Ajaw

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ajaw (ou ahau dans une orthographe plus vieille) est un titre de noblesse attesté dans les inscriptions épigraphiques précolombiennes de la civilisation maya. Il désignait les nobles masculins et féminins les plus importants d'une cité-État. Il est communément traduit par « seigneur », « gouverneur », « roi », « meneur » ou « dirigeant ». Ajaw est aussi le nom du vingtième jour dans le calendrier divinatoire maya.

Évolution du terme[modifier | modifier le code]

À la fin de l'époque préclassique, le terme désignait les souverains mayas. À l'époque classique, leur caractère sacré s'affirme et on désigne les souverains sous le nom de k'uhul ajaw, le mot « k'uhul » signifiant plus ou moins « saint », « divin ». Les fils du souverain étaient appelés « ch'ok ajaw », c'est-à-dire « jeunes seigneurs », tandis que l'héritier du trône était désigné par le terme « b'aah ch'ok ajaw », c'est-à-dire « principal jeune seigneur »[1]. Les inscriptions indiquent que certains seigneurs occupaient une position subordonnée par rapport à un souverain plus puissant: le mot « ajaw » est alors précédé du suffixe « y », « yajaw » signifiant « ajaw de… »[2]. Les souverains de certains super-États, tels que Tikal, se parent du titre de « kaloomte' » ou « ochk'in kaloomte' ». Le mot « kaloomte' » n'a pas encore été déchiffré. « Ochk'in kaloomte' » signifie « kaloomte' de l'ouest ». Certains auteurs pensent que cette appellation a pour but de rappeler que la dynastie est originaire de la prestigieuse cité de Teotihuacan, située à l'ouest du monde maya. Le simple terme « ajaw », quelque peu dévalué, continue à être employé pour désigner de manière générale un membre de la noblesse.

Écriture[modifier | modifier le code]

La forme la plus courante est le logogramme que l'on rencontre dans les glyphe-emblèmes comme superfixe. Il est parfois accompagné du syllabogramme w(a).

Glyphe désignant le jour Ajaw en écriture maya

Il ne faut pas confondre les différents glyphes désignant « ajaw » comme titre avec le glyphe « ajaw » désignant le vingtième jour du mois[3].

On a découvert sur le site de San Bartolo des glyphes, qui figurent parmi les plus anciens exemples d'écriture maya des Basses-Terres, parmi lesquels un logogramme représentant le mot « ajaw ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Robert J. Sharer, The ancient Maya, Stanford University Press,‎ 2006, 6e éd., p. 698
  2. Arthur Demasrest, Les Mayas, Tallandier,‎ 2007, p. 209
  3. (en) Michael D. Coe et mark Mark Van Stone, Reading the Maya Glyphs, Thames & Hudson,‎ 2001, p. 74
  • Le site de la FAMSI propose une définition en anglais, un enregistrement audio de sa prononciation et une reproduction du glyphe maya le représentant.