Één

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Een.
Image illustrative de l'article Één

Création 31 janvier 1954 (60 ans)
Propriétaire Vlaamse Radio- en Televisieomroeporganisatie
Slogan « Ieder zijn één »
(litt. « Chacun son un »)
Format d'image 576i (SDTV)
720p (HDTV)
Langue Néerlandais
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Statut Généraliste nationale publique
Ancien nom NIR (1954-1960)
BRT (1960-1977)
BRT1 (1977-1991)
BRTN1 (1991-1998)
VRT-TV1 (1997-2005)
Siège social Drapeau de la Belgique Schaerbeek
Site web www.een.be
Diffusion
Aire Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Diffusion Analogique, numérique terrestre, satellite, câble, xDSL et Web.

Één (« Un » en néerlandais) est la première chaîne de télévision publique de la Communauté flamande de Belgique appartenant au groupe public Vlaamse Radio- en Televisieomroeporganisatie (VRT). Elle est l'équivalent néerlandophone de la chaîne francophone La Une de la RTBF.

Histoire de la chaîne[modifier | modifier le code]

Le NIR[modifier | modifier le code]

La télévision expérimentale voit le jour en Belgique le 2 juin 1953 avec la diffusion en direct du couronnement de la Reine Élizabeth II d'Angleterre.

Le 31 janvier 1954, la toute nouvelle chaîne de télévision expérimentale du Nationaal Instituut voor Radio Omroep belge (NIR) ouvre son antenne quelques heures par jour.

Dans les premiers temps, le NIR n'émet que deux à trois soirées par semaine. L'exposition universelle de Bruxelles de 1958 donne au NIR l'occasion de renforcer son nouveau pôle télévisuel et de supplanter la radio. Chaque jour, des reportages, interviews, débats et animations font le compte-rendu des activités de l'Expo 58.

En 1953, on ne recensait que 6 500 récepteurs de télévision en Belgique. Les émetteurs du NIR sont alors situés au Palais de Justice à Bruxelles avec une portée limitée à un rayon de 40 kilomètres. En 1956, on recense plus de 100 000 téléviseurs, et en 1960, on passe la barre des 700 000.

La BRT[modifier | modifier le code]

En 1960, la loi Harmel remplace le Nationaal Instituut voor Radio Omroep par la Belgische Radio en Televisieomroep (BRT). Ce nouvel établissement comprend un institut d'émissions en néerlandais (Belgische Radio en Televisie ou BRT), un institut d'émissions en français (Radio-Télévision Belge ou RTB) et un institut des services communs. Les deux instituts d'émissions sont indépendants l'un de l'autre et disposent d'une autonomie culturelle totale, d'une indépendance organique vis-à-vis du gouvernement et de la garantie de la liberté d'information. La BRT/RTB est dirigée par un directeur des programmes nommé par le Roi.

En 1977, une deuxième chaîne de télévision de langue néerlandaise est créée, BRT2, et la première chaîne devient BRT1. En 1991, la BRT devient Belgische Radio- en Televisieomroep Nederlandstalige Uitzendingen (BRTN) et BRT1 est rebaptisée BRTN1, puis VRT-TV1 lorsque le groupe public affirme son caractère flamand aux dépens de son identité belge. Suivant l'exemple de la RTBF avec La Une en communauté française, TV1 devient Één en janvier 2005.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Logos[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • De 1998 à 2005 : « TV1 laat je niet koud » (« TV1 ne te laisse pas froid »)
  • depuis [Quand ?] : « Ieder zijn één » (« À chacun son un »)

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Directeur des programmes
  • Mieke Berendsen

Capital[modifier | modifier le code]

Le capital de Één est détenu à 100 % par le groupe audiovisuel public VRT.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]