu Tunis
Issue Victoire décisive de Carthage
Belligérants
Carthage République romaine
Commandants
Xanthippe Marcus Atilius Regulus
Forces en présence
12 000 fantassins
4 000 cavaliers
100 éléphants
15 000 fantassins
500 cavaliers
Pertes
800 morts 12 000 morts
500 prisonniers
Première Guerre punique
Batailles
Messine · Agrigente · Îles Lipari · Mylae · Sulci · Tyndaris · Cap Ecnome · Adys · Tunis · Panormus · Drepanum · Lillybaeum · Drepana · Mont Ercte · 1re Mont Eryx · 2e Mont Eryx · Îles Égates

La bataille de Tunis est une bataille ayant eu lieu au printemps 255 av. J.-C. durant la Première Guerre punique et ayant opposé Carthage à la République romaine. Elle se termine par une victoire décisive des Carthaginois.

Prélude[modifier | modifier le code]

Le général mercenaire Xanthippe est engagé par la cité de Carthage suite à des négociations de paix avortées avec Rome qui voulait imposer des conditions trop dures. Il oblige les Romains à combattre sur un terrain dégagé, ce qui maximise le rôle joué par l'excellente cavalerie carthaginoise ainsi que celui des éléphants nubiens.

L'armée romaine, sous les ordres de Marcus Atilius Regulus, est basée à Tunis. Regulus est enthousiaste à l'idée de remporter une nouvelle bataille (après celle d'Adys) et il ne veut pas risquer qu'un autre général ne lui vole la gloire d'une éventuelle victoire. Xanthippe réorganise la formation de combat carthaginoise, avec une phalange de citoyens levée à la hâte au centre, une infanterie mercenaire sur le flanc droit, une ligne d'éléphants devant l'infanterie, et la cavalerie carthaginoise d'élite divisée sur les deux flancs. Les Romains gardent leur formation habituelle, avec les légionnaires au centre et la cavalerie (peu nombreuse) sur les flancs.

Bataille[modifier | modifier le code]

Les Carthaginois commencent la bataille par une attaque des éléphants qui occupe la plus grande partie de l'infanterie romaine. La cavalerie romaine, largement dépassée en nombre, est aisément défaite par son homologue carthaginoise. Les Romains connaissent par contre un certain succès sur leur aile gauche avec 2 000 hommes, peut-être des troupes alliées, qui défont les mercenaires en face d'eux et les poursuivirent au-delà de leur camp.

Pendant ce temps, au centre, l'infanterie romaine résiste à l'attaque d'éléphants mais seules quelques unités isolées réussissent à attaquer la phalange carthaginoise et elles sont facilement battues. Finalement, la cavalerie carthaginoise charge les Romains déjà malmenés des deux côtés à la fois, détruisant toute cohésion et annihilant l'armée romaine. Seuls les 2 000 hommes victorieux des mercenaires parviennent à s'échapper et sont rembarqués par la flotte romaine ; Regulus lui-même est fait prisonnier.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Ce qu'il advient de Regulus après la bataille est méconnu. La légende, narrée par Tite-Live, veut qu'il ait été renvoyé à Rome porter les offres de paix de Carthage (ou au moins un échange de prisonniers) sous la promesse de rentrer à Carthage si sa mission échoue. Mais, une fois devant le Sénat romain, il conseille plutôt de poursuivre la guerre avant de rentrer à Carthage, fidèle à sa parole, où il est mis à mort. Certains écrivains romains prétendent qu'il eut les paupières arrachées et qu'il fut piétiné à mort par un éléphant enragé[1]. Cependant, Polybe ne mentionne pas ce fait et Diodore de Sicile (un historien hostile aux Carthaginois) prétend qu'il mourut de causes naturelles[2].

Cette défaite, ainsi que des tempêtes désastreuses pour la flotte romaine, mettent fin à toute chance pour Rome de triompher de Carthage en Afrique et le reste de la guerre se déroule uniquement en Sicile et sur mer.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Polybe, Histoires, éd. Biblioteca Universale Rizzoli, Milan, 2001

Références[modifier | modifier le code]

  1. John M. Kistler, War Elephants, éd. Praeger, Westport, 2006, p. 100
  2. R. Bosworth Smith, Carthage and the Carthaginians[réf. incomplète]

Voir aussi[modifier | modifier le code]