Mike Bongiorno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mike Bongiorno animant l'émission Flash en 1981

Michael Nicholas Salvatore Bongiorno, plus connu sous le nom de Mike Bongiorno, né le 26 mai 1924 à New York et mort le 8 septembre 2009 à Monaco, à l'âge de 84 ans, est un journaliste et présentateur télévisé italo-américain.

Il était considéré en Italie comme une véritable institution, ayant présenté des émissions durant plusieurs décennies. Bien qu'ayant vécu en Italie presque toute sa vie, il garda la nationalité américaine, ne prenant un passeport italien qu'à l'âge de 79 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mike Bongiorno était d'origine italo-américaine, son grand-père paternel commerçant était émigré de Mezzojuso en Sicile. Encore enfant, il emménage en Italie, où son père est revenu, et habite à Turin, ville de sa mère, où il va au lycée. Il sera toute sa vie un fan de la Juventus[1].

Durant la Seconde Guerre mondiale, ayant évité la mobilisation grâce à sa nationalité américaine, il abandonne ses études pour rejoindre les partisans italiens. Il est capturé et détenu pendant 7 mois à la prison de San Vittore de Milan, avant d'être déporté en camp de concentration allemand. Grâce à son passeport américain, il fut toutefois libéré lors d'un échange de prisonniers.

Il est le présentateur le plus populaire en Italie où il a participé depuis 1953 aux débuts de la télévisions italienne, avec la première transmission de la chaîne nationale (RAI), pour l'émission Arrivi e partenze.

En 1955, Bongiorno joue dans le film Il prezzo della gloria et dans quelques romans-feuilletons, puis lance le premier quiz de la télévision italienne, Lascia o raddoppia? (en) (« Quitte ou double ? »). Il adapte une formule déjà éprouvée aux États-Unis. Il devient un spécialiste des émissions de jeu. Puis ce sont Campanile sera (1960), Rischiatutto (1970) et La fiera dei sogni.

À partir de 1963, il présente également plus de 11 Festival de San Remo.

En 1979 sur Telemilano, qui deviendra ensuite Canale 5), il présente I sogni nel cassetto. Sa dernière émission sur la Rai sera Flash (1980/1982), puis il passera définitivement dans le groupe de télévision de Silvio Berlusconi, pour Telequiz Bis (1981) Superflash (1982), Pentathlon (1985), Telemike (1987), La ruota della fortuna (en) (1989). En 2000, il coprésente l'émission animalière Qua la zampa.

Sur la chaîne Retequattro, il présente encore l'émission pour les jeunes Genius et Il migliore.

Umberto Eco lui consacrera une étude célèbre : Fenomenologia di Mike Bongiorno (1963).

Il a obtenu la citoyenneté italienne le 7 février 2003 et a été marié trois fois.

Il obtient le titre de docteur à l'université IULM di Milano en août 2007 et présente en septembre à nouveau sur la RAI, l'élection de Miss Italie.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Mike Bongiorno commence chacune de ses émissions par le célébrissime « Allegria ! », reconnaissable entre tous. Il a également du mal à se retrouver dans ses nombreuses notes de quizz, à la différence d'un Julien Lepers et abuse de conjugaisons démodées et méridionales, qui font tout son charme, à la Léon Zitrone. Il est également célèbre pour ses colères envers les techniciens ou mêmes les candidats, lors des tournages.

Ses gaffes sont célèbres, notamment celles de "la roue de la fortune" avec ces noms estropiées et ces phrases à double sens, qui ont aussi été parodiées en France par les inconnus.

Lors d'un quizz, il se demandait « qui était ce Paolo Vi ? » (il s'agissait en fait du pape Paul VI). Ou bien un candidat devant donner le nom Fausto Coppi, Mike le défendit en disant que le candidat n'était pas né à l'époque.

Il a été fréquemment imité et parodié au point que son fameux « Allegria! » fut malicieusement transformé en « Allergia! ». (Allergie !). On le surnomme affectueusement "SuperMike" ou "Telemike".

Quizz[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'addio della Juve a Bongiorno

Liens externes[modifier | modifier le code]