Hospodar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hospodar ou gospodar est un terme d’origine slave, qui signifie « seigneur qui donne », « souverain » (Gospod = seigneur ; dar = don, offrande).

Étymologie et usage slave[modifier | modifier le code]

C’est un dérivé de gospod, seigneur, et est parent de gosudar, qui signifiait d’abord souverain, et qui était aussi en usage en Moscovie comme forme de politesse, équivalente à sieur. La prononciation hospodar du mot écrit gospodar dans toutes langues slaves sauf une, qui ont conservé l’alphabet cyrillique, n’est pas due à l’influence de l’ukrainien, mais plutôt au vieux slave de l’église orthodoxe, où le g est fréquemment prononcé h dans les deux langues. En ukrainien, ce titre est spécialement appliqué au maître de maison ou au chef de famille. En roumain le mot gospodar signifie « bon gestionnaire », personne qui tient bien sa maisonnée.

En bulgare, господар (gospodar) signifie « maître ». Les autres dérivés du mot sont le russe господин (gospodine « maître », « Monsieur »), le polonais gospód (« seigneur », « maître »), le tchèque hospod. Toutes ces formes viennent du proto-slave gospodü (господу). Entre l'établissement du régime bolchévik de 1917 en Russie et la fin de ce système en 1991, le terme « gospodin » (monsieur, sieur, monseigneur) a été banni et remplacé par « tovarichtchi » (camarade). Ce dernier est encore en vigueur dans les forces armées russes et biélorusses, et dans les forces de l'ordre de ces deux pays.

Usage en Valachie et Moldavie[modifier | modifier le code]

Les monarques de Valachie et de Moldavie, alors appelées principautés danubiennes, portaient le titre de hospodar dans les écrits slaves et slavons du XVe siècle jusqu’en 1856, à côté du titre de voïvode (mot slave signifiant chef de guerre). En roumain le titre était Domn (du latin dominus).

Caractéristique de l’époque où les voïvodes vassaux des sultans ottomans étaient des phanariotes, le titre de « Hospodar » devient obsolète à partir du traité d'Andrinople, en 1829 en même temps que l’étiquette orientale et que le grec comme langue de culture et communication. « Hospodar » fut alors écarté au profit de domnitor ou simplement domn, qui continua à être le titre officiel du prince jusqu’à la proclamation du Royaume de Roumanie en 1881. L’étiquette occidentale et le roumain furent aussi officiellement adoptés. Quelques années plus tard l’église roumaine suivit le mouvement et passa elle aussi du slavon liturgique au roumain.

Autres usages[modifier | modifier le code]

Ils sont généralement satiriques: